Sanction

Ce que risquent Angel Di Maria et Alvaro Gonzalez

14/09/2020 à 11:21

Depuis dimanche soir, Angel Di Maria et Alvaro Gonzalez alimentent les polémiques. Le premier cité est filmé en train de cracher sur le second tandis que l'Espagnol est suspecté d'insulte raciste envers Neymar. La LFP, qui devrait ouvrir une enquête, pourrait sanctionner lourdement les joueurs.

Ce sont des images que l’on n’aime pas voir et revoir. Mais il ne s’agit probablement que du début d’une affaire qui pourrait prendre plusieurs semaines. Comme la future suspension d’Angel Di Maria, que l’on voit cracher en direction d’Alvaro Gonzalez en pleine rencontre hier soir. Un geste inacceptable d’autant plus malvenu dans ce contexte sanitaire. Si l’on se réfère aux barèmes de la FFF, l’Argentin encourt jusqu’à six matches de suspension. Peut-être plus si la commission de discipline de la LFP prend en compte la situation sanitaire. Le règlement de la Fédération considère que toute « expectoration volontaire susceptible d’atteindre une personne ou en direction de celle-ci. Le fait d’atteindre cette dernière constitue une circonstance aggravante, dont il devra être tenu compte dans la détermination du quantum de la sanction, et encore davantage lorsque le crachat l’atteint au visage. »

Alvaro Gonzalez risque 10 matches de suspension

Accusé de propos racistes par Neymar, Alvaro Gonzalez risque lui aussi très gros si les accusations venaient à être avérées. Sont considérés comme comportement raciste et discriminatoire « tout propos, geste et/ou attitude visant une personne en raison notamment de son idéologie, sa race, son appartenance ethnique, sa confession, sa nationalité, son apparence, son orientation sexuelle, son sexe ou son handicap. » La barème de la FFF indique qu’un joueur reconnu capable de l’un de ces faits peut encourir jusqu’à 10 matches de suspension.

A la LFP désormais d’ouvrir une enquête et de collecter les vidéos et sons nécessaires pour déterminer si l’Espagnol s’est rendu coupable de propos inacceptables. Angel Di Maria, lui, ne devrait quoiqu’il arrive pas échapper à une sanction de plusieurs matches. Les cas de Neymar, Benedetto, Paredes Amavi et Kurzawa devront aussi être jugés au cas par cas. La commission de discipline de la Ligue a du pain sur la planche…