Dossier

Sondage : quelle fin de saison ? L’avis des coachs franciliens

22/03/2020 à 11:00

Actufoot a interrogé plus de 100 coachs franciliens sur l'issue de la saison la plus juste, selon eux, dans le cas où les championnats ne reprendraient pas. Voici les résultats de notre sondage !

47% des entraîneurs interrogés (en championnat National et Ligue, séniors et jeunes) sont pour une saison blanche, sans descente, ni montée. « La seule décision valable c’est l’annulation des compétitions car cela serait une erreur de fausser les championnats, nous a notamment expliqué le coach R2 de l’US Fontenay, Sonile Moriot. Entériner les classements à la mi-saison ? À mon sens c’est impossible. Entériner les classements actuels ? Les championnats sont trop serrés, tout peut encore arriver à sept journées de la fin. » Un avis partagé par Stéphane Suire (La Garenne-Colombes, R1), Mamadou Sissoko (Espérance Aulnaysienne, R1) ou encore Yassine Zenasni (Jeunesse Aubervilliers, U18 R1).

« Nous sommes déjà aux deux-tiers du championnat »

Pour 33% des entraîneurs de la région parisienne, il faudrait prendre en compte les classements actuels. « Il serait plus judicieux de prendre en compte le classement à l’instant T, étant donné qu’on a effectué plus de la moitié des matches », estime Jean-Claude Tagba, du Villemomble SF en R2. Samir Salah (CS Meaux Academy, R1) partage cette tendance en apportant une nuance : « La meilleure solution si vraiment le championnat s’arrête serait de prendre le classement actuel car nous sommes déjà aux deux-tiers du championnat. Mais, vous allez me dire que certains clubs ont des matches en retard ! La solution est simple et logique, elle est de prendre le nombre de points obtenus et de le diviser par le nombre de matches joués. »

Ils sont en revanche 10% à pencher pour la solution des classements à mi-saison à l’instar du coach Pedro Peixoto (Chatou, R1). « Récompenser une demi-saison serait pour moi le compromis le plus juste », a commenté le technicien catovien. Enfin, 10% ne sont pas contre un système de playoffs, comme Chaïb Daoud de l’US Sénart-Moissy (R1). « Pourquoi ne pas imaginer des playoffs avec six ou huit équipes pour les montées, et la même chose pour les descentes. »

« Impossible de jouer en juillet pour plein de raisons… »

L’un des seuls points sur lequel les coachs s’accordent -ou presque- est que, dans la mesure du possible et donc selon l’évolution de l’épidémie, il faut terminer la saison. Pour le directeur technique de l’US Torcy, Mohamed Bamba, c’est une solution tout à fait envisageable. « Je pense qu’aucune des quatorze équipes du National 3 ne veut mourir sans s’être défendue sur le terrain et surtout pas nous. C’est un cas de figure exceptionnel, donc on sacrifierait les vacances et la vie de famille cet été. »

C’est aussi le souhait des instances qui ont dans cette optique d’ores et déjà supprimé les coupes régionales et départementales afin d’alléger la fin de saison dans l’hypothèse d’une reprise… Mais, pour le coach de Linas-Montlhéry (R1) jouer cet été ne sera pas possible. « À mes yeux, il est impossible comme l’ont laissé entendre les instances de jouer en juillet pour plein de raisons : les congés des joueurs et encadrants, la fin de saison administrative au 30 juin, la disponibilité des installations… », a argumenté Mickaël Bertansetti.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟