Red StarNational 1

Vincent Bordot : « Je suis content de l’investissement mis par mes joueurs »

18/11/2020 à 9:20

Vincent Bordot, entraîneur du Red Star, s'est entretenu avec Actufoot. Auteurs d'une belle remontée en championnat, les Audoniens sont actuellement 2e de National 1. Le technicien francilien nous parle des performances de son groupe, de la crise sanitaire qui avait touché le club ou encore du rôle de ses joueurs cadres. Entretien.

Après la défaite face au Stade Briochin, est-ce que vous êtes fiers de la réaction de vos joueurs avec les deux victoires de suite sans encaisser de but ?

« Ce n’est pas une question de fierté, c’est une question de ne pas avoir de doutes sur le groupe. A Saint-Brieuc, je pense que l’on a fait le match qu’il fallait mais avec peu d’efficacité. Ils sont dans une dynamique depuis deux mois où ils enchainent les performances d’un bon niveau. Oui je suis content par rapport à ça. Je suis content de l’investissement mis par mes joueurs dans les séances d’entraînement, dans la vie de groupe. Je suis heureux qu’ils aient réagi et que l’on bénéficie de deux victoires derrière. »

Comment avez-vous géré la période de Covid qui a touché le club avec de nombreux cas et plusieurs semaines sans compétition ?

« Dans un premier temps, on savait que la principale difficulté, au-delà des joueurs atteints par la Covid, serait de les maintenir physiquement mais surtout mentalement car il y a souvent des relâchements. Ce que je leur ai expliqué, c’est que si on se relâche trop longtemps pour revenir dans un état d’esprit de compétition, ça va être ça devient compliqué. Donc on a fait très attention à l’investissement et la mentalité qu’ils mettaient durant les séances pour justement maintenir cet état d’esprit compétiteur pour, dès le premier match qu’on allait rejouer, être paré de ce côté-là.

On savait que, physiquement avec ce qu’on leur avait mis en charge de travail, on allait tenir sur le premier match. Après, on ne sait pas sur la durée comment ça va jaillir, mais c’était surtout éviter le relâchement sur le plan mental. Quand on ne joue pas, les joueurs ont tendance à se relâcher niveau concentration et on a surtout travaillé dessus. »

Qu’est-ce que vous pensez de l’arrêt du football amateur ?

« C’est compliqué pour les clubs parce que financièrement ça en met un coup et sportivement c’est pénalisant de s’arrêter entre un mois et un mois et demi. Après, les clubs se sont plaints et avaient souhaité l’arrêt du championnat également parce que les conditions d’entraînement ne passaient plus avec le couvre-feu. Donc satisfaire tout le monde est compliqué. Ce qui est dommageable, c’est qu’il y’avait des clubs avec des joueurs sous contrats qui pouvaient reprendre et d’autres sans qui ne pouvaient pas. Au niveau de l’équité, c’était un peu limite. Mais c’est vrai que ce n’est pas évident pour les joueurs, les entraîneurs de maintenir tout ça même si les clubs essaient, avec leurs moyens, de garder le contact et de proposer des séances. Ce n’est jamais évident. »

Vincent Bordot : « Il y avait un renouvellement de l’effectif »

Comment vous pouvez expliquer le début de saison compliqué du Red Star en championnat ?

« C’est assez simple, il y avait un renouvellement de l’effectif qui était important. Sur l’équipe qui a démarré, il y avait seulement 4 anciens joueurs : Paul Charruau, Hamadou Karamoko, Jimmy Roye, Djiman Koukou. C’était un effectif hyper renouvelé. Il y a eu le premier match qui a fait que cela a amené un peu le doute parce qu’on avait fait de bons matchs amicaux, on n’a pas répondu présent au niveau de l’agressivité. Après, on a été faire un nul à Boulogne-sur-Mer, qui joue le haut de tableau. Ensuite on a enchainé beaucoup de matchs à domicile, et jouer autant à domicile quand la confiance est un peu perdue c’est assez compliqué. En tout cas, on savait que ça allait démarrer fort avec un peu de doutes parce qu’on a beaucoup de jeunes. Il faut prendre son temps et être patient. On a continué à travailler. »

Y a-t-il eu un match déclic qui a lancé la saison ?

« Non, il fallait retrouver de la confiance, ils ont continué à travailler fort à l’entraînement et quand on travaille comme cela on est souvent récompensé. Sur la continuité on savait que si on maintenait ce rythme à l’entraînement on allait logiquement reprendre de la confiance et gagner des matchs. Après peut-être face à Concarneau ça nous a fait du bien de gagner à domicile. Je ne fonctionne pas forcément avec des matchs références, c’est surtout une remise en question tous les weekends. »

Damien Durant réalise un très bon début de saison avec 6 buts. Qu’avez-vous à dire sur ses prestations jusqu’à présent ?

« C’est un joueur qui est naturel, il est content d’être là et de jouer. C’est un bon joueur. Il est là pour être efficace. En général les joueurs qui passent par Saint-Geneviève ont cette nature d’être ambitieux et intéressants mentalement, avec un bon état d’esprit. Il s’est adapté assez vite. »

Pourquoi avoir choisi Édouard Daillet comme capitaine ? Qu’a-t-il de plus qu’un autre joueur ?

« Je trouve qu’il est exemplaire dans tout ce qu’il fait, à l’entraînement et en match. C’est un joueur qui donne 150% de ce qu’il a. Il est toujours à fond. J’aime les joueurs qui dégagent ça au sein d’un groupe. C’est quelqu’un de vrai, donc j’ai fait mon choix par rapport à ça. »

Concernant Cheikh Ndoye, qu’attendez-vous de lui au sein du groupe ?

« J’attends qu’il nous apporte sa qualité sur le terrain, son intelligence de jeu technique mais surtout sa puissance. Au-delà qu’il soit un leader au sein du groupe et qu’il apporte son expérience aux jeunes du Red Star. Il amène encore un plus par rapport aux joueurs d’expérience que l’on a déjà. C’est un joueur qui a un passé avec des matchs en Ligue 1 et à l’étranger. Il prend son rôle à cœur. »

Vincent Bordot : « En National 1, ça joue plus que les années précédentes »

Êtes-vous satisfaits du dernier mercato ?

« Oui, ce sont des joueurs que j’ai souhaité avoir. Si je les voulais c’est parce qu’ils ont des qualités intéressantes. Certains sont prêts dès le début, d’autres plus tard, le temps qu’ils assimilent les besoins. Je suis satisfait de leur comportement et de leur état d’esprit »

Vous êtes actuellement 2e, est-ce qu’il y’a des équipes en National 1 qui vous ont donné une forte impression ?

« Oui, il y a des équipes intéressantes par ce qu’elles proposent sur le terrain. Il y a Concarneau. Sète à domicile est très performant. Bastia on connaît. Cette année je ne trouve pas que des équipes soient larguées. Elles ont toutes leur mot à dire et ce sera un combat tous les week-ends. Nous concernant, l’objectif est clair depuis le début, c’est la montée. »

Trouvez-vous le championnat plus difficile que la saison dernière ?

« Oui, il est plus difficile parce qu’il est plus homogène et que les équipes sont mieux structurées, ça joue plus que les années précédentes. Avranches, Laval, Bourg-Péronnas sont des équipes qui proposent énormément de jeu. C’est intéressant. Puis on le voit quand les joueurs partent de plus en plus en Ligue 2 ou en Ligue 1. C’est un signe que le niveau évolue bien. »

Comment se passe votre relation avec le Président, Patrice Haddad ?

« À partir du moment où l’on s’appelle régulièrement pour faire le point et que je suis toujours là c’est que ça a l’air de bien se passer. Je pense que l’on a une relation de confiance dans ce que l’on se dit et ce que l’on fait. Il voit qu’avec le staff on travaille bien. Les résultats dictent tout ça mais tout se passe bien. »

 

Par Nicolas Issner.