LA ROUENNAISE

Anthony Trolet : « Le football n’a pas de couleur à La Rouennaise »

30/07/2020 à 13:28

Anthony Trolet, président de La Rouennaise, développe depuis quelques années une politique sociale par le biais de son club de football.
En effet, des migrants de plusieurs nationalités évoluent aujourd'hui dans ce club, ce qui fut récompensé par divers prix, et notamment le prix Generali, ce qui a permis au club de découvrir Clairfontaine à quelques semaines du début de la Coupe du monde 2018.

« On a aujourd’hui vingt-et-une nationalités présentes dans notre club »

« Nous accueillons aujourd’hui des migrants pour qu’ils jouent au football. En effet, on leur donne un accès à nos terrains, et on leur offre des équipements sportifs afin qu’ils puissent s’entrainer dans des conditions correctes, car beaucoup n’ont pas les moyens d’obtenir des tenues pour jouer. On a aujourd’hui vingt-et-une nationalités présentes dans notre club, ce qui est fantastique. De l’Afghanistan au Brésil, ces migrants apprennent à jouer au football, tout en apprenant à parler français. Il y a donc un échange de culture incroyable par le biais de ce projet. L’émulation est excellente entre les joueurs, et cela donne des résultats formidables. En effet, les meilleurs joueurs ont pu accéder à nos équipes Séniors, et ils ont été très bien intégré. En réalité, il faut le dire, intégrer le club et avoir la volonté de s’améliorer dans ce sport au fil des entrainements, cela permet aussi aux hommes les moins stables d’éviter de faire des bêtises dans la rue. Ils apprennent à gérer leurs nerfs, et se passionnent pour quelque chose, ce qui est très important.

Notre politique a été récompensée, notamment par le trophée Philippe Seguin et par le prix Generali. De plus, pour cet engagement sociétal, le département nous a également récompensé. Ces récompenses ont notamment amené le fait que Valérie Fourneyron, l’ex-ministre des sports, appuie pour que nous gardions nos terrains sur Rouen. Enfin, cela a également permis aux joueurs et au staff d’aller à Clairfontaine sur un week-end pour voir l’Equipe de France au plus près, à quelques semaines de la Coupe du monde 2018, c’était incroyable !

Pour cette saison, nous avons un nouveau projet. Le club va effectivement organiser des repas solidaires destinés à un public en difficulté social. Ces repas auront à chaque fois un thème en lien avec l’origine de nos réfugiés. Avec ces repas, on souhaite donc poursuivre le développement de notre projet »