Dossier

Dossier : les Stage Foot, l’évènement multi-fonction des associations

14/03/2018 à 10:18

De plus en plus courant dans les associations sportives, les Stage Foot durant les vacances scolaires ont l'avantage de multiplier les intérêts pour les clubs amateurs, qui n'hésitent pas à les programmer tout au long d'une saison. Décryptage.

Pré-saison, vacances de la Toussaint, de Noël, février, Pâques ou encore en fin de saison : les occasions ne manquent pas de prévoir dans le calendrier annuel des Stages Foot, permettant aux jeunes licenciés de se retrouver plusieurs jours consécutifs sur les terrains avec les éducateurs de leur club. Perfectionnement du jeune footballeur, intégration de non-licencié, source de revenue : les arguments sont aujourd’hui nombreux pour mettre en avant l’intérêt de ses stages.

La partie terrain

Souvent inscrit dans le cadre d’un projet club, les stages durant les vacances sont pour certains clubs et certaines familles devenus une manifestation incontournable dans la saison, comme nous l’explique notamment Ludivine Martin qui est responsable de l’école de foot de l’Olympique Pavillais : « Les stages foot à l’Olympique Pavillais existent depuis maintenant 3 ans, avec deux stages en « extérieur » pendant les vacances de la Toussaint et de Printemps, puis un stage Futsal pendant les vacances d’Hiver. Ils sont ouverts aux joueurs et joueuses U9 à U15, licenciés au club ou ailleurs. » L’occasion est également donnée aux éducateurs du club, assez régulièrement des jeunes également licenciés de l’association, de développer leur compétence d’encadrement à la fois sur et en dehors du terrain. Un encadrement qui n’est d’ailleurs pas toujours évident à trouver étant donné la période de vacance scolaire, comme nous l’explique Manuel Figueroa du Stade de Grand-Quevilly : « C’est un gros soucis chez nous, certains posent une semaine de vacances spécialement pour le stage. Heureusement que nous avons Gaetan Mutot, le responsable du club, en tant que salarié ainsi que deux contrats civique. »

Car plus qu’un enchaînement de séance, c’est bien la prise en charge des enfants tout au long de la journée qui est proposé par les clubs, à l’image de ce qui peut être proposé par un Centre de Loisirs ou un accueil communal. « L’accueil des enfants se fait entre 8h-18h au club house du Stade Lucien Lécuyer, avec un repas du midi pris en commun au même endroit. », nous précise la dirigeante de l’OP, qui peut compter sur une trentaine d’enfant sur le stage Futsal des dernières vacances après les 50 présents lors de la Toussaint. Chiffres que l’on retrouve similaire du côté du Football Boucle de Seine, avec 30 U9/U11 à la Toussaint et 20 inscriptions en U13/U15 sur 34 adhérents.

 

 

Une réussite que l’on retrouve également pour les clubs qui viennent de se lancer dans l’opération, comme c’est le cas du côté de Doudeville où Mathieu Lecointre nous en a dit plus sur le sujet : « Dans le cadre de la mise en place de son projet club, l’Us Doudeville a effectivement organisé son premier stage vacances Futsal pour les u11 et u13 ans avec un total de 27 jeunes inscrits, encadrés par 5 éducateurs du club. » Une première réussie pour l’USD, qui a permis au club de répondre aux deux objectifs fixés par l’association :  « Il s’agit d’une part de permettre à nos jeunes de travailler techniquement, tout en permettant une formation interne des éducateurs du club. De plus, une sortie au HAC à permis aux jeunes de visiter le Stade Océane. », pour un souvenir que les jeunes Doudevillais ne sont certainement pas près d’oublier ! Une opération que le club a par ailleurs déjà prévu de renouveler deux autres fois dans la saison.

L’aspect financier

Si l’organisation de l’évènement a un coût pour le club, une participation financière est généralement demandée aux familles avec un coût d’inscription, variant selon le nombre de jours et la programmation du stage. En effet, si certains clubs se concentrent sur les séances et la découverte d’autres sports praticables sur le lieu du stage, d’autres structures n’hésitent pas à prévoir des sorties diverses telles que du Bowling, du LaserGame ou autres activités dont les enfants raffolent. Un coût qui n’est par ailleurs pas un frein auprès des familles, l’argent récolté finançant le bon fonctionnement du stage et/ou étant réinvesti dans les équipements du club House, les maillots ou encore du matériel d’entraînement. Stephane Armeli, responsable de l’école de football du Football Boucle de Seine, nous en dit plus sur le fonctionnement en place au FBS : « Le tarif est de 60€ pour les 4 jours, avec un repas complet et le goûter ainsi qu’une récompense en fin de stage (par exemple coupe-vent ou sweat). Le club ne réalise pas de bénéfice sur ces manifestations, les dirigeants bénévoles encadrent les enfants. »

Pour d’autres associations, peut-être majoritairement de taille moins importante, les stages sont également un moyen de boucler les budgets annuels. C’est notamment le cas du côté de l’AS St Martin de Boscherville, qui en organise depuis maintenant 5 saisons. Le responsable des jeunes Luc Savereux, nous en dit plus sur la situation : « La participation classique d’un enfant sur trois jours est de 50€, sachant que nous avons en moyenne 25 enfants d’inscrits ce qui est un très bon ratio par rapport à la taille de notre école de foot (ndlr : environ 40 enfants). Pour un club comme le notre, cette rentrée d’argent supplémentaire est importante pour boucler la comptabilité (dépense de la vie du club, matériel, arbitrage, inscription auprêt du district et de la ligue, etc…). Mais attention : les stages ce n’est pas que de l’argent qui rentre. C’est avant tout le plaisir des enfants, la fidélisation des adhérents et autrement un moyen d’attirer les non-licenciés. De plus cela valorise notre bonne image auprès des familles de la commune, mais aussi auprès des lieux d’activités locaux où nous réalisons des sorties, qui sont parfois sur St Martin. »

Le rôle éducatif

Outre la partie terrain et le côté « sortie », les stages sont également l’occasion de mettre en place différentes actions en lien avec le Projet éducatif fédéral. C’est notamment le cas à Pavilly : « Initiation à l’arbitrage, sensibilisation à l’équilibre alimentaire avec la mise en place de petit déjeuner « type », quiz sur la connaissance du club etc. Plaisir, respect, engagement, tolérance et solidarité sont les maîtres mots de nos stages dans lesquels nous essayons de transmettre ces valeurs à nos jeunes joueurs et joueuses. Nos stages sont des lieux d’apprentissage du football mais surtout de socialisation, de mixité sociale et de vivre ensemble où l’on apprend le respect de soi, d’autrui, des règles et de l’environnement. » Un discours engagé dans l’éducation que l’on retrouve également au FBS, qui a fait notamment intervenir une personne de la Ligue dans le cadre du PEF.

 

 

Qu’il s’agisse de fidéliser ses adhérents, de perfectionner de la technique, de développer une source de revenue ou encore de travailler sur le Programme Educatif Fédéral : les Stage Foot sont désormais pleinement intégré dans le paysage du football amateur. Et pour votre club : seront-ils au rendez-vous des prochaines vacances de Pâques ?