R2/NORMANDIEUS LUNERAY

Frédéric Vaillant (US Luneray) : « On voudra briser notre mauvaise dynamique »

20/11/2020 à 11:07

Frédéric Vaillant, le vice-président de l'US Luneray a abordé le club et son début de saison, que ce soit en championnat ou en Coupe de France.

Bonjour Frédéric. Où en est le club de l’US Luneray aujourd’hui en terme de licenciés et au niveau de ses équipes ?

Le club de l’US Luneray comptabilise aujourd’hui presque 300 licenciés, avec toutes les catégories d’âge représentées, et même des équipes féminines.
Nos U18 évoluent au niveau Ligue, comme nos deux équipes séniors, qui représentent bien le club, avec des équipes en R2 et R3.

Quels sont les objectifs du club pour les mois à venir ?

Sur le court terme, pour notre équipe première, on aimerait bien briser la mauvaise dynamique de notre début de saison en championnat.
En effet, nous avons un seul point en trois rencontres, ce qui est très loin de nos attentes, puisque nous avons l’équipe pour jouer le podium.
Enfin, pour notre R3, on aimerait qu’elle obtienne le maintien, afin de garder deux équipes en Ligue.

Etes-vous satisfait du parcours de l’équipe en Coupe de France ?

Nous avons fait un bon parcours en Coupe de France oui, perdant seulement au 5ème tour dans les dernières secondes face à Evreux (N3), ce qui nous a peut-être coûté des points en championnat d’ailleurs.

Que pensez-vous de l’arrêt des compétitions à cause du Covid-19 ?

Je pense qu’il convient de le dire, il y a plus important que le football en ce moment. Des gens sont morts, des commerces sont fermés, donc même si c’est très dur pour les clubs, on comprend cette décision.
Au niveau économique, certains clubs amateurs vont beaucoup souffrir de la situation.
Puis, en terme de licenciés, surtout chez les jeunes, j’ai peur que l’on en perde beaucoup.
En effet, on a vingt débutants aujourd’hui, mais je ne sais pas combien seront là à la reprise.
J’aurais bien aimé que les entraînements se poursuivent pour les plus petites catégories afin de garder un lien proche avec eux car, si l’on reprend en janvier, sous le froid, je ne sais pas s’ils auront la motivation de refouler les pelouses.

 

Propos recueillis par Arthur Léonard.