PortraitArbitre

Portrait – Loic Thibault « Tout voir est impossible »

28/03/2018 à 20:07

Acteur indispensable à la bonne pratique de notre sport, les arbitres exercent depuis de nombreuses saisons dans des climats difficiles. Souvent critiqués, nous sommes allé en entretien avec l'arbitre Loic Thibault, qui exerce dans la région depuis plus de dix saisons.

 « J’ai commencé le football à l’âge de 6 ans, dans le club de mon village à savoir le FC Tôtes. J’ai joué jusqu’à mes 18ans, puis j’ai eu la double casquette joueur/arbitre jusqu’à mes 21 ans où j’ai alors dû faire un choix selon le règlement. J’ai donc pris la décision d’être que arbitre afin que mon club ne soit plus en infraction concernant le nombre d’arbitre officiel représentant le club. » Un choix que l’homme en noir ne regrette pas, puisque cela fait maintenant 11 ans qu’il a pris le sifflettoujours en représentant le FC Tôtes. « J’ai choisis l’arbitrage car j’avais envie d’un nouveau challenge, de découvrir autre chose. Mon club cherchant un arbitre, c’est tout naturellement que je leur ai proposé ma candidature. »

 

 Dans des relations parfois difficiles avec les joueurs, il nous explique préférer aller à l’essentiel avec les Capitaines lors du traditionnel entretien d’avant-match. L’occasion de lancer la rencontre dans une bonne atmosphère : « Je vais à l’essentiel, je demande si les capitaines ont des questions et si ils n’en ont pas, je leur rappel juste qu’il faut être en tenue réglementaire pour le bon déroulement de la rencontre. » Une manière d’instaurer une relation de confiance avec les deux joueurs, qui seront ensuite en charge d’assurer le relais entre l’arbitre et le reste des joueurs. Dont certains ont la critique bien facile, comm a pu le constater durant toutes ces années Loic : « Pour ceux qui critiquent constamment l’arbitre, car c’est bien connu que c’est toujours à cause de l’arbitre si une équipe perd, je les invites avec grand plaisir à prendre mon sifflet même une mi-temps. Ils comprendront que tout voir est impossible et que l’erreur est humaine, car ceux qui critique n’ont clairement jamais arbitré un match de quelque niveau que ce soit. »

En relation direct avec l’arbitre central, on retrouve également les arbitres assistants, parfois officiels mais également parfois bénévoles des clubs. Un autre style de relation à gérer : « J’essaye de protéger au maximum les arbitres assistants bénévoles qui prennent déjà de leur temps libre pour venir même dans des conditions météorologiques parfois difficiles. Je leur demande d’être le plus honnête possible et même si ils font une erreur, de me faire un geste de la main afin de s’excuser car l’erreur est humaine. Ça arrive à tout le monde mais le reconnaître est une bonne chose, les joueurs le voient et en général ça apaise tout le monde. » Des arbitres assistants bénévoles parfois critiqués aussi, et dont la partialité est souvent remise au cause. « Malheureusement oui, parfois ils oublient qu’ils sont arbitre assistant et non arbitre de leur club. »  Une autre situation pas évidente à gérer pour les officiels…

 Au milieu de toutes ses relations, la passion du football prend le dessus et si les joueurs sont marqués de fort souvenir au cours de leur carrière, c’est également le cas pour les arbitres. Loic nous raconte son meilleur souvenir : « C’est un match où j’étais assistant en Coupe de France, il y a 5 ans de mémoire. Une rencontre opposant Yvetot à Fecamp, qui s’est ponctué en prolongations après un match de très bon niveau. Nous aussi les trois les hommes en noir nous avons fait un très bon match… Quand à la fin d’une rencontre, on ne parle pas de l’arbitrage c’est souvent très bon signe pour nous ! »

A l’avenir, l’arbitre espère bien évoluer pour entretenir sa passion : « Cette saison j’ai été observé pour évoluer en première division et le contrôleur m’a mis un avis favorable sur la partie pratique, maintenant j’ai la théorie à passer. Logiquement cela sera en fin de saison, mais vu le changement avec la réunification des districts je ne sais pas comment cela va se passer. J’espère vraiment avoir ma chance pour évoluer, sinon je ne sais pas si j’aurais l’envie de continuer sans évolution possible. » 

Espérons donc voir « Mr Thibault » dans les désignations de la 1ère division à l’avenir !