National 2Interview

Abdelaziz Barrada : « Les Lusitanos, c’est un choix de vie »

14/02/2020 à 12:15

C’est la grande sensation du mercato d’hiver. Comme Actufoot l’annonçait en exclusivité le 24 janvier dernier, Abdelaziz Barrada, 30 ans, milieu de terrain international marocain (35 sélections A et Olympique) à la riche carrière (centre de formation du PSG, Getafe, Marseille, Emirats arabes unis, Turquie, Qatar), s’est engagé officiellement hier avec l’US Lusitanos Saint-Maur (National 2). Le natif de Provins (Seine-et-Marne) a signé un contrat fédéral d’un an et demi en faveur du club val-de-marnais qui va lui permettre également de se consacrer à sa famille. Un choix étonnant, mais mûrement réfléchi. En exclusivité, il a livré à Actufoot ses premières impressions.

Pourquoi avoir choisi les Lusitanos Saint-Maur et le National 2 ?

Tout le monde me pose cette question ! La réponse est très simple. Ma priorité était de me rapprocher de ma famille et de mes parents en particulier. J’ai beaucoup voyagé durant ma carrière et j’ai estimé que c’était le bon moment. A 30 ans, j’ai le luxe d’être à l’abri sur le plan financier. Le projet des Lusitanos m’a plu et ce club est situé près de chez moi.

« J’ai reçu des propositions 50 fois supérieures »

Avez-vous reçu d’autres propositions depuis votre départ d’Al-Shahania (Qatar) en décembre ?

Oui, beaucoup. J’ai eu des offres du Maroc, d’Espagne, d’un club français de Ligue 2, de Grèce et de Dubaï. En région parisienne, Moissy, mon ancien club, m’a aussi contacté, tout comme Le Mée, Torcy et Meaux.

Qu’est-ce qui a fait penché la balance en faveur des Lusitanos ?

Ce n’est évidemment pas une question d’argent, car j’ai reçu des propositions 50 fois supérieures à la leur. Salah Mahjoub (le co-entraîneur des Lusitanos) a trouvé les mots pour me convaincre. Avec Salah, on se connaît depuis tout petit. On a grandi ensemble à Provins. Je lui ai donné ma parole. Monsieur Mapril Baptista, qui est un président très ambitieux, a été également très convaincant. Son projet de monter en National est intéressant et les structures sont bonnes.

Prenez-vous un risque en évoluant à ce niveau ?

Absolument pas. On ne craint rien quand on a joué un peu partout dans le monde comme moi. Je suis très heureux de ce choix qui, je le répète, est un choix de vie. Cela faisait 14 ans que j’étais parti de chez moi et j’ai senti que c’était le moment de revenir près de ma famille. J’avais juste envie de prendre du bon temps avec elle. Les gens intelligents diront que ce gamin n’est pas si bête. Partager les mêmes valeurs que ses parents n’a pas de prix.

Quand allez-vous jouer  ?

Pas ce week-end. Il me faut encore deux ou trois semaines pour être totalement prêt. Je vais essayer d’apporter ma pierre à l’édifice. Samedi dernier, j’ai assisté au match contre Mulhouse (victoire des Lusitanos 3-0) et j’ai pu constater que le National 2 était un bon championnat. Belfort et Epinal, qui sont dans le même groupe, l’ont d’ailleurs prouvé en Coupe de France.

Vous avez signé un contrat fédéral d’un an et demi. C’est un engament fort…

Je souhaite vraiment m’investir avec les Lusitanos. Je compte d’ailleurs passer mes diplômes d’entraîneur. Après, on ne sait pas ce qui peut arriver, mais tout est clair avec le président. Si une grosse offre arrive de l’étranger, on en discutera ensemble.

Abdelaziz Barrada aux côtés du président des Lusitanos, Mapril Baptista.

Crédit Photo : OM / LUSITANOS