ClubPrésentation

Le FC Mantois 78, une référence de la formation en Île-de-France

16/11/2020 à 9:00

Basé à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, le FC Mantois 78 est un club référence dans le département ainsi qu'un écurie quand même reconnue dans la région Île-de-France avec la présence de l'équipe fanion en National 3. Focus sur ce club présidé par Éric Aderdor ainsi que sur ses méthodes de travail, son mode de fonctionnement, ses installations, sa formation. Actufoot a échangé avec le Président du FC Mantois 78.

Le rayonnement d’un club passe d’abord par les résultats et les performances de son équipe fanion. Après 11 saisons passées au quatrième échelon national qu’est le National 2, le FC Mantois 78 a été relégué cette année après une saison à oublier et fait donc son retour en National 3. Coachée par Robert Mendy depuis 2008, également directeur technique au sein du club des Yvelines, l’effectif de N3 réalise un début de saison poussif avec 5 points glanés en 6 journées et une 10e place au classement. Mais pas de panique, la saison est encore très longue.

« 80% des joueurs de l’équipe première sont issus de notre formation »

Redescendre du quatrième au cinquième échelon national est, à coup sûr, un mal pour un bien selon Éric Aderdor. « Le Covid nous a joué des tours la saison passée même si, cependant, la saison n’était pas bonne de notre part. Aujourd’hui, redescendre en National 3 est une très bonne chose car cela va nous permettre de retravailler les bases. On va pouvoir s’appuyer sur notre formation maison. 80% des joueurs de l’équipe première sont issus de notre formation. C’est une de nos qualités. Beaucoup de joueurs, pour la plupart, partent dans des clubs professionnels puis reviennent chez nous. »

Match de championnat de l'équipe première du FC Mantois
Match de championnat de l’équipe première du FC Mantois

« Nous sommes à 1200 licenciés »

Le club se porte très bien malgré cette relégation sportive. Aujourd’hui, à Mantes-la-Jolie, on va pouvoir continuer à jouer et à performer la formation qui ne cesse de grandir et de porter ses fruits d’années en années. Comme on dit, après la chute il faut savoir se relever. Et la chute en question, le club n’en est pas passé très loin avant l’arrivée d’Éric Aderdor. « J’ai récupéré le club quand il était dans la pire des situations. Il y avait de très gros problèmes administratifs avec la DNCG car il y avait un trou financier de 180 000€. On a comblé ce trou en l’espace de 1 mois. J’ai ramené pour 200 000€ de sponsoring. Le club s’est sauvé de cette relégation administrative. Quand je suis arrivé il y a deux an et demi, le club était très bien structuré d’un point de vue sportif. En revanche, c’était plus compliqué sur le plan administratif et financier. Cette saison, le club est bénéficiaire de plus de 170 000€, ça ne s’est jamais fait depuis 15 ans. On avait un objectif de 1 400 licenciés, on est pas mal si on prend en compte l’impact du Covid, nous sommes à 1 200. Le FC Mantois 78 fait partie des 20 plus gros clubs de France en termes de licenciés. Dans les Yvelines, on doit être un des plus gros avec Houilles et Trappes. »

Un club qui compte sur les jeunes et les femmes

Avec 1 200 licenciés, on peut bel et bien imaginer que les jeunes prennent beaucoup de place. Oui l’équipe fanion est très importante pour le FC Mantois 78 mais derrière tout cela il y a un véritable engagement chez les jeunes et les femmes. Préparer l’avenir a toujours été primordial, la formation le prouve aujourd’hui avec une grande majorité de joueurs formés ici qui sont présents en National 3 ainsi que dans le monde du football professionnel. Parmi une cinquantaine d’équipes au sein du club, il y en a plusieurs qui rendent le Président plus que fier. « La saison dernière, nos U17 sont passés en Nationaux. C’était une bonne surprise. Nous sommes le deuxième club avec le PSG à avoir des U17 Nationaux sur le département donc c’est une fierté. On a nos U19 et U18 qui taquinent souvent la montée. On devrait bientôt avoir des U18 Nationaux sur les deux prochaines années. Le reste de nos équipes est plutôt bien positionné. Le FC Mantois 78 est un vrai club formateur. On a un vrai rayonnement sur notre région. »

« On a près de 250 joueuses, 50% de nos 1 200 licenciés ont moins de 13 ans »

De son côté, le football féminin ne cesse de se développer en France. Il y a environ 7 ans, la Fédération Française comptait 40 000 joueuses licenciées. Début 2020, ce nombre avait été multiplié par 5 en atteignant la barre des 200 000 licenciées. En conséquence, on peut retrouver cette évolution au FC Mantois 78. Le nombre de joueuses correspond finalement à un cinquième de celui des licenciés au total. « On a près de 250 joueuses, c’est un gros axe de développement pour nous. 50% de nos 1 200 licenciés ont moins de 13 ans. On a un gros vivier derrière. La bonne centaine d’éducateurs fait un travail remarquable. Il y a un super accompagnement. J’essaie de donner les moyens à mes éducateurs de passer certains diplômes dans la capacité financière du club. »

FC Mantois 78 femmes
Équipe féminine du FC Mantois 78

Qui dit nombre de licenciés très important dit aussi grosse quantité d’éducateurs. Une centaine d’éducateurs travaille quotidiennement avec les jeunes et les femmes pour les emmener le plus haut possible. Pour Éric Aderdor, il est plus qu’important d’accompagner ses éducateurs à travers leur parcours. « Il y a pas mal d’éducateurs qui viennent de chez nous. Il y a plusieurs joueurs en fin de carrière qui se posent des questions sur leur avenir, j’essaie d’en accompagner certains dans leurs diplômes d’entraîneur. »

La formation du FC Mantois 78, une passerelle vers le monde professionnel

De nombreux joueurs formés ou passés par le FC Mantois 78 évoluent aujourd’hui dans les plus grands clubs français et européens. En premier lieu, ces transferts viennent donc valider le travail fourni par le club et sa formation depuis de très longues années. Deuxièmement, ils permettent des rentrées d’argent liées à un pourcentage du transfert final, ce qui est toujours bénéfique pour le club. Voici quelques joueurs issus du club : Moussa Sow (ex-LOSC), Amara Diané (ex-PSG), Opa Nguette (FC Metz) ou encore Yann M’Vila (ex-Stade Rennais). L’exemple le plus notable est celui de Ferland Mendy, transféré l’été dernier de l’OL au Real Madrid pour 50 millions €. « Ferland est le dernier en date, il a d’abord passé deux années chez nous. Il a été transféré de l’Olympique Lyonnais au Real Madrid. Ce transfert nous a permis de toucher des indemnités de transfert assez intéressantes pour le club. Certes ce montant ne représente pas grand-chose à côté du montant total du transfert final mais c’est un montant qui n’est pas négligeable pour le budget du club. On a touché environ 0.4% de son transfert qui s’élevait à 50 millions €. C’est tout de même ultra intéressant pour nous de voir un de nos joueurs signer à l’étranger. »

Ferland Mendy
Présentation de Ferland Mendy au Real Madrid

De nombreux projets en attente : installations, rôle social..

Éric Aderdor et le FC Mantois 78 ont pour but de grandir sur absolument tous les plans. On ne prend pas en considération que l’aspect sportif quand on est Président d’un club de football. A l’image d’un centre de formation dans un club professionnel, on apprend à concilier football et école. « J’ai un rôle qui est double. En tant que Président du club, je me projette sur le football et le social. On était en train de réfléchir pour faire en sorte de mettre en place de l’accompagnement scolaire pour tous les gamins. » 

« Un terrain synthétique rendrait service à tout le monde. »

Au niveau des installations et infrastructures sportives, l’équipe fanion de National 3 possède son centre d’entraînement et joue ses matchs au Stade Aimé Bergeal. Les autres équipes évoluent, quant à elles, sur d’autres complexes. Mais il y a tout de même des envies de changement sur ce point-là. Comme de nombreux clubs, on souhaite rajouter des terrains pour gagner du temps et de la place. Au FC Mantois 78, on en parle activement. Cependant, non on ne compte pas rajouter un terrain en herbe naturelle. « On doit avoir une bonne cinquantaine d’équipes. On a la chance d’avoir pas mal d’installations. Il y a 3 complexes à notre disposition. L’équipe première dispose d’un centre d’entraînement. On est en train de travailler avec les élus locaux pour voir si on peut disposer d’un ou deux terrains synthétiques supplémentaires. Le terrain de l’équipe première est en herbe, c’est super mais cela demande pas mal d’entretien. Un terrain synthétique rendrait service à tout le monde. C’est une question de pratique. Les rotations sur le terrain en herbe sont assez limitées car on endommage la pelouse. Sur le synthétique, on peut faire autant de rotation possible sans pour autant abimer le terrain. Ça libère aussi des créneaux car plus de place. »

Éric Aderdor
Éric Aderdor, Président du FC Mantois 78

« On a un vrai rôle d’intégration »

A côté de cela, le Président du club, basé dans les Yvelines, a bien d’autres projets à mener et qui lui tiennent  à cœur. « On aimerait faire grossir le budget pour faire baisser le prix des licences. Il faudrait aussi faire grossir notre base de licenciés et accompagner tous les clubs satellite autour de chez nous, pour pouvoir les alimenter. Un autre objectif, développer un maximum le football féminin sachant qu’on a un des plus gros réservoirs en Île-de-France, voire de France. Il faut développer le football sous toutes ses formes, comme le foot à 5. C’est fondamental car cela va nous permettre d’élargir notre cercle de licenciés. L’idée est de donner un maximum de moyens à mes éducateurs, pour qu’ils soient formés. C’est vraiment important car le club de football est souvent le troisième club de sociabilisation derrière l’éducation nationale et les familles. En conclusion, on a un vrai rôle d’intégration. »

 

Par Nicolas Issner.