InterviewN1

Ousmane Badji (US Concarneau) : « J’ai travaillé pour en arriver jusque-là »

04/07/2020 à 13:24

Ousmane Badji (25 ans) a quitté cet été Bourges (N2) pour évoluer un étage au-dessus : à l'US Concarneau. Retour sur l'ascension fulgurante de l'ex-latéral gauche du Cergy-Pontoise FC. Son inspiration est peut-être Benjamin Mendy, mais son parcours lui appartient. Rencontre !

Quel a été votre premier sentiment après votre signature à Concarneau ?

Un sentiment de joie, j’ai été surpris car je ne m’y attendais pas. De plus, j’ai été flatté car cela montre que j’ai du potentiel et qu’une équipe comme Concarneau croit en moi.

À qui avez-vous pensé en premier ?

La première personne à qui j’ai pensé à ce moment-là, c’est à ma mère, car si je fais tout cela, c’est pour moi mais surtout pour elle !

À quand remonte les premiers contacts ?

Le premier contact s’est fait rapidement et j’ai signé dans la foulée.

Vous étiez encore au Cergy-Pontoise FC en Régional 1 en 2015-2016. Quelle belle progression en 5 ans ! Comment l’expliquez-vous ?

Je suis une personne ambitieuse, je sais ce que je veux et je me donne à fond pour réussir. J’ai travaillé pour en arriver-là car je viens de très loin…

Pour mieux comprendre votre passion, qui vous a donné envie d’en faire votre métier ?

Avant tout, pour moi le football est une passion. J’ai fait des études et je ne pensais pas que le football deviendrait mon métier.

Rien n’est impossible selon vous ?

Tout peut-être possible tant qu’on y croit, il faut juste se donner les moyens.

Quand avez-vous pris conscience de vos qualités ?

Quand des clubs de National 3 et de National 2 ont commencé à s’intéresser à moi durant ma dernière saison à Cergy-Pontoise. Ce qui m’a permis de me dire que j’avais progressé et évolué.

Votre dernière saison avec Bourges en N2 a été remarquée…

Oui, on avait un très bon groupe pour une première saison pour le club à ce niveau, on a fini sixième au classement !

Qu’est-ce qui est le plus dur en National ?

Pour moi, la National se rapproche du monde professionnel, tout va plus vite, c’est plus physique, plus tactique…

Vous êtes un latéral offensif ou à l’ancienne ?

Je suis plutôt un latéral moderne qui aime apporter offensivement et revenir défendre à fond. J’ai une bonne VMA qui me permet de répéter beaucoup les courses pendant un match. Mes qualités se rapprochent plus de Benjamin Mendy. On me compare souvent à lui et à mon poste c’est une source inspiration car il a travaillé dur pour être à ce niveau et il est l’un des meilleurs latéral gauche au monde.

Un dernier mot ?

J’ai pu signer en N1 et je ne compte pas m’arrêter à ce niveau en tout cas je l’espère, je dois me surpasser encore. Et en travaillant, je sais que je peux y arriver. Je remercie toutes les personnes qui m’ont accompagnées jusqu’à aujourd’hui. Je remercie le club de Concarneau et Stéphane Le Mignan de m’accorder toutes leur confiance !

Propos recueillis par Farid Rouas.