Covid-19

Les instances du football en ordre de marche

30/03/2020 à 18:26

Comme nous l’affirmions ce lundi à la mi-journée sur Actufoot.com, les instances du football bouillonnent en ce début de troisième semaine de confinement en France. A tous les niveaux, les dirigeants et leurs conseillers médicaux, sportifs, juridiques et économiques, tentent de trouver la meilleure issue possible, ou plutôt la moins mauvaise.

Nos rédacteurs sont parvenus à contacter plusieurs présidents de ligue en début d’après-midi. S’ils ne les ont pas infirmées, aucun d’entre eux n’a souhaité commenter nos informations dans un souci d’uniformisation du discours. Tous affirment la volonté des 13 ligues de communiquer d’une seule voix sur tous les sujets liés au Covid-19. Ce collectif travaille en étroite collaboration avec la Ligue du Football Amateur sur toutes hypothèses possibles et sur toutes les questions que chacune peut générer. Et elles sont très nombreuses !

Réunion majeure ce mercredi

« Les idées circulent mais nous n’avons pris aucune décision et nous avons convenu de ne prendre aucune position avant la réunion de mercredi entre les présidents de ligue et les dirigeants de la fédération », nous a confié Gérard Loison, président de la Ligue Pays de la Loire. « C’est là que des décisions pourraient être prises. Je vois fleurir des tas de solutions, mais très franchement à la période que nous vivons, compte tenu des incertitudes, la priorité c’est la santé des gens. Je suis âgé et la faiblesse de l’âge me fait dire qu’il est trop tôt pour imaginer des solutions définitives », poursuit-il.

Mille interrogations

En interne, les débats vont bon train et la question d’une décision uniformisée à tous les niveaux du football amateur cherche encore une réponse comme l’explique Jean-Claude Hillion, président de la Ligue de Bretagne : « On s’interroge , est ce qu’on généralise au plan national ou on laisse les ligues et districts décider pour les compétitions qu’ils organisent ? On sait que par exemple le Grand Est ne pourra pas aller au bout de la saison, que certains seront peut-être en capacité de reprendre en mai alors que d’autres ne le seront pas, que cela sera peut-être encore plus, toujours avec de probables décalages… ».

Un « 49-3 » du football ?

Si elle peut apparaître séduisante, l’idée d’une sorte de « 49-3 » de la FFF imposant un système unique pour la poursuite ou l’arrêt des compétitions pourrait en effet se heurter aux réalités sanitaires locales. Celle-ci a toujours ses partisans chez les dirigeants, comme l’idée d’organiser des play-off/play-down pour acter les montées et les descentes sans être forcés de tenir un calendrier intenable. Toujours dans un souci de préserver les compétitions et de garantir l’équité sportive, les instances espèrent encore que la décision puisse se faire sur le terrain, mais chaque jour cet espoir semble s’amenuiser au regard de l’essor de l’épidémie sur le territoire.

Le cri du cœur de Jean-Claude Hillion

« Je vis le football par passion mais notre match à tous aujourd’hui, c’est celui contre ce Covid 19 », clame Jean-Claude Hillion qui se permet un léger pas de côté qu’on lui pardonnera bien volontiers. « S’il faut rester à l’intérieur pour gagner, on le fera. J’assume d’être transparent. Je n’ai pas connu la guerre auparavant, j’étais trop jeune pour ça, mais force est de constater qu’aujourd’hui on est en guerre contre un ennemi invisible ! ». Cette priorité sanitaire étant difficilement compatible avec un retour prématuré à la compétition, l’idée d’une fin de saison prématurée fait son chemin, comme nous l’affirmions dans notre enquête.

Le temps est compté

Nous savons aussi selon nos dernières informations que l’hypothèse privilégiée par cette enquête ne fait pas encore l’unanimité même si l’idée fait son chemin. Toute décision sur la fin de la saison 2019-2020 ayant des conséquences sur la prochaine, dans ce cas en particulier, les dirigeants se sont plutôt sagement donnés du temps pour analyser une situation très complexe et ne pas prendre de décisions trop hâtives. Mais celui-ci leur est compté et chaque jour qui passe accroît les incertitudes des clubs et de leur 2,2 millions de licenciés.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟