FéminineInterview

Angeline Da Costa (FC Twente): « Je prends mon envol »

01/03/2018 à 17:18

La jeune joueuse, née en 1999, a rejoint les Pays-Bas et le FC Twente fin janvier. Passée par les Terrasses du Tarn, Montauban, l'ASPTT Albi et Rodez, Angeline Da Costa revient sur son choix de quitter la France et sur son début de carrière.

Actufoot: Tout d’abord, quelles sont les raisons à l’origine de votre décision de rejoindre les Pays-Bas? 

Angeline Da Costa (FC Twente): J’ai reçu cette proposition qui était pour moi l’opportunité de découvrir le football dans un autre pays, donc une nouvelle culture, et également me confronter aux meilleures joueuses hollandaises puisque de nombreuses internationales jouent au FC Twente.

AF: Est-ce que le fait d’avoir un contrat professionnel est un avantage et un argument pour signer aux Pays-Bas? 

ADC (FCT): C’est un avantage oui forcément puisqu’en quittant le pays, je prends mon envol et dois donc subvenir à mes besoins. Il est important pour moi d’être indépendante. Mais, ce n’est pas l’argument prioritaire de ma décision.

AF: Et justement, est-ce que c’était vraiment « important » pour vous de quitter votre cocon et d’aller voir ailleurs pour progresser dans votre carrière? 

ADC (FCT): Oui, c’est le « grand pas » dans le monde du football. Et c’est pour moi, lorsque l’on quitte ce cocon que l’on voit vraiment de quoi l’on est capable. Surtout au niveau psychologique c’est une étape très formatrice.

AF: Est-ce que votre départ aux Pays-Bas « met de côté » vos études? 

ADC (FCT): Non, absolument pas, je n’abandonnerai pas mes études, c’est une priorité pour moi. Je continue à distance et fais le nécessaire pour passer les examens en fin d’année comme tous les étudiants.

AF: Au niveau global, comment est vu le football féminin aux Pays-Bas? Est-ce que cela a plus d’importance qu’en France? 

ADC (FCT): Le football féminin me semble avoir un peu plus d’engouement en tout cas au sein de mon club avec beaucoup de fans, d’activité sur les réseaux. Mais je n’ai pas vécu assez de moments encore pour comparer avec le football en France.

AF: Comment se passe l’adaptation dans l’équipe, notamment au niveau de la langue?

ADC (FCT): Je communique avec les joueuses et les coachs en anglais. Et, il y a deux belges dans l’équipe qui parlent français donc c’est assez facile de communiquer. Mais, d’une manière générale, le monde du football est un langage donc sur le terrain on se comprend très bien.

AF: Et pour vous qui êtes habituées au Sud-Ouest, comment se passe l’adaptation dans la vie de tous les jours dans un pays où vous ne parlez pas la langue et que vous ne connaissez pas? 

ADC (FCT): Je suis une personne qui s’adapte facilement donc je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers. Au contraire, ça me permet de découvrir une nouvelle façon de vivre par rapport au climat, la nourriture, etc…

AF: Quel est l’objectif pour cette deuxième partie de saison à titre personnel et pour l’équipe? 

ADC (FCT): Pour l’équipe, le but est d’être champion et de remporter la coupe. Et, à titre personnel, mon objectif est de gagner du temps de jeu pour finir titulaire.

AF: Et à plus long terme, quel est votre objectif, découvrir la Ligue des Champions et l’Equipe de France? 

ADC (FCT): Mon but est de découvrir la Ligue des Champions l’an prochain et d’être dans le groupe France U19 ou U20 cet été. (ndlr: cet été, il y aura la Coupe du Monde Féminine U20 en France)

AF: Et pour voir encore plus loin, est-ce que vous pensez à l’Equipe de France A, ou est-ce que cela fait partie de vos objectifs?

ADC (FCT): C’est un de mes objectifs, mais j’ai conscience qu’il va falloir énormément de travail et de patience parce que c’est très compliquée en France, il y a d’excellentes joueuses.

AF: Selon vous, jouer à l’étranger, cela peut être un « avantage » pour atteindre cet objectif? 

ADC (FCT): Je pense que cela n’a pas réellement d’impact, le plus important, ce sont la progression et les performances, où que l’on soit.

AF: Et est-ce que vous avez dans l’idée de découvrir le football dans d’autres pays (Allemagne, Etats-Unis, …) ou comptez-vous rentrer en France? 

ADC (FCT): Je n’ai pas fait de projets sur mon avenir, je suis bien au FC Twente et je préfère me concentrer sur ma saison.

AF: On va maintenant revenir sur votre carrière en France. Quel souvenir gardez-vous de votre passage dans les clubs du Tarn et Garonne?

ADC (FCT): Tout d’abord, je souhaite remercier le club des Terrasses du Tarn qui m’ont permis de débuter le football au plus jeune âge et mon super coach Jean Pierre Roques qui m’a transmis sa passion pour le football. Je tiens également à remercier le Montauban FC qui m’a permis d’accéder au plus haut niveau en jouant en ligue élite pendant 2 ans avec les garçons.

AF: Encore aujourd’hui, est-ce que vous suivez les résultats de Montauban? 

ADC (FCT): Je regarde les résultats et plus particulièrement ceux des filles.

AF: Un jour, est-ce que ce serait possible de vous voir revenir au club, que ce soit dans votre carrière ou plus tard?

ADC (FCT): Je ne sais pas, je ne me projette pas encore aussi loin.

AF: Vous avez eu la chance de goûter à l’équipe de France. Qu’est-ce que cela représente pour vous et qu’avez-vous ressenti lors de vos sélections? 

ADC (FCT): C’est une très grande fierté de représenter le pays. Je ne saurai comment décrire cette expérience, mais je souhaite à tout le monde de vivre un moment comme celui-ci. Une petite anecdote, lors de ma première Marseillaise, j’en ai eu les frissons tellement c’était un rêve d’enfant qui se réalisait.

AF: Plus globalement, quel bilan tirez-vous de votre début de carrière en France et que retenez-vous? 

ADC (FCT): J’ai énormément travaillé pour obtenir ce que j’ai eu jusqu’à ce jour, même si ce n’est rien. Le bilan que je peux tirer c’est qu’il faut beaucoup de persévérance, de qualité de travail et de mental.

AF: Vous détenez le record de précocité en première division (ndlr: elle a débuté en 1ère Division à 14 ans et 4 mois sous le maillot de l’ASPTT Albi), qu’est-ce que cela représente pour vous ce record?

ADC (FCT): C’est un honneur pour moi, mais en réalité cela n’a pas d’importance, car je pense qu’il faut un contexte également, donc cela aurait pu arriver à une autre joueuse.

AF: Enfin, est-ce que vous avez un joueur ou une joueuse que vous considérez comme un modèle? 

ADC (FCT): Mon joueur-modèle est Cristiano Ronaldo parce que c’est quelqu’un qui travaille énormément et que je trouve exemplaire.