National 2Ligue 1

L’US Colomiers se rapproche du Montpellier HSC, pourquoi pas du TFC ?

07/07/2017 à 18:26

Cet après midi, l'US Colomiers a signé un partenariat avec le Montpellier HSC pour se rapprocher de l'autre club professionnel de la nouvelle Ligue Occitanie. Si les liens entre les deux clubs ont toujours été importants, à travers les signatures de plusieurs jeunes joueurs notamment, il est légitime de se demander pourquoi le second club du département n'effectue pas la même démarche avec le premier, le TFC.

Le parallèle est saisissant. Alors que l’US Colomiers Rugby et le Stade Toulousain ont lancé une campagne de communication pour illustrer leurs bonnes relations et annoncer le retour du Derby, fut-ce un simple match amical de préparation de saison, l’US Colomiers Foot se tourne vers le Montpellier HSC pour signer un partenariat avec un club professionnel. Alors que le TFC n’a jamais été aussi prompt et désireux de se rapprocher de son environnement le plus proche, qu’il a concrétisé cette politique en faisant de l’AS Union, de l’AS Muret et du Pau FC des clubs partenaires, il peut paraître étonnant de voir le second club de Haute Garonne aller chercher à 250 kilomètres, une expertise, une compétence et d’éventuels débouchés professionnels, qui existent pourtant à quelques kilomètres à peine.

« Si Colomiers estime qu’il vaut mieux se rapprocher de Montpellier… »

Au siège du TFC, Jean-François Soucasse, le président délégué général, n’était pas au courant de l’annonce faite par le club voisin. Sans porter de jugement sur ce nouveau partenariat, sans aucune volonté de polémiquer, il nous déclarait « en prendre acte. Si Colomiers estime qu’il vaut mieux se rapprocher de Montpellier que du TFC, c’est son problème. Peut-être y a-t-il plus intérêt… De notre côté, nous avons l’habitude d’approfondir des relations avec des clubs qui partagent les mêmes valeurs; la même philosophie. Nous sommes le cinquième centre de formation de France, le 10ème en Europe, avec une des équipes les plus jeunes du continent, un coach qui fait jouer des joueurs issus de notre centre de formation et 95% de réussite au Bac depuis une dizaine d’années. Nous sommes très contents de ce qui a été mis en place avec L’Union,  Muret ou Pau. Le club de Colomiers est libre de faire ce qu’il veut, on ne lui en veut pas. »

Capitany devient la banlieue de la Mosson

Malgré la présence de plusieurs anciens joueurs du TFC dans le staff ou l’organigramme de l’US Colomiers, la relation entre les deux clubs phares du Toulousain n’a, historiquement, jamais été au beau fixe. Une question de culture certainement, ou d’hommes, entre deux clubs qui ont toujours plus ou moins agi de manière frontale dans les catégories de jeunes. Ce partenariat avec Montpellier ne risque pas d’améliorer la situation. Dans un contexte de forte concurrence pour recruter les meilleurs jeunes joueurs de la région, et même si, au final, aucun partenariat d’aucune sorte signé entre deux clubs ne pourra jamais obliger un joueur à signer où il ne veut pas, il est quand même dommage de ne pas parvenir à créer une sorte de parcours d’excellence régional autour du TFC. Les dirigeants téfécistes, leurs éducateurs, en ont évidemment une part de responsabilité. En reprenant à la base les termes d’une politique de formation et de proximité qui ne correspondait pas aux attentes des clubs amateurs de la région, ils n’ignoraient pas qu’il faudrait convaincre et casser certaines vieilles rivalités. Si elle ne remet pas en cause leur volonté de continuer à oeuvrer pour un vrai rapprochement, à multiplier les partenariats, à les approfondir, la décision de Colomiers ne va évidemment pas dans leur sens même si elle a le mérite de clarifier les choses. Car en faisant de Capitany la banlieue de la Mosson, les dirigeants columérins ne peuvent plus faire semblants. Ils roulent désormais pour le MHSC.


Photo : le président Patrick Delacroix avec Robert Nouzaret, le représentant du MHSC. (crédit : page Facebook de l’USC)