InterviewN2

Fabien Pujo (ex-SC Toulon) compare Claude Joye à Waldemar Kita !

13/07/2020 à 17:32

Fabien Pujo, ancien coach du SC Toulon, revient sur sa période compliquée avec le club varois, parle de Claude Joye et avoue qu'une rencontre avait eu lieu avec Mourad Boudjellal.

Fabien, pouvez-vous revenir sur votre expérience à Toulon ?

Plusieurs projets s’offraient à moi, dont le SC Toulon, un club historique avec un projet passionnel. Le club avait été rétrogradé en DH, avant de remonter en N3 et N2 puis que plus rien ne se passe pendant deux ans. Dès ma première année, on monte et je découvre un club émotionnel, à l’image de ceux du sud… malgré l’accession, nous éprouvons avec le staff beaucoup de mal à influer sur la politique sportive et le recrutement. L’effet positif escompté n’a pas eu lieu, c’était même totalement le contraire. Lors de la deuxième saison, on restait sur dix matchs sans victoire, quatre nuls, plusieurs défaites par un but d’écart…  C’est donc à ce moment-là que le club a décidé de modifier son staff.

Avez-vous des regrets concernant cette expérience ?

Malgré les résultats, on estimait qu’il fallait être plus patient mais le club a fait son choix. Victor Zvunka a pris ma succession, ils ont signé neuf recrues de plus mais il n’a pas pu faire mieux. La réflexion du président n’a pas été bonne. J’ai par ailleurs mal vécu la situation, c’est la première fois que ça m’arrive.

Il y avait des bruits comme quoi Boudjellal avait discuté avec vous à l’époque avant les rumeurs de reprise du SC Toulon ?

Au moment où je quitte mon poste d’entraîneur, il émet effectivement le souhait de reprendre le club de Toulon et nous avions un ami commun dans le domaine du rugby. On a créé un lien parce que le projet pouvait m’intéresser. Mais il n’y a pas eu plus à part des échanges !

Quel est votre avis sur le duo qu’il « compose » avec Claude Joye ?

Claude Joye, c’est quelqu’un que je connais très bien. Si je devais le comparer à quelqu’un, ce serait Waldemar Kita (président du FC Nantes) : très interventionniste, beaucoup porté sur l’émotionnel avec le « gagner-perdre »… C’est un actionnaire et il estime qu’il a un droit de regard sur le sportif. Il passe vite à autre chose si ça ne lui plaît pas et il faut qu’il croit à son entraîneur sur un projet. Mais ce qui l’importe surtout, c’est d’empiler les bons joueurs. Mourad Boudjellal, lui, est quelqu’un de très ambitieux, qui a été capable d’aller chercher les bons techniciens. Quand tu es capable de mettre sur le banc Laporte, c’est une preuve qu’il va chercher et payer la grande compétence. Il est là pour mettre le technicien dans les meilleures conditions. Pour lui, il faut de la compétence, en joueur et surtout avec ceux qui managent.

L’interview intégrale de Fabien Pujo est à retrouver demain dans la journée sur Actufoot National !