Interview N2

Idriss Ech-Chergui : « On peut dire que je suis un petit peu un porte-bonheur »

07/11/2018 à 14:27

C'est avec simplicité qu'Idriss Ech-Chergui, l'ex milieu offensif du Paris FC (Ligue 2), arrivé au Sporting Toulon lors du mercato estival, s'est confié à Actufoot. Ses premiers pas au sein du club, ses ambitions, son expérience... l'homme habitué des accessions dit tout !

Idriss, comment se passe ces premiers au Sporting Toulon ?

On est sur une très, très bonne lancée actuellement. On savait que Martigues représentait un premier tournant de la saison. C’était le match qui bouclait le premier tiers de la saison et on avait vraiment à cœur de rester coller au haut du tableau. Malgré notre match en retard, on a quand même seize points. On fait de bonnes prestations depuis le début de l’année et on a retrouvé l’efficacité ainsi qu’un bon bloc défensif qu’on a travaillé. Ça nous sourit en ce moment parce que l’équipe travaille et fait les efforts à la perte du ballon. Nos adversaires ont beaucoup de mal à se procurer des occasions contre nous. De nôtre côté, on sait qu’on peut marquer à tout moment avec des joueurs comme Guilavogui, Goncalves, nos attaquants, qui sont en grande forme en ce moment.

Vous avez quitté le monde professionnel pour le projet du Sporting. Qu’est-ce qui vous a séduit ?

C’est vrai que j’aurais peut-être pu rester une année supplémentaire à Paris, mais, premièrement, on souhaitait avoir un meilleur cadre de vie avec ma famille. Avec deux enfants, cela devenait compliqué là-bas. Je savais que le Sporting avait raté de peu la montée la saison dernière, qu’ils avaient une belle équipe. En discutant avec des personnes du club que je connais bien, j’ai eu des garanties au niveau d’une certaine qualité de jeu. Cela faisait quelques temps qu’on échangeait. Mon but est d’apporter une petite pierre à l’édifice pour accrocher cette accession.

Vous êtes un habitué des accessions !

C’est vrai que sur quatre années au Paris FC, j’ai fait deux montées avec le club. J’ai également participé à la montée avec Luzenac qui nous a été refusée, et celle avec le Nîmes Olympique à l’époque (2010-2011). On peut dire que je suis un petit peu un porte-bonheur (rires).

Le championnat est assez homogène cette saison. Que va t-il falloir faire de plus que les autres pour monter ?

Déjà, il faut avoir une bonne cohésion de groupe, que tout le monde tire dans le même sens. Que le onze titulaire soit le plus compétitif possible mais que derrière, il y ait vraiment un groupe qui suive. On aura besoin de vingt ou vingt-deux joueurs. Les entraînements sont très importants, et puis, au-delà de ça, ce sont les détails qui feront la différence. Ne pas prendre de but et avoir un gros bloc défensif, car on sait qu’on peut marquer à tout moment. Même si on doit gagner les matches (1-0), le principal est de prendre les points. Si on les a la mi-temps, il ne faut pas les perdre !

Puis viendra l’heure de vous projeter sur la Coupe de France et sur ce derby… Avec l’envie de passer ce tour pour rencontrer une formation professionnelle ?

La Coupe de France reste une aventure collective. Certains peuvent avoir envie de jouer un club pro car ça ne leur est jamais arrivé, d’autres vont peut-être plus se concentrer sur le championnat. Comme le dit le coach, c’est un bonus, c’est pour nous. En tant que joueur, on est compétiteur, donc chaque rencontre, que ce soit une DH ou une Ligue 2, on a envie de gagner. La motivation supplémentaire de la Coupe de France, c’est à nous d’aller la chercher. Si on a envie qu’on parle un peu de nous, en bien et dans les médias, on sait ce qu’il faut faire. Le Sporting a aussi une histoire et des supporters et on se doit de donner tout ce qu’on a pour eux.

Vous aviez fait match nul (0-0) en championnat… Ce ne sera pas possible cette fois !

Oui, il y avait du monde au stade. Fréjus était venu un bloc bas, on avait eu du mal à trouver la faille, qu’on n’avait pas trouvé d’ailleurs. Peut-être que là, la rencontre sera plus ouverte, que ça ira un peu des deux côtés. Je pense que ce sera un bon match, avec beaucoup d’engouement !

 

Crédit photo : Sporting Toulon