ITWPrésident

Stéphane Huddlestone (AS Arcoise) « Heureusement qu’on a des finances saines »

13/01/2021 à 9:36

Stéphane Huddlestone, président de l'AS Arcoise, nous explique comment il a adapté les entraînements de ses équipes par rapport au protocole sanitaire.

Stéphane, avez-vous repris l’entraînement avec vos équipes de jeunes ?

On s’est adapté pour les jeunes. Il n’y a pas eu de reprise pour toutes les équipes car tous les coachs n’étaient pas pour. Certains ont un peu plus de sensibilité que d’autres sur le Covid. 

Et pour les adultes ?

Au niveau des adultes, une équipe de U17 avait repris vu qu’ils sont mineurs. Mais il y avait trop peu de monde, on a décidé de ne pas continuer. L’équipe sénior a repris quand cela avait été toléré avec deux ou trois séances de physique. Mais depuis le couvre-feu, c’est quasi-impossible, on doit quitter le stade à 19H30, et maintenant à 18h c’est encore plus compliqué.

Comment se déroule les entraînements ?

On est reparti en respectant le protocole sanitaire, ce qui n’est pas simple à mettre en place. On a dû créer des demis-groupes, on travaille avec des effectifs réduits. Les entrainements U10 et U11 se déroulent sur demi terrain. Les équipes sont divisées en deux avec qu’un seul entraînement par semaine. Il y a moins de monde grâce au planning qu’on a créé avec les éducateurs pour éviter de se croiser entre équipes le mercredi et le samedi pour les petits. 

Pourquoi avoir décidé de ne pas continuer les entraînement des seniors ?

En tant qu’adjoint à la mairie des Arcs, à la vie locale et aux associations, je ne me voyais pas leur dire de ne pas respecter le protocole sanitaire. Il est contraignant mais on doit le respecter, c’est pour cela qu’on a essayé les entraînements le samedi et le dimanche et sans contact. Si on nous dit que le championnat redémarre fin janvier ou début février, les gars seront ok pour le physique sans alternative. Le problème c’est que nous, on essaie de respecter le protocole, alors que dans d’autres villes, ils font des matchs entre eux. Après chaque club et chaque président agit comme il l’entend, avec ses responsabilités, nous on a décidé d’arrêter. 

Comment cette crise vous affecte financièrement ?

C’est compliqué car pour le club, il y a un manque à gagner de presque 8000€. L’année dernière, on n’a pas pu organiser notre tournoi de Beach Soccer avec les rentrées d’argent liées à la buvette, pas de loto, pas de repas de réveillon, pas de repas de fin de saison qui ramène un peu d’argent. Cette année, le championnat était censé reprendre normalement.

Des clubs vont se retrouver dans la difficulté…

Nous, on a un budget équipement conséquent car on équipe du petit au plus grand et très bien, avec une tenue digne de ce nom comme cela il n’y a pas de distinction, cependant on n’a pas pu faire rentrer d’argent. D’un autre côté on a quand même payé nos abonnements auprès de la ligue et les deux premiers mois d’arbitrage alors qu’on a joué qu’un match. Aujourd’hui, tout cela fait en sorte qu’on verra ce qu’il va se passer… Des petits clubs comme nous seront dans la difficulté, mais heureusement qu’on a des finances saines.

Pour quand espérez-vous la reprise des championnats ? 

Je pense qu’il n’y aura pas grand chose avant le mois de mars. Après, faire jouer en avril, mai, et juin chaque weekend c’est une solution pour que les clubs puissent rebondir financièrement et avoir les adhérents et les éducateurs qui reviennent. Il va falloir être patient car moi aussi je ne me vois pas redémarrer au début février.