Interview

Xavier Muru « Je suis un peu passé par tous les états d’esprits »

29/08/2019 à 13:35

Xavier Muru, le nouvel entraîneur de Toulon Hôpital (D1), s'est exprimé au sujet de son arrivée, de son groupe et de ses attentes pour la saison. Interview.

« Comment s’est passée votre arrivée à Toulon Hôpital ? 

Au début, je suis un peu passé par tous les états d’esprits. Lors de la séance pendant laquelle le président souhaitait me présenter, il y avait seulement 9 joueurs de présents et une grosse vague de départs annoncés suite à l’arrêt de leur entraîneur qui devenait directeur sportif à Sollies-Farlède. Quand je suis arrivé, on m’a dit qu’il fallait tout recommencer à zéro, qu’il y avait quasiment 20 à 25 joueurs de l’effectif séniors sur le départ. Donc je ne savais vraiment pas à quelle sauce j’allais être « mangé » et si ça allait vraiment se passer comme ça. La première victoire pour moi a été de refaire signer 26 joueurs sur 35 de l’effectif. On est donc passé de 9 joueurs initialement à 25 qui ont accepté de repartir avec moi. Pendant tout ce temps là, je me suis activé à la recherche de joueurs qui n’étaient pas mutés. Comme je travaille à l’université, j’ai proposé à tous les joueurs non licenciés avec un bon esprit et que j’estimais capables de jouer en séniors, c’est à dire des joueurs d’origine étrangère que j’entraîne dans le cadre du sport universitaire le mardi et jeudi soir, de venir faire les détections. Il y en a une dizaine d’entre eux qui ont signé. J’ai également contacté Frédéric Meyrieu qui était le coach des U19 R2 du Racing Toulon car je savais que ses joueurs qui passaient en séniors n’étaient pas mutés. Et il a accepté de m’envoyer 5 joueurs. Puis je suis aussi parti à la pêche au recrutement avec des joueurs que je connaissais, ai entraîné et rencontré par le passé. J’ai recruté au total 8 joueurs mutés et les joueurs de Toulon Hôpital ont également joué le jeu en contactant certains de leurs amis ce qui nous permet aujourd’hui d’avoir un effectif séniors avec 50 licenciés. Aujourd’hui je pousse un premier « ouf » de soulagement en sachant que j’ai 24 joueurs pour le groupe 1 et au moins autant pour le deuxième. Concernant ce dernier j’ai pu avoir rapidement l’accord de Wissem Marzouk, mon adjoint à La Valette en R2, qui travaille avec l’élite M20, est très performant dans la formation des jeunes et aura donc sa première expérience dans cette catégorie en coachant la D3. C’est quelqu’un avec qui je m’entends très bien et à qui je peux donner des responsabilités sans problème. Ensuite, je tiens à remercier le président Andre Sasselli et l’ancien entraîneur Thomas Scherlé d’être venus me chercher et de m’avoir fait confiance. L’objectf cette année sera de faire parler de Toulon Hôpital de façon positive, d’assurer un bon maintien, de faire partie de la première partie de tableau et pourquoi pas de faire un bon parcours en Coupe de France. 

Xavier Muru en compagnie de Wissem Marzouk

La préparation n’a pas été trop tronquée par ces problèmes d’effectifs ?

On a repris un peu plus tard que les autres équipes, le 12 août, car il y a notamment une forte communauté qui part en vacances au bled chaque été. Je leur avais donné un programme de préparation individuelle de 4 semaines à commencer à partir du 15 juillet et j’étais agréablement surpris de voir que beaucoup avaient fait l’effort de le suivre. Ça nous a donc permis de démarrer rapidement sur des matchs amicaux contre Mar Vivo et Cuers au cours desquels nous n’avons pas été ridicule du tout. On a fait 2-2 à Cuers avec le groupe 1. Certes nous ne sommes pas en avance, mais nous n’avons pas pris trop de retard non plus. 

Pouvez-vous nous présenter quelques éléments de votre groupe ? 

Oui, pas de soucis. AIors il y a Hugo Tursi, qui évoluait dans le groupe R1 à Hyères et avait envie d’un nouveau challenge, Maxime Boyer qui était en R2 à La Valette, Farid Chamlal qui a fait des apparitions avec le groupe R2 de Six Fours la saison passée ou encore Maxime Herbomel qui jouait en R2 au Lavandou. Je vous parle d’eux car ce sont 4 jeunes qui ont moins de 20 ans qui ont tout ce que je recherche. Des joueurs aux petits gabarits mais avec des profils techniques au dessus de la moyenne, de l’agressivité et une bonne mentalité. J’aime les joueurs vaillants, qui vont au duel et qui ont un bagage technique conséquent. Et je recherchais aussi ces profils car les joueurs cadres qui sont restés, Farid Mahmoud, Soso Kadouri, Sofiane Smadi et Tarik Messaoudi sont des joueurs davantage athlétiques qui forment l’épine dorsale du groupe. Autour d’eux il fallait donc des joueurs un peu plus vifs et techniques pour obtenir un bon mélange. Et je m’y retrouve. À Plan de la Tour (ndlr : 1er tour de Coupe de France) ça a été un peu long à se mettre en route mais quand la mayonnaise a bien pris on a pu dérouler en 2ème mi temps (Score final 1-6, 1-2 à la mi-temps). 

Vous avez encore des matchs amicaux à jouer ? 

Oui, on reçoit Saint Mandrier ce soir. Ce que je voudrais surtout souligner est le superbe état d’esprit des joueurs de Toulon Hôpital qui sont restés et qui oeuvrent pour offrir le meilleur accueil aux nouveaux. Et dans l’ensemble les gars répondent au message. J’ai rajouté une séance de footing dans les bois à Ollioules tous les lundi soir et il y a quasiment 20-25 joueurs à chaque fois donc c’est vraiment positif. Espérons que cela va se concrétiser par un bon début de saison et qu’on fera parler de nous de façon positive. C’est à dire ne pas être inscrit dans la commission de discipline du district mais plutôt dans la colonne fair-play. Et si possible vivre une petite aventure en Coupe de France car ça permet de faire parler du club et, souvent, quand les équipes réalisent un bon parcours dans la compétition cela veut dire qu’il y a un groupe qui s’entend bien et a des valeurs de dépassement de soi. C’est une notion qui s’est perdue sur ces 10 dernières années, et je l’ai dit à mon groupe. C’est plus facile de faire une partie de Fifa dans son canapé que d’enfiler son survêtement en hiver quand il fait 3 ou 4 degrés pour suer et venir gagner sa place à l’entraînement. L’un de mes objectifs sera de leur donner ou redonner goût au dépassement de soi. Et je suis sûr qu’avec ça on pourra faire un bon championnat. 

Et vous maintenez que l’objectif est le maintien ? 

Oui, il faut pas être plus royaliste que le roi. Quand on repart avec seulement 3 titulaires de l’année précédente et qu’il y a eu 10 départs de cadres de l’équipe 1 il faut recréer un vestiaire et des automatismes. On sait très bien que cela ne va pas venir d’une seconde à l’autre. Même si je bosse comme un fou pour essayer de rattraper ce temps dont on n’a pas pu disposer, je ne suis pas un magicien du foot. L’objectif est de bien bosser en rajoutant entre autres une séance supplémentaire pendant le mois de septembre et de bien lancer la saison. Une ambition humble.«