D14e journée

Les frères Bussi face à face !

18/10/2019 à 19:38

Une première pour les deux coachs ! Dimanche, pour la 4e journée de D1, le SC Courthézon de Cyrille Bussi reçoit l'US Avignon de Jonathan Bussi. Les deux frères s'affronteront dans un match qui s'annonce particulier. Interview croisée.

Vous allez affronter votre frère ce dimanche pour la 4ème journée de D1, c’est forcément un match particulier pour vous. Comment allez-vous l’aborder ?

CB : C’est clair que c’est un match spécial car ce n’est pas tous les dimanches que l’on affronte son frère coach mais pour moi ça ne change rien. Nous venons de faire un bon résultat au Pontet, si on veut bonifier cette victoire à l’extérieur, on se doit de faire un résultat à domicile contre l’US Avignon, même si c’est mon frère qui entraîne l’équipe adverse. Mais attention, l’US Avignon est une très belle équipe avec de très bonnes individualités.

JB : Je vais essayer de l’aborder comme tous les autres matchs. C’est sûr, en face l’entraîneur est mon frère… c’est la première fois qu’on se rencontre en étant entraîneurs tous les deux. J’espère que ce sera un bon match et si je viens à l’emporter, je serai quand même un peu déçu pour lui. Mais je le garderai pour moi…

Quels sont ses qualités et ses défauts sur et en dehors du terrain ?

CB : Ses qualités ? Je dirais que mon frère est un garçon adorable dans la vie. Sur tous les gens que vous croiserez et qui le connaissent, personne ne vous dira jamais du mal de lui. Après, c’est juste le plus gros fainéant que je connaisse (Rires). Footbalistiquement, c’est un super joueur capable de faire de grandes choses. Je suis bien placé pour le savoir, je l’ai entraîné 6 ans en tant que coach. Il est remonté l’année dernière de D2 à D1, c’est déjà super ! Ses défauts, je dirais son manque de confiance en lui. Il doute beaucoup.

JB : La plus grande qualité de mon frère, c’est que c’est un gagneur ! Il arrive à transcender ses joueurs pour qu’ils donnent le meilleur de soi. Il était comme ça quand il était joueur, il ne lâchait jamais rien ! Son défaut ? C’est un mauvais perdant (Rires). Jusqu’à dimanche, on ne s’appelle plus. J’espère que ce sera un bon match, que tout se passera bien et je lui souhaite de réussir à Courthezon, il le mérite. De toute façon, où il est passé, il a fait du très bon travail. Mais dimanche, j’espère que nous allons gagner et après, je pourrais le brancher toute la semaine (Rires).

Pour finir, avez-vous un mot à lui adresser avant la rencontre ?

JB : Bonne chance pour dimanche. Que le meilleur gagne et même si je gagne, il pourra venir dans nos vestiaires crier (Rires) car il connaît tous mes joueurs. Il a entraîné l’USA pendant 3 ans.

CB : Je voudrais lui dire qu’il fait du très bon boulot avec peu de moyens et j’espère qu’il sera un super coach à l’avenir. Je lui souhaite de faire une superbe saison avec son équipe mais si c’est à partir de la prochaine journée, ça m’arrangerait (Rires). Bref… à dimanche fréro et n’oublie pas, tu n’as jamais gagné contre moi.