InterviewCDF

CDF : Gaëtan Vey (St Jean du Grès) « Nous n’avons rien à perdre »

02/10/2020 à 15:34

Après quatre exploits lors des tours précédents, l'Entente St Jean du Grès Fontvieille (D3) recevra, ce dimanche à 15h, l'Athletico Marseille, pensionnaire de N3, pour le compte du 4e tour de la Coupe de France. Le capitaine Gaëtan Vey se livre avant la rencontre, pour Actufoot, au cours d'un entretien exclusif.

Gaëtan, vous avez réalisé 4 exploits depuis le début de cette Coupe de France. Comment l’expliquez-vous ?

On a un groupe fort, très solidaire. Chacun connaît son rôle et l’état d’esprit est formidable. On a marqué 17 buts sur nos 4 matchs de coupe, on essaye de mettre en avant le jeu offensif.

Lors du tirage de ce 4e tour, quelle a été votre réaction lorsque vous avez hérité de l’Athletico Marseille, pensionnaire de N3 ?

Extraordinaire ! On a atteint l’objectif qui était d’avoir les maillots. A partir de là, autant prendre une top équipe pour avoir une superbe affiche, et cela a été le cas, maintenant c’est du bonus.

Comment allez-vous aborder cette rencontre ?

Très sereinement. On a fait une bonne semaine d’entraînement, nous n’avons rien à perdre face à cet adversaire. On n’est pas favoris mais on joue à la maison, devant notre fervent public ! Ce sera leur troisième match de la semaine, à nous d’être concentrés, déterminés et d’y croire !

« C’est probablement la plus belle affiche de l’histoire du club »

Que savez-vous sur votre adversaire ?

C’est un gros club avec de très bons joueurs qui ont fait une grosse saison l’année dernière. Ils ont des individualités qui peuvent faire la différence à tout moment.

On imagine que ce sera une belle fête à St Jean du Grès. Le club a-t-il prévu des festivités ?

Oui il y aura énormément de monde, c’est probablement la plus belle affiche de l’histoire du club. Des festivités sont prévues, en espérant que la météo soit clémente.

Un dernier mot pour finir ?

Vivement dimanche, et on connaît tous la magie de la coupe. Alors pourquoi pas ?!

Philippe Adamowski (St Jean Grès) « On ne pouvait pas rêver mieux »