InterviewCoupe Grand Vaucluse

L’interview croisée de… Rachid Dahou (SC Montfavet) et Jamil Amergoul (SC Jonquières)

01/06/2019 à 11:35

Rachid Dahou (photo) et Jamil Amergoul, ex-coéquipiers à l'ARC Cavaillon la saison dernière, se retrouveront ce dimanche au stade de la Banastière de Vedène, à l'occasion de la finale de la Coupe Grand Vaucluse qui opposera leurs deux clubs, le SC Montfavet et le SC Jonquières. Une finale qui aura certainement une saveur particulière pour ces deux amis de longue date. Interview.

Vous allez retrouver votre ancien coéquipier et grand ami, avec qui vous jouiez la saison dernière à Cavaillon, en finale de la Coupe Grand Vaucluse ce dimanche. C’est forcément un sentiment particulier, que ressentez-vous de votre côté ?

Jamil Amergoul, attaquant du SC Jonquières

Rachid Dahou : C’est toujours un plaisir de rencontrer mon ami, surtout que c’est l’un des meilleurs joueurs avec qui j’ai joué.

Jamil Amergoul : Pour moi, le fait de jouer contre un ami ne change en rien ma façon d’aborder un match ! Au contraire, c’est une source de motivation supplémentaire (il ne faut pas perdre sinon ça va chambrer).

Le match a-t-il déjà commencé entre vous (chambrage, taquineries…) ?

R.D. : Il a commencé depuis que l’on sait qu’on va s’affronter, il me traque sur Snapchat.

J. A. : On s’appelle souvent avec Rachid car on se connaît depuis pas mal d’années et j’apprécie l’homme mais aussi le joueur qu’il est car je trouve personnellement qu’au niveau footballistique, il aurait pu jouer vraiment plus haut ! On s’est eu au téléphone hier encore et il m’a dit : « Jam c’est bien continue à manger comme tu fais avec ta famille et tes potes de Jonquières comme ça tu avanceras pas dimanche ! ». Moi je lui ai répondu que j’avais perdu 6 kg donc qu’il y avait de la place (rires).

 

« On a parié un restau, le perdant payera l’addition »

Pour vous, laquelle des deux équipes est la mieux armée pour remporter la coupe ?

R.D. : C’est difficile à dire car ils ont des atouts que nous n’avons pas et inversement. C’est sûr qu’on est pas favori mais cela ne veut rien dire vu les tours précédents.

J. A. : Cette année on a fini premier de loin avec la meilleure défense et la meilleure attaque et eux dans le ventre mou, mais vous savez tout comme moi qu’une finale, sur un match et avec les faits de jeu qu’il peut y avoir, on ne peut pas se prononcer. Le meilleur gagnera et basta.

Pour conclure, avez-vous un mot à adresser à votre ancien coéquipier avant de vous affronter ?

R.D. : On a parié un restau. Le perdant payera l’addition donc Jamil, je t’aime comme un frère mais désolé, dimanche ce sera la guerre (rires).

J. A. : Je lui souhaite à lui et son équipe de faire un bon match, dans un bon état d’esprit car avec le ramadan et la chaleur, ce ne sera pas facile, et comme prévu, on a parié un restau (le gagnant invite le perdant), du coup j’ai pris les devants et j’ai déjà réservé (rires). Mais Rachid est un leader dans un groupe, il est capable de motiver ses troupes comme jamais, il déteste perdre ! A lui tout seul il est un danger permanent.