FémininesProfessionnelle

Manon Uffren : « à Dijon pour rebondir ! »

25/04/2017 à 18:20

Manon Uffren, née le 2 juin 1997 a rejoint Dijon cet hiver. Formée à Eygalières, Saint-Rémy puis Monteux avant de tenter l’aventure à Montpellier, la milieu de terrain revient sur sa (jeune) carrière et se dévoile.

A quel âge avez-vous commencé le foot à Eygalières, et pourquoi le foot et pas un autre sport ?

J’ai commencé à jouer à 5 ans. Dans la famille, mon père a joué au foot, mon grand-père aussi. Mon père est président du club d’Eygalières et je jouais avec mes frères dans le jardin. Il ne fallait pas jouer a la Barbie !

Vous partez ensuite à Saint-Rémy, c’était une étape intermédiaire avant Monteux ?

J’ai joué à Saint-Rémy jusqu’au maximum où je pouvais avec les garçons, c’est-à-dire à 15 ans. Vu que je devais changer de club, je suis allée à Monteux parce que le niveau des filles était bon.

« Christophe Carrasco n’hésitait pas à me rentrer dedans ! »

Monteux où à 15 ans vous faites déjà quelques apparitions en D2 ! Votre carrière a commencé tôt !

Oui j’étais en U19 mais j’ai fais quelques apparitions en D2. Ce n’était pas facile, elles étaient plus vieilles que moi. J’étais toute fragile mais j’ai appris beaucoup. C’était surtout physiquement que c’était difficile. 

Est-ce qu’il y a des personnes qui ont compté dans votre formation ? 

Christophe Carrasco à Saint-Rémy et Christophe Cattelain à Monteux oui. J’ai beaucoup appris avec Christophe Carrasco qui n’hésitait pas à me rentrer dedans (rire) !

Après une deuxième saison pleine à Monteux vous partez direction Montpellier, le grand saut ?

Le grand saut en D1 oui, pour le jeu. Le niveau était quand même meilleur qu’en D2 à l’époque. Aujourd’hui la D2 a beaucoup progressé. Montpellier, ça restait pas très loin de chez moi, je rentrais parfois les week-ends quand je n’avais pas de match. Et puis j’avais l’habitude parce que j’ai été à Clairefontaine plusieurs fois. 

Fin janvier direction Dijon en D2, c’est reculer pour mieux rebondir ?

C’est la phrase ! Reculer pour mieux rebondir. J’y suis allée pour retrouver du temps de jeu, je n’en avais pas beaucoup à Montpellier … Il n’y a que dans les matchs qu’on peut progresser. Je ne regrette pas d’être venue à Dijon. 

Dijon est deuxième du championnat l’objectif c’est de monter cette année ? 

Oui on va tout faire pour monter. Il n’y a qu’une équipe qui ira en D1 donc on va tout faire pour que ce soit nous et j’espère aider Dijon à y parvenir.

Vous serez encore à Dijon l’an prochain ?

Normalement oui après si j’ai des propositions intéressantes en D1 pourquoi pas, mais normalement je serai à Dijon l’an prochain, j’ai signé un an lorsque je suis arrivée.

« Lyon c’est le meilleur club, ça fait rêver c’est sur »

Vous avez joué pour plusieurs sélections en équipe de France jeunes, les A c’est un objectif ?

J’ai des sélections U16, U17, U19. Donc j’espère en avoir d’autres, que ce soit en B ou en A ! Mais il faut que je travaille encore. 

Vous avez déjà eu l’occasion de côtoyer des internationales à Montpellier ça motive ?

Oui, à Montpellier il y avait 5 ou 6 internationales. J’ai joué avec elles. Je m’en inspire. C’est fort ce qu’elles font !

Est-ce que vous avez un modèle dans le foot féminin ?

Amandine Henry ! J’aime son jeu, sa technique. J’aime trop !

Le club qui vous fait rêver c’est … ?

Lyon c’est le meilleur club, ça fait rêver c’est sur. 

Votre ambition à terme c’est de vous imposer en D1 ? 

Avoir ma place en D1 et si je peux, avoir des sélections. Mais il faut que je travaille ! 

Christophe Carrasco : « Manon c’est de l’or ! »

« Elle nous a rejoint à Saint-Rémy en poussins, elle devait avoir 9/10 ans. Je l’ai vu jouer un tournoi à Morières quand elle était débutante avec Eygalières. Je me suis dit qu’il y avait vraiment très peu de garçons qui pouvaient être au dessus de Manon. Elle avait une finesse technique, c’était un bijou à l’état pur. Elle avait une classe footballistique qui était à l’époque déjà hors-norme. Elle a toujours joué avec les meilleurs garçons à Saint-Rémy, dans les meilleures équipes. Elle a beaucoup de qualités, ce qui lui manque ou ce qui ne lui permet pas aujourd’hui de franchir cette marche qui est au bout de son nez, c’est d’avoir un peu plus de caractère. Elle est à l’image de ses parents et de tous les Uffren d’ailleurs, elle est super bien éduquée ! Il faut qu’elle soit beaucoup plus conquérante et caractérielle. Tant qu’elle ne s’imposera pas, malgré ses qualités qui sont inestimables techniquement et physiquement, elle ne franchira pas ce cap. C’est une compétitrice mais il faut qu’elle se fasse violence sur le mental. Elle doit croire en soi et s’affirmer en tant que personne ! J’ai regardé la confrontation PSG-Barcelone en Ligue des Champions, je me dis que Manon Uffren a sa place sur la pelouse sur le plan footballistique. J’ai rarement vu des joueuses à son âge aussi forte. Mais d’autres qui sont moins fortes lui sont passées devant. On est unanimes pour reconnaître ses qualités, c’est de l’or Manon mais il y a toujours cette petite chose qu’il manque. Je lui souhaite de réaliser son rêve d’atteindre l’équipe de France, et ce sera réalisable si elle croit en elle et qu’elle s’affirme en tant que personne et individu. »

Crédits photos : mhscfoot.com & footmediterraneen

Propos recueillis par Maxime Monthioux (@MaxMonthioux)