National 2 (groupe D)24e journée

Antony Gauvin (Vendée Fontenay Foot) : « Quelque chose qui n’a jamais été fait à mon avis… Mais qu’on peut faire, j’y crois »

26/03/2018 à 13:11

Plus le temps passe et plus le temps presse, une évidence. Pas du genre à jeter l'éponge plus encore quand la messe n'est pas encore dite, Antony Gauvin va se battre jusqu'au bout pour conduire son équipe au maintien. Le technicien du Vendée Fontenay Foot "s'y attarde vingt-quatre heures sur vingt-quatre" pour que cette saison galère ne s'achève pas sur une relégation.

Onzième défaite de la saison samedi soir (0-3) pour le Vendée Fontenay Foot dans le groupe D de National 2.

Unique maigre motif de soulagement pour le staff et les joueurs : les équipes pointées devant n’ont pas irrémédiablement fait le trou sur le plan comptable.

Supériorité adverse

« Cette équipe de Granville a été supérieure dans tous les domaines. Nous, nous n’avons pas été à la hauteur techniquement et tactiquement. L’état d’esprit a été là, on n’a pas lâché. Mais trop difficile de rivaliser vu notre niveau » concède Antony Gauvin.

Confiance absente

Encore et toujours ? Ces récurrentes difficultés à faire mal dans la zone de vérité, cette incapacité à marquer. « Le jeu est bien construit. Mais on a trop peu de situations. On a du mal à entrer dans la surface de réparation. J’avais dit aux joueurs à la causerie qu’il fallait oser, tenter, essayer, mais non. On ne parvient pas à remonter la pente. On manque vraiment de confiance devant » enchaîne l’entraîneur du Vendée Fontenay Foot englué à la dernière place depuis des lustres.

(Re)mobilisation

Quels leviers actionner pour sauver cette saison ? « On ne joue pas le week-end prochain. On va couper, repos. On va aussi se retrouver tous ensemble autour d’activités loin du foot. Il faut remobiliser le groupe, le souder plus fortement. Le contexte actuel est lourd. On a encore pris un coup derrière la tête. Il faut évacuer pour rebondir » explique Antony Gauvin.

18 points

Il reste six journées. Un maximum de dix-huit points à empocher pour une équipe actuellement pointée à quatre longueurs du premier non relégable. « Il faut aussi voir avec Mantes un peu plus haut qui compte six points d’avance. On va jouer cette équipe. Le maintien ? J’y crois. Il faut y croire. Tout le monde nous condamne déjà. Peut-être un avantage finalement. On a toujours été dans les trois dernières places depuis le début. A mon avis, les statistiques de maintien pour une équipe dans notre situation sont rarissimes. Oui, ce serait un miracle. Mais un miracle reste possible. Se sauver serait quelque chose qui n’a jamais été fait à mon avis… Mais qu’on peut faire, j’y crois » conclut le technicien du VFF. Le compte-à-rebours est enclenché.

Crédit illustration : archives Actufoot.com/85.