N3 Pays de la Loire

Emerick Darbelet (Vendée Fontenay Foot) : « Ma priorité, c’est la Roche »

02/05/2019 à 13:37

Engagés dans la dernière ligne pour tenter de "conserver" la tête de N3 Pays de la Loire, Emerick Darbelet et le Vendée Fontenay Foot reçoivent La Roche, samedi, pour la 23e journée. Avec une idée en tête...

Comment avez-vous préparé ce match contre La Roche ?

Comme celui qu’on a préparé au mois d’août, de septembre, d’octobre. On ne change rien. Si, la seule différence, c’est qu’hier, vu que c’était le 1er mai, on s’est entraîné le matin et pas le soir. Ca a changé les habitudes, au lieu de travailler, les gars se sont levés pour faire du foot.

A quatre journées de la fin, ressentez-vous de la pression ou du stress ?

Du stress, non, de la pression, personnellement, non. Les joueurs, oui, ont peut être un peu de pression, et j’aime autant qu’ils ont en aient un peu. Ca veut dire qu’ils sont concernés et prennent conscience des événement qui arrivent. Ensuite, il faut le transformer de manière positive, que ce ne soit pas quelque chose qui puisse annihiler nos qualités.

Vous affrontez La Roche puis Le Mans, deux équipes en milieu et en bas de classement. N’y a-t-il pas un risque de penser au match d’Angers, lors de l’avant-dernière journée ?

Ma priorité, c’est la Roche. Les joueurs n’ont pas la tête à Angers, c’est sûr. Si on pense à Angers et qu’on perd les deux qui arrivent, ce match ne servira à rien. Ca fait qu’on a été très bon pendant un moment, à Saint-Nazaire, moyen à Vertou, mauvais à La Flèche, où on s’était trompé d’organisation et dans la manière d’aborder les choses. Si on se trompe, ce n’est pas parce qu’on aurait anticipé Angers, mais parce qu’on n’a pas été bon ou que La Roche a été meilleur que nous.

Votre adversaire a joué hier…

Je suis allé les voir, mais je ne pense pas qu’il ait aligné son équipe. J’ai vu quand même quelques joueurs qui joueront contre nous samedi. Ils sont sur une bonne dynamique, ils ont assuré leur maintien. Peut être que la Coupe des Pays de la Loire va devenir un objectif. Or, sans pression, on peut faire des choses bien. Cela dit, il fallait que j’aille les voir hier, sinon je n’aurais pas fait un travail consciencieux. Il faut mettre toutes les cartes de notre côté, même si ça ne changera pas notre manière dont on aurait abordé le match, dont on a envie de jouer. On a toujours joué de la même façon, avec les mêmes principes. Je ne vois pas pourquoi je changerais à 4 journées de la fin, alors qu’on a un fonctionnement qui n’est pas trop mal.

Qu’attendez-vous de vos joueurs face à La Roche, sans rentrer dans les détails si vous ne le souhaitez pas…

Je ne surprends personne dans la manière dont je joue. On a 22 matches joués, et on les a tous joués de la même manière, sauf Sablé au retour, mais c’était en raisons de circonstances d’effectif. Là, j’attends que mes joueurs abordent le match de la manière qui nous a fait avoir les résultats, c’est le discours que je tiens depuis plusieurs semaines. Il faut rester en éveil par rapport à ce qui a fait nos résultats, mettre la volonté psychologique, mentale et d’état d’esprit qui nous a permis de les. Si on est dans les bonnes dispositions, dans la manière qu’on a décidé d’avoir en juillet, peut-être va-t-on se donner plus de moyens d’obtenir quelque chose.