Grande interviewDéfenseurs centraux

Frank Leboeuf : « La rudesse du foot de l’époque me manque par moment »

21/02/2021 à 9:39

Pour conclure notre dossier de la semaine sur les défenseurs centraux, Frank Leboeuf (53 ans) a accepté de poser un avis tranchant sur l'évolution d'un poste qu'il a occupé pendant près de 20 ans, de Strasbourg à l'OM en passant par Chelsea. L'ex-international français (50 sélections) et champion du monde 98, qui officie comme consultant pour ESPN, reconnaît par ailleurs avoir un petit faible pour Wesley Fofana (Leicester City, 19 ans) qu'il verrait bien jouer un rôle important au Qatar en 2022.

Le rôle du défenseur central a beaucoup évolué depuis la désuétude du poste de libéro, que vous occupiez notamment dans les années 90. Quel regard portez-vous sur sa mue ?

Déjà, évolution ne veut pas forcément dire amélioration. De manière générale, je pense qu’il y a aujourd’hui plus de qualité technique chez les défenseurs centraux. C’est même indéniable. Par contre, sur le plan défensif, il y a une vraie problématique. J’ai l’impression qu’il n’y a pas assez de travail et on le voit chez certains joueurs. Un vrai défenseur à l’ancienne comme Sergio Ramos perdure mais quand on regarde les profils de Clément Lenglet, Raphaël Varane ou Samuel Umtiti, on est plus dans une évolution technique et sur l’apport offensif. Ce sont de bons relanceurs comme pouvait l’être Laurent Blanc mais ils n’ont pas la rigueur défensive qu’avait un Marcel Desailly. C’est un phénomène qui se répercute sur la majorité des défenseurs centraux dans le monde et je mets par exemple Lucas Hernandez dans un contexte différent. On sent vraiment en lui l’âme d’un défenseur.

La fonction pure d’un défenseur a quitté le jeu ?

On est plus souvent dans le dépassement de fonctions que dans la fonction, et ça vaut aussi pour les joueurs de couloir. Je leur trouve quand même plein d’excuses parce ce que leur demande les entraîneurs, à savoir repartir de très bas et prendre des risques en tentant des passes dans les six mètres… C’est insensé ! Ensuite, on les dézingue et on les met au pilori quand ils font une erreur. C’est pareil pour les gardiens qu’on fait jouer comme des joueurs de champ et qui peuvent se trouer une ou deux fois par match. Il y a une évolution mais est-ce qu’elle va dans le bon sens ? Je n’en suis pas sûr. J’entends souvent les commentateurs râler et dire que c’est de la folie pure, du suicide.

C’est vrai que la rudesse du foot me manque par moment »Frank Leboeuf, ex-international français

Il faudrait revenir un petit peu plus aux bases ?

Raphaël Varane nous a rassuré en étant un vrai patron de défense pendant la Coupe du monde 2018 mais je n’ai pas le sentiment que ça ait duré par la suite. On peut nommer une centaine de défenseurs centraux de ma génération, Thuram, Desailly, Mozer, Foster, Ricardo, ça c’était de la défense quoi ! Après, on ne peut pas être nostalgique d’un temps où il y avait aussi des « bouchers ». Il y a tellement de caméras maintenant que plus rien ne se règle entre « amis ». Il y a une exagération du faux, les joueurs tombent trop mais c’est vrai que la rudesse du foot de l’époque me manque par moment.

A-t-on trop tendance justement à valoriser les joueurs dits « élégants » balle au pied ?

Pour moi, l’exemple parfait c’est Piqué (le défenseur du FC Barcelone). Il est devenu un grand joueur ces dix dernières années parce qu’il relance bien. Mais on est tous d’accord pour dire que ce n’est pas un excellent défenseur. David Luiz, que j’adore parce qu’il donne de la couleur au football, fait aussi une carrière extraordinaire alors qu’il a des limites défensivement. Je dis ça en ayant toujours combattu l’idée qu’un défenseur central ne pouvait pas marquer de buts parce qu’il a les pieds carrés. J’en ai marqué 110 et j’étais capable de faire ce qu’un avant-centre faisait et d’autres comme Laurent Blanc, Fernando Hierro l’ont aussi prouvé. Encore une fois, je trouve qu’il n’y a plus cette rudesse, cette envie de se dire : « Toute façon, c’est le ballon ou le mec et l’un des deux ne passera pas. »

Les défenseurs sont devenus trop tendres ?

On a assisté à des choses incroyables comme Boateng qui tombe devant Messi ou récemment, Davinson Sanchez, qui se fait enfumer par Gündogan. On regarde ça et on se dit : »Mais qu’est-ce qui lui est arrivé au mec ? » Je n’ai pas le souvenir que l’on voyait ça à mon époque. Bien sûr il y a aussi des choses extraordinaires qui n’existaient pas auparavant, notamment cette faculté qu’ont les défenseurs à prendre des risques lorsqu’ils ont le ballon dans les pieds. Mais défensivement, je me demande parfois ce qu’ils foutent, pourquoi untel n’a pas communiqué avec l’autre. Vous avez vu Real Sociedad-Manchester United (en Europa League jeudi, 0-4) ? Le gardien sort et ils sont trois à se taper dedans.

« S’il n’y avait pas eu de spectateurs dans les stades du temps où je jouais en équipe de France, le public nous aurait pris pour des fous »

En effet, la nécessité de bien communiquer est restée la même…

On l’a vu lors de Barcelone-PSG. Il n’y en a qu’un qui parle, c’est Piqué. C’est un leader par la parole mais le problème est qu’il est grillé et il n’y a que lui qui ne l’a pas vu. S’il n’y avait pas eu de spectateurs dans les stades du temps où je jouais en équipe de France, le public nous aurait pris pour des fous. Deschamps, Desailly, Leboeuf, Thuram, Lizarazu, Petit, ça n’arrêtait pas de parler ! Sur certaines actions, on se dit que les mecs ne communiquent pas. Pourtant, c’est prouvé qu’avec une bonne défense tu peux gagner un championnat. Regardez comment Liverpool a coulé sans tous ses défenseurs. A l’opposée, Manchester City a retrouvé une assise défensive avec Laporte, Stones et Ruben Dias et ils sont premiers au classement.

Marcel Desailly / Didier Deschamps / Frank Leboeuf – 04.07.2000 – France / Italy – Final Euro 2000. Photo: Sports / Icon Sport – De Kuip – Rotterdam (Pays Bas)

A l’instar des latéraux, on parle aussi beaucoup plus de contribution offensive, notamment sur les phases arrêtées. Un défenseur central va être mis en avant pour sa propension à marquer des buts…

On en revient au dépassement de fonction et non plus à la fonction. On juge Harry Maguire sur les coups de tête qu’il met surtout offensivement mais ce n’est pas son boulot. Les gens étaient surpris de voir que Hierro a marqué 130 buts dans sa carrière, Laurent Blanc 120 et moi 113 ou 114 (113 en réalité) mais ils l’étaient parce que ce n’était pas ce qu’on nous demandait. C’était de savoir comment on défendait et on relançait. On ne met aujourd’hui le point que sur ce qui n’est pas important dans la position de défenseur. Il y a bien eu la statistique sur Van Dijk qui n’a pas été dribblé de la saison dernière mais c’est parce qu’elle était tellement phénoménale qu’on en a parlé.

Trop de stats tuent les stats ?

Il faut arrêter et regarder les matches ! Je m’en fous des statistiques, je regarde le travail. On n’est ni au basket ni au football américain. Aux Etats-Unis, ils ne parlent que de ça, des stats. On s’américanise dans le mauvais sens du terme. J’en suis presque à appeler les clubs que j’aime, comme Chelsea, pour leur dire : « Mais faites moi travailler trois mois avec les défenseurs centraux. » Il y a trop de carences, on hallucine quand on en parle avec les copains défenseurs centraux.

Y’a-t-il un défenseur français dont le profil vous séduit ?

Wesley Fofana de Leicester. Il bosse, c’est un vrai défenseur et si le club est est en haut, c’est en partie grâce à lui. Il a 20 ans et il sait défendre. Sincèrement, je l’ai découvert cette année parce que je ne suis pas beaucoup la Ligue 1 du fait de mon travail avec ESPN. Le gamin s’est fait insulter quand il est parti de Saint-Etienne, tout le monde s’est dit : « Encore un qui est venu prendre du pognon trop tôt ». Mais il est extraordinaire ! Il va aussi vite qu’Mbappé, c’est déjà un grand joueur. Bon, il ne faudra pas lui dire sinon ça peut tourner dans la tête mais ça se voit (sourires). Si je suis Didier Deschamps, j’y réfléchis !

« Si Fofana arrive à atteindre la maturité de Kimpembe, on a deux extraterrestres, deux monstres en défense »

L’équipe de France possède un vivier de défenseurs centraux tout simplement exceptionnel.

J’en suis ravi pour la France, pour l’équipe de France et pour Didier (Deschamps). C’est un choix du roi. Bien sûr l’expérience compte et on ne peut pas toujours lancer des jeunes comme ça. On l’a observé avec Upamecano pour qui ça a été très compliqué lorsqu’il est arrivé chez les Bleus. C’est un autre niveau et j’ai toujours pensé ça même en ayant 50 sélections. Maintenant, il n’y a que Didier qui peut sentir si c’est le moment pour Fofana et on va lui faire confiance. C’est en tout cas fabuleux de voir tous ces gamins être capables de postuler pour l’équipe de France. Après, est-ce qu’ils seront en mesure de donner satisfaction, ça je n’en sais rien.

La meilleure association possible pour l’Euro semble être le duo Varane-Kimpembe…

Oui, parce que Varane a acquis une certaine expérience. Mais en termes de performance, il faut que Fofana et Upamecano grandissent vite pour jouer à côté de Kimpembé. Ca fait quelques années qu’on se pose des questions sur Varane, cette année ce n’est pas très probant. Quand il n’y a pas Sergio Ramos, il est en difficulté. J’ai été le premier à l’encenser lors de la dernière Coupe du monde parce qu’il avait été extraordinaire. Mais il n’est plus à ce niveau depuis, aussi bien en club qu’en équipe de France. Et quand je vois la relève… Si Fofana arrive à atteindre la maturité de Kimpembe, on a deux extraterrestres, deux monstres en défense.

Le sélectionneur n’oublie pas non plus ceux qui l’ont accompagné durant ses succès…

Vous savez, je suis le premier à me démolir et si en 2002 pour la Coupe du monde ça ne va pas bien, c’est parce que Roger Lemerre me garde et d’autres copains que je ne citerai pas mais qui étaient cramés. Ce n’est pas parce que tu as des champions du monde ou des champions d’Europe que tu dois leur faire confiance et c’est là que Didier devra être très fort. Dire à un mec qu’il est frit et lui conseiller de passer à autre chose, c’est la vie. Et c’est notre vie ! Certains devraient s’arrêter ou jouer dans un plus petit club parce qu’ils font pitié. Et c’est ça qui est terrible !

Propos recueillis par Thomas Gucciardi

A lire aussi

Focus sur le poste de défenseur central et ses spécificités (1/6)
L’historique des défenseurs centraux en Equipe de France (2/6)
Qui pour suppléer Varane et Kimpembe en Equipe de France ? (3/6)
Une relève en or pour le poste de défenseur central ? (4/6)

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟