ITWEntreprise

Fabien Bonpierre (Air France Roissy) : « Nous avons joué sur nos forces »

25/06/2018 à 9:40

En marge de la récente victoire en Coupe de Paris Entreprise face à l'US Nett (3-2) , Fabien Bonpierre l'entraîneur-joueur de la section Air France Roissy s'est confié à Actufoot.

Vous venez de remporter la Coupe de Paris face à l’US Nett. Est-ce la première victoire dans cette compétition pour la section Air France Roissy ?

« Alors non, nous avions déjà remporté ce trophée en 2010 face à Banque de France et l’année d’après nous avions échoué en finale, sachant que pour ma part ça fait six ans que je suis au club. »

Vous évoluez en Régional 2 depuis combien d’années ?

« Nous avons souvent été en Régional 2 (ex-DHR), sauf qu’il y a deux ans nous étions en PH. Tous les ans, nous essayons de jouer les premiers rôles pour essayer de jouer en Régional 1 même si l’effectif n’est pas évident avec une limitation des joueurs extérieurs. »

Lors de cette finale vous aviez clairement l’étiquette d’outsider puisque vos adversaires (US Nett) évoluaient en Régional 1. Comment avez-vous abordé cette rencontre ?

« Les joueurs attendaient ce moment depuis un petit bout de temps puisque ça faisait deux semaines qu’on n’avait pas joué. Notre victoire en demi-finale nous avait bien mis en confiance. Même si nos erreurs nous ont coûté cher car nous avons vite été menés 0-2 après trente minutes de jeu, j’ai trouvé les joueurs très confiants. On connaissait nos qualités et nous avons joué sur nos forces pour revenir au mental même si la victoire est loin d’être volée. »

Pensez-vous que la force mentale de votre groupe a été le facteur X de cette rencontre ?

« Oui c’est vraiment ça. Et c’est d’ailleurs ce que je déplore par rapport aux matchs de championnats car si on avait abordé tous les matchs de cette façon, on aurait fini premiers. Avec tout le respect que je dois aux autres équipes, je ne pense pas qu’on était moins fort qu’eux et qu’on ne mérite pas la quatrième place. On sait bien que le football se joue beaucoup dans l’état d’esprit et dans l’envie de faire les efforts pour l’autre et on ne l’a pas trop vu en championnat contrairement à cette finale. »

Vous occupez le double rôle d’entraîneur-joueur. N’est-ce pas compliqué dans une section comme la votre ?

« A la base, j’avais signé pour seulement entraîner car je partais du principe ou cumuler les deux était assez difficile. Le but est donc que tout soit basée sur la relation de confiance et le fait d’évoluer au milieu de terrain me permet de voir tout ce qui se passe devant moi. En revanche j’ai plus de mal à analyser les différents placements de ma défense surtout lorsque le ballon est en jeu devant moi et je m’appuie sur un joueur présent sur le bord du terrain. Cette situation permet aussi de responsabiliser les joueurs qui sont à l’écoute et c’est aussi à eux de me reprendre si je fais des erreurs. »

Afin de parvenir à monter en Régional 1, allez-vous vous renforcer pendant la trêve estivale ?

« Je viens de manger avec mon président (Nicolas Bleas) et nous avons beaucoup parlé de ça. Air France nous limite à six joueurs extérieurs. C’est quelque chose qui m’a toujours choqué quand on voit que certaines équipes n’ont même pas un joueur qui travaille pour eux. Et j’ai peur que si un jour on parvient à monter en Régional 1, on ait beaucoup de mal à rivaliser puisqu’on devra essentiellement recruter en interne. Cependant, nous partons du principe où les six joueurs extérieurs doivent être irréprochables. On va donc se séparer d’un d’entre eux par rapport à son taux de présence. On va le remplacer numériquement tout en recrutant en interne. »  

Propos recueillis par Benjamin Pinault

Crédit photo : A.S Air France Roissy