D1 ArkemaPortrait

Gaëtane Thiney, une grande carrière pour une grande joueuse

20/11/2020 à 18:35

Gaëtane Thiney, capitaine du PFC, a fêté ses 35 ans, il y'a quelques jours. L'occasion de revenir sur elle, son parcours au Paris FC et en Équipe de France. Découvrez qui est la joueuse la plus capée de l'histoire en D1.

Troyes, 28 octobre 1985. Gaëtane Thiney ouvre les yeux pour la première fois. Cette jeune fille se passionne très rapidement pour le ballon rond. L’ASS Brienne-le-Château lui offre sa chance, non loin de Troyes. Ses qualités se font rapidement voir. Assez précoce, à 15 ans elle intègre Saint-Miemme Olympique, avec l’équipe première. Milieu de terrain offensive ou attaquante, elle parvient à faire parler d’elle grâce à ça.

Faisant les aller-retours tous les week-ends, Gaëtane Thiney passe ses semaines à jouer avec les hommes. Il faut dire que les filles qui jouent au football, ça ne court pas encore les rues ! Obligée de devenir plus dure et plus rapide pour se mesurer à des gabarits bien différents. Pour RTL, elle dit :

« J’ai eu une formation différente, il fallait que j’aille très vite parce qu’il y avait des mecs de 80 kilos qui arrivaient en face de moi et qu’il fallait que je les évite. »

La petite fille devait grandir plus rapidement que prévu.

Les débuts en D1

Comment mieux évoluer qu’en étant aux côtés de Marinette Pichon ? véritable légende chez les féminines, Thiney a eu la chance de pouvoir apprendre avec elle. Un honneur. Elle fait ses début l’équipe première de Saint-Miemme Olympique le 17 septembre 2000, face à Quimper. Seulement 14 ans. Malgré le fossé entre son club et des clubs comme Juvisy ou Toulouse, Gaëtane Thiney parvient tout de même à se faire remarquer. Cette jeune fille, aux milieux d’adultes de 25-30 ans. Ça fait parler.

En 2006, après 6 ans avec les A, 126 matchs et 22 buts, elle choisit l’US Compiègne pour continuer sa carrière après le décès de l’une de ses coéquipières. Une période compliquée. Elle ressent le besoin de voir de nouvelles choses. En parallèle, Gaëtane Thiney continue ses études, à Reims. Obligée de faire deux heures de trajet lors des jours d’entraînements, la première année. Une situation qui la pèse et fatigue, beaucoup. Pour sa deuxième année, c’est tout naturellement qu’elle s’installe à Compiègne. Plus pratique. Seulement, le club ne parvenant par à remonter en D1, elle décide de s’en aller.

Elle veut jouer en D1, elle sait qu’elle peut y arriver. En 2008, elle rejoint donc le FCF Juvisy, renommé Paris FC en 2016. Un amour qui dure depuis 12 ans désormais.

Paris FC – Gaëtane Thiney, une histoire qui dure

Depuis 12 belles années, Gaëtane Thiney s’est installée au Paris FC.
Équipe la plus titrée, à l’époque, les deux partis aspirent à de grandes choses ensembles. Comme à l’US Compiègne, ses journées sont chargées. Cours à 8 heures à l’INSEP, entraînements à 19h30. Elle enchaîne. De plus, les programmes étant plus intenses à Paris, elle perd 6 kilos en une année.

Lors de sa deuxième année au Paris FC, elle et son club terminent dauphin de l’Olympique Lyonnais. Elle dispute donc les tours préliminaires en Ligue des Champions. Compétition qu’elle ne jouera que deux fois. Avec ses coéquipières, elles s’arrêtent en quarts de finale. Gaëtane Thiney inscrit 4 buts en 9 apparitions. Un joli ratio.

Chaque saison, elle fait mieux que la précédente. La preuve en 2011-2012 où elle remporte le Trophée UNFP de la meilleure joueuse de D1. Un trophée qui récompense tous ses efforts. L’année suivante, la Ligue des Champions lui ouvre de nouveau les bras. Cette fois-ci, le Paris FC fera mieux que leur dernière campagne. Avant de tomber face aux redoutables lyonnaises. En demi-finales, le Paris FC s’écroule et ne parvient pas à atterrir en finale. Cependant, cette campagne restera probablement dans la mémoire de toutes les joueuses qui l’ont disputée. Cette année-là, Thiney inscrit 20 buts en 27 matchs (TTC). Encore une fois, elle va plus loin.

Depuis 2016-2017, le Paris FC ne parvient pas à aller plus loin que la 5ème place. 3 ans de suite 5ème, elles se doivent de changer cela. Gaëtane Thiney, quant à elle, ne baisse pas de niveau. Toujours dans le Top 5 des meilleures passeuses et/ou buteuses, elles réalisent d’excellentes performances et est toujours très satisfaisante.

Cette année, le 17 octobre 2020, quelques jours avant son anniversaire, elle atteint les 400 matchs en D1. Elle est la joueuse la plus capée de D1. Un très beau record. Elle a d’ailleurs disputé plus de 300 matchs sous les couleurs du Paris FC. Elle est à une vingtaine de matchs de dépasser le record de Nelly Guilbert (335 matchs entre 1999 et 2018).

La vie en bleue

En 2007, elle pose ses valises avec les bleues. Elle prend rapidement une place importante au sein de l’équipe. Jusqu’à avoir une position de cadre. Après de belles prestations en sélection, notamment lors de la Coupe du Monde 2011 où elle termine meilleure buteuse de l’équipe, elle est écartée en 2015. Malgré ses atouts importants, le nouveau sélectionneur, Philippe Bergeroo, ne souhaite plus l’avoir au sein de l’équipe. Une période difficile pour la jeune joueuse, elle le vit mal, elle explique pour Coeurs de Foot :

« J’ai géré comme j’ai pu. Ce n’est pas simple du tout. Beaucoup de sentiments d’injustice. Ca fait partie un petit peu de mon histoire de vie et de mon histoire de joueuse. Le tout c’est de le transformer en positif et que ça me rende plus forte. »

Elle rate même les JO 2016. Une compétition qu’elle aurait, évidemment, aimé disputer. Elle retrouve une lueur d’espoir avec l’arrivée d’Olivier Echouafni. Mais, cette fois-ci, elle ne sera appelée que pour être sur le banc. Une frustration. Un retour de courte durée. Entre l’été 2017 et la fin de l’hiver 2018, Corinne Diacre (actuelle sélectionneuse) ne l’appelle pas non plus. Comme si la fin de sa carrière en bleue étant en train de sonner.

Malgré tout, elle travaille durement et garde son sérieux avec le Paris FC. Ce qui finira par payer ! En mars 2018, elle est appelée pour jouer la SheBelieves Cup. Compétition qui vise les 5 meilleures nations. Une place qu’elle est très heureuse de retrouver, comme elle l’explique pour La Croix :

« J’y suis allée, non pas avec la peur de la première, mais avec le plaisir comme si c’était la première, et avec malgré tout un bagage d’expérience important. »

Depuis, elle fait toujours partie du déplacement. Sa place de cadre est revenue, elle a réussi à prouver qu’elle était indispensable à cette équipe de France.

À 35 ans, Gaëtane Thiney a réussi à tout prouver. L’une des meilleures joueuses que la D1 ai connu. Une belle carrière pour une grande joueuse.