Interview

Nordine Henni (VGA Saint-Maur) : « Je pense qu’on est sur la bonne voie »

20/06/2020 à 11:40

Nordine Henni va entamer sa huitième saison du côté de la VGA Saint-Maur. L'actuel coach de l'équipe fanion est le plus ancien des éducateurs en place au club, après avoir eu les U15 et U17 à sa charge auparavant. L’entraîneur de 31 ans revient sur la belle saison de son équipe et la dynamique positive globale de la VGA Saint-Maur.

Quel est votre sentiment alors que vous venez d’accéder au Régional 3 ?

On valide la montée cette année, mais c’est plus un travail sur les deux dernières saisons. Après deux descentes consécutives pour l’équipe, il a fallu tout reconstruire, repartir avec un nouveau groupe. Il ne reste qu’un joueur du groupe qui avait connu les deux descentes, et j’ai dans mon équipe plusieurs jeunes du club qui ont fait avec moi les montées en U17 d’Excellence à DHR. Certains parleront d’injustice, mais moi quand je regarde notre parcours sur la phase aller on a battu tous nos adversaires directs, on a la meilleure attaque (30 buts pour), la meilleure défense (13 contre)… Et, on était sur une bonne dynamique sur les matches retour. Monter sur un championnat si relevé c’est forcément valorisant. Le sentiment du devoir accompli prédomine aujourd’hui.

Comment préparez-vous la saison prochaine ?

J’ai décidé de ne quasiment pas recruter. On a juste récupéré un défenseur central de Linas-Montlhéry (R1), un milieu de terrain de Neuilly-sur-Marne (R2) et deux joueurs de Maisons-Alfort (R3). Ce sont des joueurs d’expérience qui connaissent un peu les divisions supérieures, la Ligue. La saison passée, on avait attiré un milieu et un attaquant de la R1 de Sucy. Là, on continue d’attirer des joueurs de ce niveau, ce n’est pas anodin. Dans le sens inverse, je n’ai pas de perte, tout le monde veut continuer et ça c’est le cas depuis trois ans : il y a très peu de départs.

Pourquoi d’après-vous ?

Ils sont bien ! Quand ça se passe bien il n’y a pas de raison de partir. Dans les clubs de foot il y a beaucoup d’instabilité, mais quand tu t’inscris sur la durée ça fidélise les joueurs. Moi, ça fait 7 ans que je suis à la VGA Saint-Maur.

Vous avez 31 ans, plusieurs de vos joueurs ont votre âge, certains sont plus vieux. Comment le gérez-vous ?

Il y a forcément une relation proche, surtout que certains sont des amis ou des joueurs avec lesquels j’ai évolué plus jeune. Mais sur le terrain je fais la différence, peu importe l’âge ou la relation, ce sont des joueurs pas des amis. Si je dois en reprendre un, je le fais de la même manière que pour les autres. Cela ne doit pas m’empêcher de faire des choix.

Et comment abordez-vous ce championnat de R3, une autre paire de manches que la D1 ?

Mine de rien, j’ai pas mal de joueurs qui connaissent ce niveau. Après, j’ai aussi beaucoup de jeunes qui vont découvrir le régional séniors… On va jouer le maintien dans un premier temps et en fonction de ce qui se passe, on va voir si on arrive à accrocher le wagon de tête et jouer les trouble-fête. Il ne faudra pas se louper sur le début de saison, comme on a pu le faire sur ce dernier exercice, en R3 ça ne pardonnera pas. Si on est dans le même état d’esprit que cette année on pourra faire une belle saison. On sait qu’on a une belle équipe, mais il faut que ça prenne. Je suis confiant.

Quelles sont les ambitions pour cette équipe dans les années à venir ?

Dans les 4-5 ans pourquoi pas se retrouver en R1, ça serait magnifique, ou alors être une équipe solide de R2. On sait que la réalité du monde séniors passe par les moyens financiers, mais on n’a pas de moyens démesurés contrairement à ce que certains clubs peuvent penser. Chez nous, les gens ne viennent pas pour l’argent, mais pour le foot.

De manière globale, la VGA Saint-Maur est dans une dynamique très positive. Comment l’expliquez-vous ?

À mon arrivée, le club était vraiment en difficulté. En nombre de licenciés on était pas énorme, aujourd’hui on approche la barre des 800. Les 15, 17 et 19 étaient en District (aujoud’hui U14 D1, U16 R3 et U18 R3), les séniors en Ligue et en école de foot tous les éducateurs étaient partis. On a reconstruit petit à petit et au bout de 3-4 ans on a commencé à être mieux. Des éducateurs hypers compétents nous ont rejoint comme Djiby, Nadir, Axel, ou encore Rémi. On a désormais une très bonne école de foot, de nombreux licenciés, de belles générations comme la 2009 ou la 2007 avec notre gardien qui a intégré Clairefontaine. Je pense que d’ici 5-6 en école de foot on sera une référence en Ile-de-France. Et, de manière générale, on a de très bons résultats chez les jeunes, avec des montées ou de belles places sur nos équipes A comme B. C’est très homogène. Il y a une belle dynamique sur l’ensemble du club. Mais, pour avoir ces résultats il faut du temps et surtout ne pas se précipiter. On doit continuer dans ce sens. Mettre en place une équipe éducative prend énormément de temps, le Paris 13 Atletico ou le FC Montermeil l’ont fait, ce sont des exemples pour nous et pour tous les autres clubs franciliens. Ils sont arrivés à ce niveau en 15-20 ans, il faut en être conscient. Je pense qu’on est sur la bonne voie, pourvu que ça dure.

Un dernier mot ?

J’aimerais remercier Laurent Douguet, président de la VGA Saint-Maur, et Henrique Marques, le directeur technique. Ces deux personnes m’ont donné la chance d’évoluer et de devenir le coach que je suis aujourd’hui. Je remercie également Cyril Albert, mon adjoint, pour son travail qui a été tout aussi précieux. Il m’a rejoint sur cette dernière saison et il a apporté énormément !