U19 Nationaux

Strasbourg – Fleury, l’action de la honte

13/02/2019 à 11:03

Trois jours après les faits, Mourad Jalliti ne décolère pas. L'entraîneur des U19 Nationaux du FC Fleury 91 regrette l'attitude de son homologue de Strasbourg, après le but victorieux marqué par les Alsaciens, dans les arrêts de jeu, alors qu'un de ses joueurs était au sol.

« Chaque équipe a eu sa mi-temps. Strasbourg nous a mis en difficulté en première période et ouvre logiquement le score sur un coup franc direct. Nous revenons en seconde mi-temps avec d’autres intentions et quelques changements. Ce qui nous a permis d’avoir le ballon et de nous créer plusieurs situations, là où Strasbourg ne procédait qu’en contre. C’est en toute logique que nous revenons au score à la 70ème minute de jeu. Mais, le plus choquant reste à venir… Alors que nous nous dirigions vers un match nul logique dans l’ensemble.

À la 91ème, suite à un choc à la tête avec un joueur adverse, notre buteur du jour se blesse sérieusement et nous sortons le ballon en touche délibérément pour lui apporter des soins. Le match s’est passé dans une très bonne atmosphère tout au long de la rencontre. Strasbourg devait, comme cela se passe sur tous les terrains de football professionnels et amateurs, nous rendre le ballon… Mais, à la surprise générale, les Strasbourgeois jouent vite la touche en envoyant leur attaquant dans la profondeur et sur le centre ils marquent à la stupéfaction générale !

C’est alors que j’interpelle l’entraîneur adverse pour lui dire que c’est une attitude honteuse, un manque de fair-play total et sa réponse est à l’image de l’attitude de ses joueurs sur cette action : « Mais que veux tu que je fasse ce sont les joueurs?! » Mes joueurs et moi-même, choqués par ce comportement indigne, lui demandons de rattraper ce manque de sportivité en nous laissant revenir au score. Il refuse en me tournant le dos ! En 30 ans dans le football je n’ai jamais vu un tel manque de loyauté ! C’est indigne d’un éducateur de jeunes, qui plus est représentant d’un centre de formation de football professionnel. L’arbitre a lui même été choqué, mais ne pouvait rien faire réglementairement. Je n’ai aucun mot pour décrire le sentiment que l’on peut éprouver après de tels agissements. Quand je lis que l’éducateur adverse, Régis Arnould, est « satisfait du comportement de ses joueurs » (Ndlr : sur le site officiel du club), je trouve cela incompréhensible et lamentable !

Mis à part notre gardien de but qui a mal réagi à chaud face à cette injustice, je tiens à féliciter mes joueurs qui malgré l’énorme frustration et la grande incompréhension ont su canaliser leurs émotions et leurs mécontentements, et surtout rester digne face à l’injustice. Ce qui n’est pas facile pour des jeunes, des 17 et 18 ans. Nous sommes des formateurs, mais surtout et avant tout des éducateurs.

Le football c’est l’école de la vie, c’est le sport le plus populaire en France et dans le monde. Ce sport doit continuer à véhiculer des valeurs universelles tel que l’honnêteté, le fair-play et le respect de l’autre, même dans l’adversité… »

Crédit : Olivier Pascal / FC Fleury

François Keller (RCSA) : « Je refuse que l’on ne gagne pas proprement »