EconomieLigue 2

Paris FC : Bahreïn entre dans la danse

21/11/2020 à 10:35

Le petit Etat du Golfe est entré dans le capital du second club parisien au mois de juillet dernier. Son objectif ? Redorer une image écornée par des accusations d'atteintes aux droits de l'homme sur son territoire.

5 millions d’euros. La somme apportée par le roi Hamad ben Issa al-Khalifa et le prince Nasser n’est pas négligeable pour un club de Ligue 2. Désormais valorisé à hauteur de 25 millions, le Paris FC, leader du championnat après 10 journées, s’est doté d’un budget à la hauteur de ses nouvelles ambitions.

Luttes d’influences entre pays du golfe Persique

Cette entrée au capital à hauteur de 20% et l’intronisation en tant que sponsor principal du PFC traduit la volonté du Bahrein de renforcer sa présence dans le paysage sportif européen, après la création de l’équipe cycliste Bahrain-McLaren ou le rachat du club espagnol de Cordoue, pensionnaire de troisième division.

Autre ambition affichée par le pays voisin du Qatar et de l’Arabie Saoudite, précurseurs en la matière : tirer son épingle du jeu dans la capitale, haut-lieu des luttes d’influences entre pays du golfe Persique. Pour y parvenir, il devra notamment faire face aux accusations de tortures émanant d’ONG lors d’un soulèvement populaire ayant secoué le pays en 2011.