Certifié Espoir Jeunes

Youssouf Fofana, la nouvelle étoile de la Meinau

14/11/2018 à 17:30

De l’Espérance Paris XIXème au Racing Club de Strasbourg, Youssouf Fofana a fait du chemin. De ses débuts de footballeur à l’âge de 5 ans à son premier contrat stagiaire (2017), puis pro (2018), le francilien de 19 ans ne s'arrête plus. Il vient d'ailleurs d'être appelé par Bernard Diomède, sélectionneur des U20 de l’Équipe de France, pour disputer deux rencontres amicales en Espagne. Un parcours pourtant semé d’embûches, d’échecs, mais aussi de beaux souvenirs et de rencontres. Le football va très vite, dans un sens comme dans l’autre, et ça, le jeune originaire du quartier parisien des Orgues des Flandres l'a bien compris. L'étoile montante ne compte pas se transformer en étoile filante.

Quand le club de quartier s’invite au Stade de France

Le 18 septembre 2018, jour de la signature de son premier contrat professionnel pour 3 ans, Youssouf Fofana arborait un grand sourire aux côtés du président strasbourgeois Marc Keller. Des étoiles dans les yeux et des souvenirs en tête, sans doute se remémorait-il le jour de sa rencontre avec Morad Djeddi, son premier éducateur à l’Espérance Paris XIXème, aujourd’hui président du club.

Youssouf Fofana se rappelle… « C’était un club de quartier. J’y voyais tous mes potes après l’école et on ne se lâchait plus. J’ai passé toute ma jeunesse là-bas ». Les souvenirs les plus beaux sont souvent les plus anciens, un match en U11 pour le jeune joueur. « On a gagné la coupe du 93 au Stade de France. Nous étions menés au score, mais on a eu la force de revenir pour finalement l’emporter. C’était un bon groupe de potes avec Moussa Diaby (Ndlr : aujourd’hui au PSG) notamment. »

À cette époque, le milieu de terrain ne se montrait pas simplement habile balle aux pieds, il avait déjà une force de caractère au-dessus du lot. « Youssouf était un jeune dégourdi. Je me souviens d’un match à Epinay-sur-Seine où les parents étaient absents, il est rentré tout seul et s’est occupé de toute l’organisation et de la logistique. Il avait une maturité et une intelligence avancée, cela se traduisait aussi dans son jeu », raconte Morad Djeddi.

Un conseiller à part entière

De toutes ses années passées à l’Espérance Paris XIXème, un nom revient à la bouche de Youssouf, celui de Losseni Sy, l’un de ses premiers coachs. « C’était notre grand frère. On a grandi ensemble, il a acquis de l’expérience à nos côtés et nous aussi à ses côtés. » Ce jeune éducateur à l’époque a accompagné ses joueurs, les a conseillés. Il n’a pas joué le rôle d’un père mais d’un « Guy Roux ».

À l’issue de ses années à l’INF Clairefontaine, un passage mi-figue mi-raison au Red Star, le jeune parisien a joué 3 saisons à la JA Drancy. La première a été « difficile car j’ai eu du mal à repartir dans le monde amateur ». Youssouf a ensuite été proposé au Racing Club de Strasbourg Alsace. Par qui selon-vous ? Losseni Sy, évidemment, un conseiller à part entière…

À Strasbourg pour s’affirmer

Dans le football comme dans la vie, il ne sert à rien de se précipiter comme le souligne Morad Djeddi pour Youssouf. « Il a persévéré, il a su attendre sa chance. Aujourd’hui il est différent, il a pris en masse. Il avait besoin de ce changement de vie pour se métamorphoser. Dans son parcours, il a démontré de la maturité dans sa patience, dans sa volonté de réussir. »

Trouver des essais est presque donné à tout le monde, il y en a de plus en plus au bord des terrains, mais sentir le jeu, le football, voir le potentiel d’un joueur, cela ne l’est pas. Losseni Sy a su trouver le club idoine à Youssouf Fofana. « Je voyais leurs résultats en Ligue 2 à l’époque et ce n’était pas mal. J’étais impatient de connaître l’ambiance du stade de la Meinau. On m’avait prévenu de la ferveur des supporters. J’ai vu, j’ai entendu : c’est incroyable ! Que ce soit en réserve ou en catégories jeunes, le public est toujours présent. »

Le premier but en professionnel de Youssouf Fofana.

Fofana n’a pas oublié les « sacrifices »

Aujourd’hui, Youssouf Fofana profite de chaque minute qui lui sont offertes avec l’équipe A -92 minutes en 4 matches depuis la saison dernière- avec cette volonté de réussir qui le caractérise depuis tout petit. « C’est bien d’être dans le groupe, mais je vise l’équipe ». L’équipe, Youssouf risque de la retrouver rapidement, lui qui s’est montré décisif lors de sa première titularisation avec le RCSA le 30 octobre dernier, inscrivant le premier but de son équipe face à Lille (2-0) en Coupe de la Ligue.

Mais le jeune homme originaire de Paris XIXème le sait, il doit encore progresser dans certains domaines. « Je joue dans une zone où je prends beaucoup de risques. Je dribble de temps en temps, mais je ne dois pas en abuser. » Le milieu de terrain de 19 ans fait preuve d’une grand maturité dans son discours. « C’est compliqué de rentrer dans l’équipe actuellement car ça fonctionne. Il faut être patient et attendre son tour en cas de blessures ou de suspensions. » Son coach Thierry Laurey, un passionné de football, va lui permettre de franchir des paliers. « Il est exigeant, il attend le meilleur de chacun. Surtout, il est très pointilleux avec les jeunes », explique Youssouf Fofana.

Le quartier des Flandres peut être fier de voir un jeune réussir dans de football professionnel, un jeune homme qui « sera toujours disponible pour le club » de ces débuts rappelle Morad Djeddi. « Ces joueurs n’ont pas oublié d’où ils viennent. Nous ne sommes pas là par intérêt, mais pour leur épanouissement et ces jeunes qui sont sollicités, se rappellent des sacrifices… »

Par Farid Rouas et Julien Guibet.