Coupe de France6ème tour

Carrières-Grésillons (D1), le Petit Poucet veut « sortir de l’ombre de Poissy et du PSG »

30/10/2018 à 15:08

Après Val-d'Europe (R1), Roissy-en-France (D2) et Bonneuil-sur-Marne (R3), Carrières-Grésillons s'est offert le scalpe de l'Entente Verneuil Foot (D2) dimanche en Coupe de France. Les hommes Reddouane Nadir ont obtenu leur qualification pour le 7ème tour au bout du suspens, au bout du temps additionnel grâce à une réalisation de Mounir (90e+5). Le modeste pensionnaire Départemental 1 a bien mérité son titre de Petit Poucet national. Un Petit Poucet à l'appétit d'ogre à l'instar du coach Nadir, qui est revenu sur cette rencontre historique pour le club yvelinois au micro d'Actufoot.

Quel a été votre sentiment au coup de sifflet final ?

Une grande libération, un grand soulagement ! C’était très dur… On se dirigeait droit vers les prolongations, un exercice compliqué car cela aurait été une première dans notre parcours. De plus l’un de mes latéraux s’était blessé et je n’avais pas le bon profil pour le remplacer, et surtout Verneuil se montrait assez dangereux en contre-attaque. C’est toujours difficile de jouer une équipe qui joue bien en bloc. Alors cela aurait pu tourner au cauchemar !

« Moins serein que lors des confrontations précédentes »

Comment avez-vous préparé la rencontre ?

Je m’attendais à un match compliqué. On a fait un entraînement de plus la semaine pour le préparer. Paradoxalement, j’étais moins serein que lors des confrontations précédentes. J’ai eu plus d’appréhension avant d’affronter Verneuil (D2) que Val-d’Europe (R1), car c’est une équipe que l’on connaît très bien. Ils étaient dans notre championnat la saison dernière, et ils ont surtout sorti une National 3 (Noisy-le-Sec) et une Régional 2 (Argenteuil)…

Justement, l’affectif qu’il peut y avoir entre ces deux clubs voisins n’a pas eu trop d’influences sur le match ?

Il y avait un peu de pression dans mon équipe. C’est toute une histoire entre les deux clubs : les joueurs se connaissent tous, les deux capitaines sont meilleurs amis dans la vie et ont joué ensemble à Verneuil. J’avais prévenu mes joueurs en leur disant que l’émotion ne devait pas prendre le dessus et que le terrain c’est compétition, il n’y a pas d’amis.

Sur le terrain, le match a été très disputé…

Il y a eu beaucoup de vent, cela ne nous a pas aidé pour une équipe qui joue au ballon comme nous. Le match a été compliqué face à une équipe ne proposant pas de jeu. Les 5 de derrière ne montaient pas, mais Verneuil est très doué en contre-attaque avec de la qualité technique et de frappe. Ils ont quand même dans leurs rangs d’anciens joueurs du PSG (DH). On a été mieux en seconde mi-temps, on s’est procuré plus d’occasions.

« Passer un tour supplémentaire »

Cette qualification donne un vrai coup de projecteur sur Carrières-Grésillons, car vous êtes désormais le petit poucet national…

Oui c’est historique ! C’est une grande victoire pour le club, qui vit dans l’ombre de l’AS Poissy et aussi du PSG. Il y a juste un pont qui nous sépare de Poissy. Carrières-Grésillons m’a fait venir la saison dernière. Il y avait déjà des bases, mais le projet est de structurer le club et de retrouver rapidement un niveau Régional pour donner envie aux jeunes de la ville de rester chez nous.

Qu’espérez-vous pour le tirage  qui a lieu mercredi ?

Tirer une Ligue 2 est le souhait légitime des joueurs, car faire venir des professionnels chez nous serait quelque chose de bien pour le club, la ville et les jeunes… Mais moi je ne suis pas de cet avis, il y a encore des équipes de R3 et de R2 et je me dis qu’on a quand même un effectif de qualité, avec des joueurs ayant évolué en CFA et CFA2. Je pense que tirer une équipe de ce niveau conservait toutes nos chances de passer un tour supplémentaire. C’est un risque, mais je suis un joueur et j’ai déjà connu un 32ème de finale avec Chantilly (Ndlr : il était préparateur physique) contre Lille en 2012. Mais quelque soit l’adversaire ça sera une fête !

Propos recueillis par Julien Guibet.

Pour ne rien manquer de l’actualité du foot francilien :