National 2ITW

Kevin Colin (Monts d’Or Anse Foot) : « Nous étions proches d’accéder au National »

15/05/2020 à 8:02

Passé par la région parisienne (Sénart-Moissy, Noisy-le-Sec, Lusitanos Saint-Maur et Poissy), le milieu offensif Kevin Colin a rejoint cette saison les Monts d'Or Anse Foot, en disputant 19 matchs (1 but, 8 passes décisives) en N2. Nous faisons pour Actufoot le bilan avec ce gaucher à la technique affinée.

Kevin, pourriez-vous faire votre bilan de la saison à titre  collectif ?

Je vais commencer par le bilan collectif parce qu’on dit souvent que le collectif passe avant l’individuel dans une équipe. Sincèrement il est très bon même si on a mis du temps à se mettre en route parce que l’équipe a été renouvelée à 80%. Il y avait donc à gérer les automatismes, les états de forme de chacun. Mais je pense que si l’on avait terminé la saison, nous étions proches d’accéder au National par rapport à notre dynamique et notre maîtrise sur les matchs en deuxième partie de saison.

Et donc sur un plan plus personnel ?

A l’image de l’équipe, j’ai mis du temps à trouver mes sensations mais c’est vrai qu’après la trêve, je commençais vraiment à me sentir bien. J’enchaînais plutôt les bonnes performances et j’étais régulièrement décisif donc c’est frustrant d’avoir dû s’arrêter, mais c’est un cas exceptionnel et la santé passe avant tout ça.

Vous avez démarré en région parisienne, quels souvenirs en gardez-vous ?

Oui c’est vrai j’ai même réalisé toute ma formation en région parisienne, que ce soit à Meaux ou à Torcy. J’ai passé de très bons moments à Noisy-le-Sec et mes souvenirs les plus marquants sont ce match contre le Paris FC, où au bout d’une minute de jeu à 35 mètres j’exécute une volée qui termine au fond des filets, c’était vraiment un très joli but. Ou alors ce match de coupe de France en Martinique qui était magnifique, il y avait entre 8000 et 10000 personnes, tout comme le match contre Saint-Maur Lusitanos contre qui on fait 3-3 à domicile. J’avais mis un coup franc ce jour-là à Revelino Anastase, qui est un ami aujourd’hui pour l’avoir côtoyé aux Lusitanos. Il y a plein de souvenirs à Noisy, et d’ailleurs les personnes côtoyées sont devenues de vrais amis et c’est assez rare dans ce milieu. Il y avait vraiment quelque chose de spécial dans ce club, je crois qu’on était trop jeunes mais je pense que cette équipe serait aujourd’hui haut de tableau en N2. J’en suis même convaincu. J’en profite pour les saluer car j’ai passé de merveilleux moments avec eux.

Peut-on revenir sur votre acclimatation au sein d’équipes situées hors de Paris ?

La première année, lorsque je suis parti à Béziers, ça m’a fait bizarre le premier mois de ne plus être à Paris. C’était la première fois que je quittais la région francilienne mais je me suis adapté facilement que ce soit à Avranches ou MDA, où mon adaptation a été simple et rapide. Le football en région parisienne est plus orienté vers le duel, le combat physique alors qu’en province tu peux trouver des équipes et des entraîneurs qui prônent le jeu, ce qui est plaisant car c’est une philosophie qui me correspond mieux.

Propos recueillis par Farid A.