Interview

Mohamed Benhammou (JA Drancy) : « Un coach doit faire aimer le foot aux petits »

30/11/2020 à 9:20

Rencontre avec Mohamed Benhammou, jeune éducateur débutant avec les U11 loisirs de la Jeanne d'Arc de Drancy. A la découverte d'un jeune éducateur qui aligne plaisir et progression !

Bonjour Mohamed, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Mohamed j’ai 19 ans et je suis étudiant en deuxième année de licence dans les lettres
éditions médias et audiovisuels. En même temps, je suis coach de football à la Jeanne d’Arc de Drancy en U 11.

Vous avez débuté récemment le coaching ? Comment vous vous êtes lancé ?

J’ai commencé  il y a à peu près 1 an et demi dans une équipe féminine au Blanc-Mesnil où j’accompagnais mon ami, cela a été une belle expérience et m’a permis de faire un premier pas dans le coaching. Par la suite, l’ancien éducateur du club de la JA Drancy, Rohat, que je connaissais du club où j’ai joué étant jeune, m’a proposé d’être adjoint sur les U14 D2 et j’ai immédiatement accepté. C’était lors d’une séance des U17 régionaux où je venais juste voir mon cousin jouer. Tout est allé vite !

Comment se passe cette saison avec vos U11 ?

Cette année j’ai donc les U11C au club, une belle expérience car c’est la première année que je suis l’éducateur principal donc je me repose sur ce que j’ai appris l’année précédente en U14. C’est un groupe assidu, qui a envie d’apprendre et progresser. Nous étions sur une belle dynamique avant l’arrêt que ce soit en matières de contenus ou résultats, même cela reste secondaire.

Sur le plan de la formation, quels sont les grands enjeux à cet âge ?

Le public est différent de ce que j’avais l’année dernière, à 9-10 ans selon moi on est centré sur l’aspect que le foot est un plaisir, c’est un jeu. Le résultat importe guère, c’est surtout comment faire aimer le foot à des petits et comment les faire progresser, car c’est à cet âge-là que le cerveau apprend le plus. Donc tout ce qui concerne les passes, le contrôle, la motricité est très important. Et pour ceux qui sont en avance on commence petit à petit à leur apprendre comment se placer sur un terrain même si c’est à 8 et à faire le meilleur choix sur des situations.

Quelles sont vos méthodes ?

Je ne sais pas si on peut appeler ça une méthode mais je fonctionne en me disant qu’un coach doit faire aimer le foot aux petits donc pour ça il faut faire mixer deux choses. La détente et le sérieux, c’est leur faire aimer cette passion du foot en leur proposant des entraînements plaisants et en étant là quitte à rigoler avec eux tout en gardant du sérieux car à cet âge ils peuvent se sentir pousser des ailes rapidement. A vu d’œil cela à l’air compliqué, mais si tu arrives à allier sérieux et humour avec les petits tu pourras les faire progresser plus rapidement. Ils veulent jouer, progresser et pour cela il faut qu’ils soient constamment à l’écoute. On m’a dit un jour qu’un enfant avait une concentration au niveau de l’écoute sur 1 heure de 10 minutes. Concernant le football plus précisément, vu que j’aime le ballon je travaille beaucoup la maitrise, je trouve cela primordial donc beaucoup d’exercices avec le ballon pour qu’ils puissent progresser techniquement.

Quelle est votre plus grande fierté en tant qu’éducateur ?

Ma plus grande fierté c’est le retour des parents qui me disent que je fais un bon travail et surtout des petits qui aiment bien ma méthode. Les voir progresser, d’en voir certains monter en équipe B me montre que je ne suis pas
un très mauvais coach. Les voir heureux et contents de venir à l’entrainement afin de vouloir constamment progresser et écouter, c’est ça ma fierté.

Comment appréhender le football amateur avec cette pandémie ?

Le football amateur est très touché par cette pandémie. Mon optimisme me dit que tout va rentrer dans l’ordre est que tôt ou tard on va passer à autre chose et que ce cauchemar va disparaitre. Ma raison me dit que oui le football amateur va reprendre mais ces arrêts vont impacter financièrement le football amateur non pas directement mais dans les années à venir et cela m’inquiète énormément.

Un dernier mot ?

Franchement faire cette interview me fait le plus grand bien car ça me fait rappeler mon plaisir d’être coach de foot. Les supporters dans les stades me manquent, mes entraînements me manquent, les matchs me manquent et cette interview m’a fait du bien. Merci Actufoot.