Football fémininITW

Imène El Ghazouani (VGA St-Maur) : « Je veux devenir internationale marocaine avec les A »

01/12/2020 à 18:21

Actufoot a rencontré une jeune espoir du football féminin. Âgée de 20 ans, Imène El Ghazouani évolue aujourd'hui avec la VGA Saint-Maur en D2 féminine. De nationalité marocaine, elle porte également les couleurs de son pays avec la sélection U20 depuis le mois d'octobre et aspire à une grande carrière. Entretien.

Comment se passe votre aventure avec la VGA Saint-Maur ?

Ça se passe vraiment bien. Je suis au club depuis l’année dernière. Avant ça, je jouais en Régional 1. Je joue avec des joueuses qui ont déjà connu la D1. Il y a de l’expérience. Kenza Allaoui a pu passer par le PSG. Concernant le reste de l’effectif, c’est un peu comme moi. Je ne suis pas la seule jeune du groupe. Cette saison on vise quand même le maintien, c’est l’objectif principal.

Quel est votre poste de prédilection ?

Avec Saint-Maur, je joue en tant qu’ailière gauche en général et en sélection je suis 8 ou 10. Au début ce n’était pas évident mais à force j’ai pris l’habitude des deux donc ça va.

Vous êtes la plus jeune au sein de la VGA ?

La saison dernière, j’étais l’une des joueuses les plus jeunes. Cette année c’est différent car il y a des 2002 et des 2003, c’est encore plus jeune. On doit sûrement être l’une des équipes les plus jeunes de la D2.

VGA Saint-Maur
Effectif féminin de la VGA Saint-Maur pour la saison 2020/2021.

Quels sont vos objectifs personnels ?

Pourquoi pas jouer en D1 Arkema, c’est mon but. Après ça ne viendra pas directement. Je devrais faire un peu plus chaque année pour pouvoir y arriver. Je ne suis pas pressée mais oui c’est mon objectif. J’ai 20 ans, j’ai le temps devant moi. J’aimerais bien essayer de jouer à l’étranger un jour ou l’autre, ça pourrait être sympa. J’espère aussi devenir internationale marocaine avec les A d’ici l’année prochaine. C’est largement faisable si je poursuis mes efforts.

Imène El Ghazouani : « Nous ne sommes pas professionnalisées en D2 »

D’après vous et votre ressenti, quel est le niveau de la D2 ?

Je trouve que la deuxième division a évolué. C’est devenu plus compliqué. Il faut savoir que nous ne sommes pas professionnalisées en D2. C’est donc plus compliqué d’allier le côté personnel et le football. Ce côté amateur pénalise un grand nombre de joueuses et de clubs. Suite au confinement, certaines équipes ont eu le droit de s’entraîner alors que d’autres non. Les seuls clubs autorisés à s’entraîner sont ceux qui possèdent des contrats fédéraux sur au moins la moitié de leur équipe. Le championnat est stoppé. Je m’entraîne depuis chez moi.

Vous défendez désormais les couleurs du Maroc. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Ce sont mes débuts avec les U20 du Maroc. C’est quelque chose que je voulais faire depuis toute petite. Je devais débuter avec la sélection en mars mais tout a été annulé avec la crise sanitaire. J’ai appris ma première sélection via la coach. Elle m’a envoyé un message au mois d’octobre pour m’annoncer la nouvelle, comme ça ne s’était pas fait en mars. Du coup j’ai été rappelée pour la trêve de novembre. Pour l’instant on joue des amicaux mais à partir de janvier il y aura une qualification pour la Coupe du Monde 2021 des moins de 20 ans.

Certaines personnalités du football ont-elles été un exemple pour vous ?

Énormément de joueurs m’ont inspiré. Forcément, Cristiano Ronaldo pour son travail et la motivation qu’il dégage et nous transmet. Hakim Ziyech également. C’est un Marocain ça joue aussi. Il joue vraiment super bien, j’aime beaucoup. Je pourrais regarder des centaines de vidéos de foot par jour.

 

Message d’Abderrahim (agent d’Imène El Ghazouani) :

« Imène est une joueuse très technique et rapide avec le ballon. Elle est devenue internationale avec le Maroc, c’est une chance inouïe pour elle. Je lui souhaite de continuer dans cette voie-là, je crois en elle. Je ferais le maximum pour qu’elle puisse atteindre le plus haut niveau. Sur le plan humain, c’est quelqu’un de très agréable et sympathique. Elle mérite de réussir et on le fera ensemble. »

 

Propos recueillis par Nicolas Issner.