InterviewDécalé

OhPlai : « Mon manque de sérieux me permettait de réaliser certains dribbles fous »

27/11/2018 à 14:00

Avec plus d’un million de followers tous réseaux sociaux confondus, OhPlai excelle dans l’art du buzz et de la communication. Mais avant de se faire connaître par ses snaps savoureux, Plaisir Bahamboula de son vrai nom a touché du bout des doigts le football de haut-niveau. Pour Actufoot, l’ancien coéquipier des Bakambu, Cros et Roussillon, passé par Linas-Montlhéry, Viry-Châtillon ou encore Sénart-Moissy, nous dévoile ses souvenirs de footeux, ses sources d’inspiration et ses envies.

Quels sont les meilleurs souvenirs de ton passé de footballeur ?

Ce sont tous les délires que j’ai eu avec mes coéquipiers au centre de formation à Sochaux. Nous vivions dans un château. On faisait énormément de bêtises, mais des petites bêtises de gamin rien de méchant. Niveau sport mes meilleurs souvenirs sont les différents parcours que j’ai pu avoir, notamment mon année en 16 ans Nationaux car nous avions participé aux playoffs. Aussi, mon année en 18 ans Nationaux car nous sommes arrivés en finale de la Coupe Gambardella (Ndlr : perdu contre Metz : 1-1, TAB : 4-3) au Stade de France. Enfin, l’équipe de France en jeunes avec un match amical contre l’Angleterre sur la mythique pelouse de Wembley, d’ailleurs j’y ai inscrit 1 but (rires) !

Quel était ton complice de « bêtises » au centre de formation de Sochaux ?

J’ai eu la chance d’être avec mon cousin Yven Moyo. Sur le terrain, j’étais sur le côté droit et lui à gauche. On chantait, on se faisait des blagues… C’est ce qui faisait notre force : le manque de sérieux, car pour réaliser certains dribbles il faut vraiment être fou et lui me permettait de garder ma folie. Juste un regard et on se comprenait !

Pourquoi parrainer le club de Linas-Monthléry, qui est en proie à des difficultés financières ?

Ce club est important à mes yeux car il a été un tremplin pour moi. Sans Linas-Monthléry je ne serais jamais parti en centre de formation, je lui dois donc beaucoup.

Quel regard portes-tu sur le foot francilien et son niveau ?

Il y a de tout : du football catastrophique comme du très bon football, mais on y peut trouver de super talents…

« Les changements de voix et les intonations ça vient tout seul… »

 

Quels liens gardes-tu avec le football aujoud’hui ?

J’ai toujours un pied dans le football. Je m’occupe de mes frères, de mon petit-cousin et d’autres joueurs. Je ne suis pas un agent mais conseiller sportif. J’essaye de leur apporter mon expérience…

C’est dans les vestiaires que tu as appris à chambrer ? D’où vient ce talent de raconter des histoires ?

Tout cela vient de la ville où j’ai grandi : Grigny. On passe notre temps à chambrer. Ici il faut être fort mentalement pour supporter toutes ces vannes. Concernant ma façon de raconter les histoires c’est autre chose… Je suis spontané, je raconte sans réfléchir. Les changements de voix et mes intonations ça
vient tout seul.

Aujourd’hui comment te définirais-tu ?

Je me définirais comme un « JoieMan », c’est à dire une personne joyeuse qui aime rigoler et aime faire rigoler les autres.

De quoi t’inspires-tu pour faire tes snaps ?

Mon quotidien, ma vie, mon passé, mes idées, les films… J’ai un petit monde fantastique dans ma tête comme dans Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux. Il y a énormément de choses qui m’inspirent.

« La télévision et le cinéma m’intéressent »

OhPlai et Plaisir sont-ils une et même personne ? Es-tu différent « sur » et en « dehors » de tes snaps ?

C’est bien la même personne, c’est juste qu’à certains moments je suis très calme. Chose qu’on ne peut pas voir dans mes vidéos étant donné que quand je me filme je suis toujours actif. Je ne peux pas filmer le néant !

Tu viens de sortir ton single « #OATS », quels sont tes projets futurs ?

Je sors souvent des sons suite à l’engouement qu’il peut y avoir autour d’une expression. Je la transforme en refrain. J’aime beaucoup la musique, j’écris beaucoup donc je vais sortir d’autres sons pour le plaisir. Les vrais projets sont de développer une série ou d’autres formats vidéo, car la musique non, je ne me vois pas du tout en tant que chanteur.

La télévision ou le cinéma pourraient t’intéresser ?

Oui cela m’intéresse à condition qu’on me laisse faire ce qu’il me plaît.

Merci OhPlai pour cette interview !

De rien chakal ! (rires)

Propos recueillis par Julien Guibet. 

Crédit Images : OhPlai

Pour ne rien manquer de l’actualité du foot francilien :