RetroJoueur

Abdel Benalla (St Leu) « J’ai même eu les remerciements du président »

26/03/2020 à 10:09

Aujourd'hui coach des anciens de St Leu (Régional 1), Abdel Benalla a accepté de revenir sur un moment fort de sa carrière de joueur. Souvenirs, Souvenirs !

« Nous sommes en 1988, j’avais 24 ans, saison plus que moyenne avec le club où j’ai débuté Herblay FC. On jouait le maintien, c’était plus que compliqué, on reçoit en Coupe du val d’Oise, Domont 1/4 de finale a domicile. Nous sommes à la séance des tirs aux buts. Tous mes (copains) ont réussis leur tirs, Domont loupe.

Et c’était moi qui devait marquer pour emmener le club en demi-finale. J‘étais le dernier tireur, je prends mon élan, mon pied d’appui glisse, je tombe et je rate mon tir ! Nous sommes éliminés  de la Coupe…et de l’équipe !

Le coach sans explication m’a renvoyé en équipe B mais il faut respecter les choix du coach. Je pensais que je jouais dans une équipe de potes et là, vous avez tout le monde qui vous tire dessus. Je continuais à jouer en B en essayant de rester compétiteur dans l’âme, ce que j ai toujours été.

Un mois et demi sont passés,  le coach est parti pour affaires familiales en urgence à l’étranger,  il a confié l’équipe à Mr touzi qui est venu me voir et m’a dit qu il me prenait pour le dernier match à Sannois le match de survie. On n’avait même pas le droit à un match nul,  certains joueurs ont fait la grimace quand ils  ont  appris que j’étais prévu dans le groupe avec eux. Et d’autres ne disaient rien… Arrivé le dimanche jour du match, je me retrouve remplaçant, ce qui était prévu avec le coach intérimaire. Match tendu  avec une très belle équipe de Sannois, Marc Mohamed en chef d’orchestre (1 partout à la mi-temps).

Le président rentre dans le vestiaire annonce qu’il double la prime en cas de maintien. 70 ème minutes, toujours 1 partout, le coach me fait signe d’aller m’échauffer,  ce que je fais immédiatement tellement que j’avais les crocs. Je rentre, j’essaie de me placer en attaque à mon poste et il restait 10 minutes. Je reçois un ballon flottant au 18 mètres,  j’enchaîne une frappe en pleine lucarne ! Et là, je ne peux pas décrire cette joie qui vous envahie, tout le monde vous tombe dessus.

On gagne le match 2 à 1 et on est maintenu en PH. Tous les joueurs vous congratulent, vous saluent. J’ai même eu les remerciements du président. J’ai fini la saison et j’ai quitté le club.

Pour moi, une équipe doit rester solidaire dans la victoire et dans la défaite. »