PortraitRégional 1 (A)

Baptiste Guyonnet (St Leu) « le football restera comme la grande passion de ma vie »

31/01/2019 à 8:06

L’originaire de Normandie, aujourd’hui au service de William longuet, Baptiste Guyonnet apporte toute son expérience à St Leu (R1) pour viser la montée. Le capitaine se livre en toute simplicité, égal à lui-même pour Actufoot. Entretien !

« C’est un super mec, humble qui n’a pas été reconnu à sa juste valeur, homme avec l’esprit club » phrase citée par son coach William Longuet

Qui êtes-vous Baptiste ?

Je suis né à Caen il y a bientôt 35 ans. Je vis en couple et nous avons une fille qui a 17 mois. Je travaille dans un collège et je gère en parallèle un petit business à Caen.

Quel est votre parcours ?

J’ai débuté dans un club de quartier de Caen, La Butte où mon père était entraîneur. Ensuite stade Malherbe de Caen de 13 à 17 ans, La Butte (2 saisons), PTT Caen (1 saison en DHR), Bayeux (2 saisons en CFA2), Cherbourg (2 saisons en National), Stade Malherbe Caen (1 saison en CFA), Avranches (3 saisons en CFA), Cherbourg( 2 saisons, en National puis CFA), Granville (1 saison en CFA), PTT Caen (1 saison en CFA2), Drancy (1 saison en CFA) et là actuellement je joue pour la 2ème saison consécutive à St Leu).

Quelles sont vos relations avec le coach Longuet en tant que capitaine ?

Sur le terrain, je fais office de relai. J’essaie de faire appliquer les consignes et de maintenir une bonne cohésion collective. En dehors du terrain, je partage sa philosophie de vie dans laquelle la convivialité et la camaraderie sont favorisées.

Quel est votre discours d’avant-match ?

Je ne suis pas un homme de discours mais plutôt un homme d’action. J’essaie surtout d’avoir un comportement exemplaire mais je fais quand même passer quelques messages positifs…des encouragements et du soutien.

Vous avez joué en National, ça ne vous manque pas ?

Il faut savoir passer la main. On ne peut pas refaire le monde. J’ai joué en National, j’aurai pu évoluer au-dessus mais pas trop de regret car j’ai adoré jouer à ce niveau. Ce qui manque c’est toute la ferveur et la tension qui existaient autour de ces matchs. Quand on a évolué à Metz devant plus de 20000 personnes, à Angers, à Nîmes par exemple, ça ne s’oublie pas…

Quels furent vos moments les plus forts (satisfaction / regret) à ce jour ?

Difficile de mettre un souvenir en avant car j’ai toujours trouvé du plaisir partout où je suis passé. Disons que ma première saison en National à Cherbourg constitue ma plus grande satisfaction et en même temps mon plus gros regret. J’avais éclaté sous la conduite d’Hervé Renard, un coach que j’ai adoré finissant 2ème buteur du club tout en jouant milieu récupérateur. Je m’étais engagé avec Nîmes pour 3 saisons mais je me suis cassé le péroné l’avant-dernier match de la saison et mon transfert s’est trouvé annulé. Je regrette aussi de ne pas avoir pu jouer avec les pros lorsque j’étais à Caen, un problème de contrat m’y a contraint.

Aujourd’hui, St Leu est-il bien placé pour monter ?

Saint Leu fait partie des postulants mais on n’est pas seuls…c’est en fin de saison que l’on fera les comptes.

Si vous montez avec St Leu, poursuivez-vous l’aventure ?

Ma prolongation à Saint Leu n’est pas liée à une réussite ou à un échec pour la montée. C’est l’aspect professionnel qui décidera. Mais si je reste dans la région parisienne il n’y a aucune raison de quitter Saint Leu.

Hormis le football, quels sont vos centres d’intérêts ?

Notre fille est devenue notre occupation prioritaire donc j’aime partager ces moments en famille mais je ne néglige pas les moments festifs avec les amis. Je n’oublie pas non plus le bricolage qui est devenu une passion.

Avez-vous une exclu pour Actufoot ?

Une exclu, je ne crois pas mais je me félicite de l’arrivée de mon frère Sylvestre au FC Fleury. À Avranches, on a passé quelques saisons ensemble et il ne méritait pas le traitement que lui a infligé le nouveau coach Reculeau depuis le début de saison.

•Un dernier mot..

Ma carrière touche à sa fin mais le football restera comme la grande passion de ma vie. C’est dans ce milieu que j’ai fait les meilleures rencontres…