PortraitMontigny les Cormeilles

Chabane (Montigny) « Comme coach, j’aime Pep Guardiola (Manchester City) ou Jürgen Klopp (Liverpool) »

07/02/2018 à 14:00

Actufoot est parti à la rencontre du coach séniors D1 de Montigny les Cormeilles, Yassine Chabane

 Comment ça se passe sportivement ?

C’est une saison un peu en demi-teinte car on n’a pas été épargné par les blessures de nombreux joueurs depuis le début de saison. Je n’ai jamais pu aligner deux fois de suite la même équipe. Chaque fois, il y a des changements. Ce n’est pas l’idéal pour la cohésion.

 Après la première partie de championnat, les objectifs ont-ils changé ?

Ils ont changé car nous sommes dans un groupe ou Osny gagne tous ces matches et c’est compliqué d’aller chercher la première place. Il y a 4-5 équipes qui sont détachées. Jusqu’au dimanche 28/01, on visait la deuxième place qualificative de monter mais maintenant, on va assurer le maintien.

 Depuis combien de temps êtes-vous au club ?

Ça fait ma troisième saison au club. J’ai coaché pendant 2 saisons la réserve de Franconville avec à la clef une montée en D1. Puis j’ai eu la charge de l’équipe Fanion R2 (3 saisons).
Après un break de 2 ans je suis venu à Montigny avec une montée en D1. Le président m’avait contacté pour venir m’occuper des séniors. J’ai adhéré à son projet. Ma première saison, on a assuré le maintien d’une équipe qui descendait d’Excellence. Cette année-là, il y avait eu énormément de départs. Nous sommes montés l’année suivante. Cette année, avec les nombreuses absences, on va plutôt assurer le maintien et continuer à construire. Mais je n’ai pas encore baissé les bras pour viser la deuxième place.

 Pourquoi et comment êtes-vous devenu entraineur ?

J’étais joueur avant et le président de Franconville (Pierre Toublanc) m’a proposé d’être entraineur-joueur car il sentait que j’avais l’âme d’un coach. J’ai commencé avec l’Excellence de Franconville, « chapeauté » par Christophe Taine (qui est passé par le PFC et qui est aujourd’hui en Corse au CA Bastia). Ensuite j’ai volé de mes propres ailes. Après mon break de deux ans, le président de Montigny (Patrick Moussikian) m’a demandé de reprendre et c’est ce que j’ai fait.

 Avez-vous rencontré des difficultés particulières durant votre carrière d’entraîneur ?

Ce sont les contraintes des joueurs, la gestion d’hommes par rapport à leurs situations professionnelles ou familiales. Et c’est compliqué de travailler dans ces conditions Sinon je suis quelqu’un d’ouvert, je n’ai jamais rencontré honnêtement de gros soucis.

 Auriez-vous un conseil à donner à un futur entraîneur ?

D’être patient, d’être à l’écoute et de rester droit dans ses idées.

 Est-ce que vous vous comparez à une équipe, à un coach ?

On peut se comparer à une équipe si on a les joueurs. Une équipe que j’aime c’est évidemment Barcelone pour la possession de ballon. Comme coach, j’aime Pep Guardiola (Manchester City) ou Jürgen Klopp (Liverpool) avec des joueurs qui se mettent au service du collectif. Après je ne les idéalise car chaque situation est unique.

Avec les intempéries, ce n’est pas compliqué de jouer sur votre pelouse ?

J’ai eu la chance d’avoir aucune rencontre reportée. Avec les intempéries, on a eu surtout des matches à l’extérieur. Ce qui est regrettable, c’est le développement de terrain synthétique. Je regrette l’époque des pelouses naturelles.

Malgré le mauvais temps, notre terrain est en très bon état. Et lorsque le terrain est difficile, on essaie de sauter les lignes. On s’adapte à l’équipe et au terrain.

 Est-ce que vous avez plusieurs schémas tactiques ?

J’ai beaucoup travaillé le 4-4-2 en position défensive et le 3-5-2 en position offensive. Ça ne sert à rien de rester à 4 derrière lorsque l’on a le ballon.

 Un dernier mot ?

Merci à Actufoot pour l’interview car ça fait parler des « petits » clubs du District. Ça nous fait connaître un peu.