InterviewNational 2

Didier Caignard (ESSG) : « Nos joueurs sont touchés dans leur chair et psychologiquement »

17/03/2021 à 14:10

Après Walid Aïchour (AS Poissy) hier, on poursuit notre série un jour-un club aujourd'hui avec Didier Caignard, coach de l’Entente Sannois-Saint-Gratien (actuellement 14eme du groupe B de N2), dont le club est actuellement très touché par l’épidémie de Covid-19 avec 10 cas positifs (9 joueurs et 1 membre du staff).

M. Caignard, pouvez-vous nous donner des nouvelles de votre groupe ?

Nos joueurs sont touchés dans leur chair et aussi psychologiquement. C’est très dur pour certains. Le football n’est plus aujourd’hui la priorité mais bel et bien la santé. On s’aperçoit que cela va très vite car une semaine avant, tout le monde était négatif. On est à l’arrêt depuis le 3 mars après ces cas de Covid, on ne reprendra l’entraînement que le 23 si la situation nous le permet.

Comment faites-vous pour vous adapter à cette situation ?

C’est une saison très difficile à vivre psychologiquement. On a essayé de s’adapter mais la difficulté pour nous c’est qu’on avait aucune perspective. C’était assez compliqué de se projeter. Durant le couvre-feu, notre groupe a été coupé en deux puisque nous avons des joueurs qui travaillent. Certains pouvaient faire un entraînement à 15h30 la semaine, puis on en avait un le samedi avec le groupe au complet.

Quand la reprise a été annoncée, nous avons eu une dérogation pour s’entraîner tous ensemble en fin d’après midi mais là on est à nouveau dans le flou avec l’arrêt du championnat et de la dérogation. Mais de toute façon la question ne se pose plus actuellement.

« J’ai plus la tête à la santé de mes joueurs qu’à la reprise d’un championnat »Didier Caignard

Pensez-vous et voulez-vous que cette saison reprenne ?

Autant j’étais favorable à reprendre au mois de décembre bien entendu, autant aujourd’hui je ne le suis plus du tout. On a déjà changé deux fois le règlement du championnat, est-ce que l’on va le changer une troisième fois ? Jusqu’à février j’étais encore favorable à une reprise mais là ce n’est pas possible.

Je vois les dégâts que le Covid fait et la santé passe avant tout. On navigue à vue et reprendre pour reprendre ça ne sert à rien. On a pris toutes les précautions. Depuis l’arrêt au mois d’octobre on avait eu aucun cas et on voit bien aujourd’hui que la région parisienne est touchée et que ça va très vite. J’ai plus la tête à la santé de mes joueurs qu’à la reprise d’un championnat.

On se projette déjà sur la saison d’après quand on est coach alors ?

Non pas du tout. J’espère que durant les mois d’avril et mai on pourra reprendre correctement une activité réelle d’entraînement mais on voit bien avec les symptômes des joueurs, qu’ils sont très très fatigués. Pour la suite, il faudra faire une grosse préparation plus longue, un peu comme la saison dernière mais aujourd’hui je n’ai pas envie de me projeter sur la saison prochaine.

Un mot de la fin Didier Caignard ?

La première des choses c’est que chacun prenne soin de lui. On a toujours l’impression que ça peut arriver aux autres et ce virus nous tombe dessus du jour au lendemain et on s’aperçoit qu’on est très peu de choses. Nous avons une passion, le foot, aujourd’hui on la vit par procuration, mais cela reviendra, et je l’espère le plus tôt possible. On pourra toujours refaire de la compétition mais le plus important à dire à l’heure actuelle c’est « Protégez vous » !

Reynald Trunsard

Pour aller plus loin…

« National 2 : Stop ou encore ? » Actufoot Podcast a donné la parole aux clubs

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟