ITWN2

Eric Aderdor (FC Mantois) : « L’impression que le foot amateur passe au second plan »

26/03/2020 à 11:45

Élu il y a moins d’un an, le président du club yvelinois, Eric Aderdor, explique les conséquences en interne liées à la crise sanitaire et indique également sa position sur les décisions à prendre sur la saison actuelle.

Quelle organisation avez-vous dû mettre en place face à cette crise sanitaire ?

Nos 6 salariés sont au chômage partiel, dont 2 ou 3 joueurs qui ont un contrat fédéral. Quant à notre secrétaire, elle est en télétravail. Avec les autres dirigeants du club, on maintient le lien en s’appelant 3 à 4 fois par semaine. On a aussi créé un groupe sur WhatsApp. L’organisation est assez bien huilée, notamment en ce qui concerne la comptabilité et nos fournisseurs. Tout le monde apporte sa contribution pour relayer les informations. Mais cette période est tellement incertaine que tout reste très compliqué.

Quelles sont les conséquences économiques ?

L’aide de l’État aux entreprises et aux associations est plutôt une bonne chose. En revanche, la partie sponsoring et mécénat va être remise en question et cela va être compliqué pour tous les clubs qui vont avoir moins de ressources financières.

La Fédération française de rugby a créé un fonds de solidarité de 35 M€ en faveur des clubs amateurs. Espérez-vous également une aide de la FFF ?

La Fédération de rugby a pris la parole très rapidement. En revanche et pour une question de gros sous, le foot professionnel montre actuellement un visage pitoyable qui rejaillit sur tout le monde. J’ai l’impression que le foot amateur passe au second plan, même si j’imagine qu’à la Fédération, on réfléchit à des mesures. Pour l’instant, je n’ai reçu aucune information concernant une éventuelle aide. Habituellement, la Fédération est là pour nous tirer les oreilles quand nos finances ne sont pas bonnes. Là, nous sommes à l’arrêt complet.

Regrettez-vous cette situation ?

Je ne jette le discrédit sur personne et je ne désespère pas. Je compte sur le professionnalisme de la Fédération et des différentes Ligues pour agir. Je pense que tout le monde est en train d’étudier le meilleur scenario possible et il devrait y avoir des annonces. On peut, par exemple, s’attendre à des gestes de la part des équipementiers. Dans ces moments là, il faut de la solidarité. C’est uniquement comme cela qu’on pourra s’en sortir. Des joueurs aux salariés en passant par les bénévoles, il faudra demander des efforts à tout le monde. Ce mécanisme de solidarité me paraîtrait très pertinent.

Sur le plan sportif, que préconisez-vous pour cette saison ?

Je propose une saison blanche. Évidemment, vu notre classement et même si on a encore un petit espoir de maintien (NDLR : Le Mantois 78 FC est dernier du groupe B de National 2 avec 17 points de retard sur l’AS Poissy, le premier non-relégable), on va me dire que cette décision ferait nos affaires. Oui bien sûr, mais étant donné nos problèmes financiers (NDLR : le club avait d’abord été rétrogradé en N3 par la DNCG avant d’être finalement repêché), on a démarré le championnat avec une demi-jambe en moins et on vit une saison de transition. Maintenant, si le championnat doit reprendre et qu’on descend, ce ne sera pas une catastrophe. Cela nous permettrait de repartir sur de nouvelles bases en misant davantage sur la formation.

Vous seriez donc prêt, éventuellement, à jouer jusqu’au mois de juillet ?

Ce ne serait pas forcément un souci, mais cela pourrait fausser le championnat. Au-delà de notre situation, je pense que le choix d’une saison blanche serait plus pertinent. On n’est pas des pros et j’imagine mal une compétition se terminer le 10 juillet. Maintenant, je pense surtout à tous nos jeunes qui sont chez eux et qui veulent rejouer au foot. On a plus de 1200 licenciés et c’est le terrain qui doit primer.

Seriez-vous favorable à une refonte du calendrier avec, par exemple, une saison calquée sur l’année civile et des matchs disputés en été ?

Non, le calendrier actuel est très bien. Il est parfait avec une pause estivale pour les vacances. Ce genre de projet concerne davantage les pros et les clubs de National. Comment demander aux joueurs et à leurs familles de s’adapter à ce nouveau calendrier ? C’est inconcevable. Il ne faut pas oublier l’essentiel : on est là pour se faire plaisir. C’est un faux débat qui ne concerne pas les clubs amateurs. La seule mesure que je demande, c’est de supprimer le mercato d’hiver. Un joueur doit commencer et terminer la saison avec le même club.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟