ITWR1

Jeremy Bayle (St-Brice FC) : « Un manager doit savoir être dans plusieurs registres »

25/03/2020 à 12:11

La rédaction d'Actufoot est partie à la rencontre du co-entraîneur du Saint-Brice en Régional 1. Jeremy Bayle nous dévoile son parcours, sa philosophie de manager, sa relation avec Azzedine Hamdoune et ses ambitions. Entretien !

Quel est votre parcours de joueur et de coach ?

J’ai joué pendant onze ans à Louhans-Cuiseaux, en Ligue 2 pendant cinq ans en tout, trois ans de National avec deux accessions. J’ai aussi évolué en troisième division anglaise pendant trois mois et trois autre mois en première division grec. Après, je me suis décidé à reprendre mes études à 31 ans en Master 2. C’est là que j’ai connu une fin de carrière de joueur à Saint-Leu, en DH, avant de prendre en charge l’équipe après le départ de l’entraîneur de l’époque. Malgré d’excellents résultats, j’ai dû m’exiler en province pour raisons professionnelles pendant dix ans. À mon retour sur la région parisienne, Azzedine, un ancien coéquipier et mon ancien pilier en défense, m’a contacté pour que je l’accompagne dans ses projets. Après avoir effectué une saison positive avec la réserve la saison passée, Djilalli Bekkar et les décideurs du club ont cru en nous en nous ont confié l’équipe fanion du club.

« Avez Azzedine, nous avons les mêmes ambitions »

Quel est votre mode de fonctionnement avec Azzedine ?

Nous sommes parfaitement complémentaires. Nous avons des personnalités très différentes, ce qui ne nous empêche pas de partager les mêmes valeurs. Cela confère une communication saine et franche.

Partagez-vous la même philosophie de jeu ?

Nous avons déjà les mêmes ambitions. Les chemins que nous souhaitons emprunter pour y parvenir ne sont parfois pas les mêmes, mais nous savons écouter nos arguments pour finir sur un compromis et déterminer le 11 titulaire, la composition du banc et la stratégie à mettre en place. Nous le faisons en bonne intelligence.

Tout au long de votre parcours, votre approche du football a toujours été la même ?

Philosophiquement oui, mais il est certain qu’au-delà de ce que tout entraîneur souhaite mettre en place de manière idéale, il doit composer avec une somme d’individualités d’âges et cursus variés, et aux composantes athlétiques, intellectuelles et émotionnelles parfois très éloignées les unes des autres. Charge aux coachs de jongler et de faire adhérer les joueurs.

Votre management est-il autoritaire ou de proximité ?

À titre personnel, on ne peut se résumer à un type de management. Je suis convaincu que tout est question de timing, d’échéances, de messages à faire passer de manière collective ou individuelle à certains moments de la saison. J’essaie d’être autoritaire quand il faut l’être avec les profils de personnalité que j’estime avoir besoin d’autorité, et d’être plus empathique avec les profils dont l’autorité les tétanise. Un manager, selon moi, doit aujourd’hui savoir être dans plusieurs registres afin d’être entendu, respecté et écouté par tout un auditoire qui par définition est composé d’individualités aux caractères opposés les uns des autres.

« Nous avons mis en place une séance vidéo collective »

Dans vos séances d’entraînement, vous inspirez-vous d’autres sports ?

Il nous arrive d’intégrer des exercices qui découlent d’idées prises par ci par là. Nous essayons de diversifier chaque semaine les entraînements. Mais, en n’ayant que trois séances hebdomadaires, la tâche est rude sachant que les fondamentaux sont toujours à travailler.

En cette période de confinement, comment gardez-vous contact avec vos joueurs ?

Nous les avons chaque semaine au téléphone et les tenons informés de l’actualité du club, des décisions prises par les instances. Nous gardons le lien pour leur signifier notre présence. Nouvelle expérience depuis vendredi, et grâce aux moyens de communication d’aujourd’hui, nous avons mis en place une séance vidéo collective. Étant confinés, chacun s’est improvisé une salle de sport en poussant les meubles, et notre éducateur chargé de la préparation physique a concocté une séance d’une ou deux heure, composée d’exercices de renforcement et de cardio. Le fait de revoir tous nos têtes a mis de la bonne humeur, tout le monde était souriant et s’est chambré. Ce qui est bon signe. Il n’empêche qu’ils ont joué le jeu et ont bien transpiré. Expérience à renouveler sur la durée en fonction des obligations de confinement dictées par l’État.

Vous y croyez à la reprise des championnats ?

J’entends tellement de commentaires de spécialistes, de politiques, de consultants qui disent tout et son contraire, comment s’y retrouver ? J’espère comme tout le monde une reprise, et le plus tôt possible, mais la priorité du moment est que tout le monde se trouve loin de ce virus à la con qui est invisible de tous. Notre club œuvre et essaie déjà d’anticiper, de préparer, de dresser certains bilans, ce qui est responsable et intelligent. Par définition, la dimension « temps » est la donnée principale pour la réalisation d’un planning. Hors, à ce jour, c’est cette donnée principale qui manque à tout le monde. Nous ferons donc comme les autres, c’est-à-dire que nous nous adapterons dès que l’on aura les autorisations de reprendre une activité normale. Y a-t-il une autre alternative ? Non ! Donc on patiente et on agira du mieux que l’on pourra. Il sera délicat de retrouver une compétitivité avec comme nouvelle donnée ce que chacun aura vécu durant ce confinement. Émotionnellement tout le monde ne l’aura pas vécu de la même manière et il y aura sans aucun doute un avant et un après, avec pour certains des stigmates.

« Notre classement nous permet d’être modestement ambitieux »

Quelles sont vos ambitions avec St Brice ?

Notre classement nous permet d’être modestement ambitieux. Les brillantes équipes de tête sont à portée de vue, et croyez qu’on les a en point de mire. Nous n’oublions pas que nous sommes perfectibles et avons affiché parfois des prestations moyennes, voire médiocres. Nous avons aussi effectué quelques matchs de très bonne qualité, mais à huit matches de la fin nous n’avons pas encore notre match référence. Au vu des oppositions qui nous attendent, c’est le bon moment et le challenge d’être l’équipe surprise à la fin est très excitant à relever. Nous avons un effectif d’une qualité exceptionnelle au regard de sa diversité et de son niveau. Nous aimerions qu’ils en aient plus conscience car ils ne soupçonnent pas l’étendue de ce qu’ils peuvent accomplir pour le club, pour eux.

Un dernier mot ?

Évidemment qu’en cette période où tout le monde est déstabilisé nous espérons tous qu’elle se termine rapidement sans aucun dommage pour chacun d’entre nous. Le club de Saint-Brice se démène pour apporter tout son soutien à chacun de ses licenciés et est solidaire avec tous les clubs. Nous connaissons les mêmes doutes, interrogations, les mêmes appréhensions. Le temps est à la solidarité et à l’exemplarité. Respectons ce que les instances nous imposent, et nous serons très heureux de retrouver le chemin des stades le plus tôt possible dès que tout cela sera derrière nous. Patience et courage à tous !

Propos recueillis par Farid Rouas.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟