Régional 1 (A)Portrait

Kévin Garel (FC St-Brice) : « Il y a beaucoup de monde derrière l’équipe »

11/02/2020 à 13:33

Cette semaine, la rédaction d'Actufoot vous propose le portrait du milieu de terrain excentré de Saint-Brice : Kévin Garel. Passé par l'AJ Auxerre, l’étranger et de nombreux clubs franciliens, le joueur de 31 ans nous expose son parcours et ses ambitions en R1 !

Kévin, où avez-vous tapé vos premiers ballons ?

J’ai commencé le foot à l’âge 5 ans dans les petits clubs des alentours : au FCM Vauréal et à l’Olympique Cergy Pontoise. Puis, j’ai fait ma formation à l’AJ Auxerre et au Racing Club de France.

Quel a été votre parcours complet ?

AJ Auxerre (formation), Racing club de France (18 National et CFA), US Ivry Foot (CFA), Mfk Zemplin Michalovce (D1 slovaque), AS Poissy (CFA), FC Chambly-Oise (CFA, National), AS Saint-Ouen l’Aumône (National 3), USM Senlis (National 3) et FC Saint-Brice (R1).

Depuis combien de temps portez-vous le maillot saint-bricien ?

Je suis arrivé en début de saison. Ce club a de l’ambition et c’est ce qui m’a plu. Le projet est de monter et permettre au club d’accéder au niveau national, ce qui serait du jamais vu pour Saint-Brice.

Que vous reste-t-il de vos débuts ?

Toute cette période de formation m’a permis bien sûr de progresser chaque jour et de travailler pour me dépasser, mais aussi apprendre des principes, connaître la vie en communauté, l’échange, le partage, la communication et le respect. Des valeurs essentielles dans la vie. En ayant quitté mes parents très jeune, à 12 ans, pour intégrer le centre de formation de l’AJA, il a fallu que je devienne autonome plus tôt que la plupart des enfants de mon âge. Ce n’était pas facile tous les jours, mais ça forge le caractère et ça endurci aussi.

Comment se sont passées vos années auxerroises ?

Bien dans l’ensemble, mais mon caractère m’a parfois desservi étant jeune.

Pas de regrets ?

Non, c’est mon chemin et j’ai su m’en sortir. Vivre du football et jouer au haut niveau, même si avec des si, on refait l’histoire…

Saint-Brice est-il bien placé pour monter cette année ?

On est dans la bonne partie de tableau pour jouer quelques choses. Il va falloir prendre conscience des choses et ne rien regretter. On a le groupe pour faire de belles choses. J’ai confiance mais c’est le terrain qui nous dira la vérité.

Avec quel coach avez-vous le plus progressé ?

J’en ai connu une dizaine tout au long de ma carrière. Celui qui m’a fait le plus progresser est le coach Tabti que j’ai connu à mes 18 ans dans le groupe CFA du Racing Club de France et que j’ai retrouvé à Saint-Ouen l’Aumône. Il ne parle pas beaucoup, mais quand il parle : on écoute ! On sent qu’il sait de quoi il parle et il prône des valeurs de jeu avant tout. Il a eu sa carrière au haut niveau et ça se voit. Mais je pense que chaque coach m’a servi à quelque chose, ils m’ont fait progresser pour certains, avancer pour d’autres…

Un dernier mot ?

J’espère que cette saison se terminera au mieux pour nous avec, je l’espère, la montée du FC Saint-Brice en National 3. Ça serait super pour le club, le staff et le groupe. Il y a beaucoup de monde derrière cette équipe et qui travaille dans l’ombre. On se doit de donner le meilleur pour les remercier.

Propos recueillis par Farid Rouas.

Crédit Photo : MFK Zemplín Michalovce