PortraitRégional 1

Moussa Toungara : « L’ASSOA est mon club de cœur »

29/08/2018 à 11:07

Enfant de l'AS Saint-Ouen l'Aumône, Moussa Toungara occupe 3 fonctions au sein du club : joueur senior R1, éducateur et chargé de la logistique. Le défenseur central francilien revient pour Actufoot sur ses fonctions à l'ASSOA, mais aussi son parcours et la saison à venir. Portrait.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Moussa Toungara, j’ai 25 ans et cela fait 5 ans que je suis à Saint-Ouen l’Aumône en tant que joueur et éducateur. J’ai aussi un rôle dans la logistique.

En quoi consiste ce rôle ?

Je m’occupe de l’organisation de l’équipement sportif du club et de la gestion du matériel pédagogique.

Avez-vous déjà été confronté à des problèmes ?

Pour le moment non, je n’ai pas rencontré de problème particulier mis à part certaines fois la gestion des articles en rupture de stock dû à la forte demande des clubs.

Quelle est la période de l’année la plus compliquée à gérer et pourquoi ?

C’est le début et la fin de l’année. Le début de l’année car c’est à ce moment-là que la distribution des équipements se fait pour toutes les équipes et la fin de l’année car il faut trier ce qui est encore bon ou pas, mais aussi préparer la saison suivante sur les nouveautés à proposer aux licenciés.

Vous arrivez à concilier votre travail, votre rôle d’éducateur et de joueur, sans difficultés ?

Oui avec une bonne organisation et le soutien des salariés ainsi que des éducateurs du club j’arrive à concilier ces 3 fonctions sans grande difficulté.

Pourquoi autant d’attachement à l’ASSOA ?

Tout simplement parce que c’est mon club de cœur. J’ai grandi ici et j’ai été formé à Saint-Ouen l’Aumône. J’ai fait mes classes de débutant jusqu’au moins de 13 ans à l’époque. Puis, je suis parti en centre de formation à l’OM pendant 4 ans où on ne m’a pas prolongé mon bail à cause de blessures à répétition aux genoux. Je suis revenu à l’âge de mes 20 ans à l’ASSOA après desc échecs dans différents clubs.

Comment avez-vous vécu cette désillusion avec l’OM à l’époque, à votre jeune âge ?

C’était dur au début, vu que j’ai passé de belles années dans la cité phocéenne mais je suis me dit que ça faisait partie du football. C’était mon destin, c’est comme ça, il faut avancer.

Comment pourriez-vous définir le nouveau coach Bruno Naidon ?

C’est un coach qui est assez proche des joueurs, qui est travailleur et apporte une nouvelle politique de travail.

Quelles sont vos ambitions sportives cette année ?

Mes ambitions tout d’abord, faire une bonne saison collectivement. Sur le plan personnel, essayer de jouer le plus de matches possible sans pépins physiques.

Propos recueillis par Farid Rouas.