InterviewAdamois - Goussainville

Oumar Sangaré (Adamois) / Hary Ambroise (Goussainville) : L’interview croisée

10/05/2019 à 14:00

Le défenseur central d’Adamois (Régional 2), Oumar Sangaré et le milieu de terrain Hary Ambroise de Goussainville (Régional 3) se sont prêtés au jeu de l’interview croisée. Entre analyses et anecdotes, ils décryptent avec Actufoot, leur parcours respectif et donnent leurs avis sur le niveau du football actuel, entre autres. Un nouveau rendez-vous que vous propose Actufoot95 !

James Léa Siliki a commencé au RC Gonesse. Est-ce l’exemple à suivre pour arriver dans le monde professionnel ?

Oumar Sangaré – Il y a pleins d’exemples à suivre et oui James en est un. Pour l’avoir vu jouer tout petit, il avait déjà beaucoup de talent et a ensuite signé au Paris Saint Germain. C’est une personne très humble, avec un très bon état d’esprit, il s’est battu et a fait beaucoup de sacrifices pour arriver au plus haut niveau. Il a également su faire des choix importants à des moments opportuns ce qui souligne qu’il est dans un environnement stable. C’est bien évidemment une référence pour tous les Gonessiens tout comme Warren Tchimbembé (ESTAC Troyes).

Hary Ambroise – Au vu de son parcours et de ses débuts réussis dans le football professionnel, James est forcément un exemple à suivre pour tous les jeunes gonessiens. En effet, il a toujours eu beaucoup de talent étant petit c’est la raison pour laquelle il a rapidement intégré le PSG en équipe de jeune. Par la suite, il a mis tous les ingrédients pour réaliser son objectif d’atteindre le monde du football professionnel en travaillant énormément et en gardant un bon état d’esprit. Je ne connais pas James personnellement mais je connais bien ces 2 grands frères et notamment Jean-Charles qui fut un très bon joueur de football et avec qui j’ai joué une saison en senior ; en connaissant bien sa personnalité je suis sûr qu’il a toujours été aux côtés de James pour l’aider à faire les bons choix aux bons moments afin que James accède au monde professionnel.

Quels souvenirs gardez-vous de vos saisons ensemble ?

OS – Je garde que des bons souvenirs avec Harry Ambroise. On a connu 3 titres de champions ensemble, on est amis depuis tout petit, j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer avec lui au RC Gonesse.

HA – Je ne garde que des bons souvenirs de mes années aux RC Gonesse avec Oumar. Quand il jouait derrière dans l’axe, j’étais serein. C’est un vrai soldat qui ne lâche jamais rien mais également un grand compétiteur qui se donne à fond de la première à la 90ème minutes. J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer avec lui car c’est mon ami depuis tout petit, on a grandi ensemble, on jouait au foot ensemble au quartier mais aussi en club. Tout cela crée forcément une affinité particulière qui pouvait même se voir sur le terrain. J’espère vraiment que l’on jouera bientôt à nouveau ensemble et qui sait peut-être l’année prochaine.

Aujourd’hui dans le monde amateur, les clubs et les éducateurs visent désormais la reconnaissance, la notoriété et l’argent. Êtes-vous d’accord avec ça ?

HA – Aujourd’hui, il est vrai que la plupart des clubs cherchent une certaine reconnaissance ou notoriété au niveau de leur équipe senior ou en faisant signer des jeunes dans des centres de formation de clubs professionnels. Un beau parcours de l’équipe senior en coupe de France ou la signature de beaucoup de jeunes dans des structures professionnelles témoignent du bon travail fourni par les clubs et permettent à ces derniers d’obtenir des sponsors essentiels à leurs bonnes santés financières. Cette évolution ne me surprend pas. Mais le football reste un loisir où les jeunes doivent prendre du plaisir, les éducateurs ne doivent surtout pas oublier leur rôle de formateur (humainement et footballistiquement) auprès des jeunes.

OS – Oui, c’est clair, une grande majorité des clubs ne cherchent que ça. Au niveau senior voir en U19, cela ne me dérange pas mais chez les petites catégories, je trouve ça dommage. On a tendance à oublier le côté formateur et on juge uniquement à la victoire et non à la progression individuelle ou collective.

En quelques mots, pourriez-vous décrire votre camarade ?

OS – C’est une personne simple, généreuse qui rigole de tout.

HA – Une personne drôle et simple.

Quel est son surnom ?

OS – Harinho car c’est un joueur technique et il aime le Brésil du coup on a commencé à l’appeler comme ça.

HA – Le KUN, car Oumar adore la façon de jouer et le joueur, Aguero.

Si c’était un joueur ?

HA – Diego Godin car comme lui, Oumar est un défenseur à l’ancienne : bon jeu de tête et il met beaucoup d’impact dans tous ses duels.

OS – Pogba car ils peuvent jouer tous les rôles du milieu de terrain et ce sont des leaders techniques pour leur équipe.

Si c’était un geste technique ?

HA – Le tacle glissé.

OS – Le passement de jambe avec une sortie sur le pied gauche.

Si c’était un club de football ?

OS – PSG car il en est fan depuis tout petit, son grand frère a joué en équipe de jeune. De plus, l’équipe adopte un style de jeu qui lui correspond parfaitement.

HA – L’Atlético Madrid

Si c’était une valeur ?

HA : La grinta. Oumar est un vrai soldat sur le terrain qui ne lâche rien.

OS : La sérénité – car il ne se précipite jamais, il prend son temps pour faire les choses que ce soit dans sa vie privée, sur le terrain ou dans le milieu professionnel.

 

Propos recueillis par Farid Rouas