NationalInterview

Aboubakary Kanté (Béziers) : « Je reviens de très très loin »

22/05/2018 à 14:31

Quelques jours après la belle victoire 4-1 contre les Herbiers (11/05) et une montée méritée en Ligue2, l'un des atouts offensifs de l'AS Béziers Foot, Aboubakary Kanté revient pour Actufoot sur la saison passée dans le Sud. Entretien...

Quelles sont vos impressions sur cette montée ?

Je suis un homme heureux aujourd’hui parce que je reviens de très très loin. J’ai connu pas mal de galères. C’est une saison exceptionnelle ! Après la période du mois de novembre où on a fait des matches nuls, mais nous sommes restés soudés. On savait que le groupe était de qualité. On a fait une deuxième partie de saison extraordinaire. Dans notre équipe, il n’y a que des revanchards dans chaque ligne.

Comment s’est passée cette saison à Béziers ?

Au début, elle avait très bien commencé, j’avais la confiance du coach. J’ai eu un coup de moins bien en Coupe de France où j’ai pris un carton rouge. J’ai pris 9 matches de suspension (entre septembre et février). Je ne pouvais pas aider l’équipe. Mais après j’ai réussi à me mettre dans le bain grâce au coach. Le coach m’a titularisé dès mon retour jusqu’au dernier match. C’est une saison réussie avec 21 matches joués. Franchement, on m’aurait dit il y a deux saisons que je ferais 21 matches en National, je n’y aurais pas cru. A l’époque, je n’arrivais pas à enchainer 90 minutes de suite.

« Ma famille, mes amis ont toujours été derrière moi pour me soutenir. »

Comment expliquez-vous ce changement, dans la régularité, dans la performance ?

J’ai travaillé sur moi-même, j’ai renforcé mon corps. Ça n’a pas été facile mais je me suis accroché. J’avais en confiance en moi. Ma famille, mes amis ont toujours été derrière moi pour me soutenir.

Quel a été le déclic pour enchainer vos bons résultats collectifs ?

Je dirais que tout a commencé contre Dunkerque et ça s’est fini avec la montée. Je ne peux pas l’expliquer. Dans ce groupe, il y a des revanchards, des blessés, pour certains le foot ne leur a rien donné. Je suis très fier d’avoir fait partie de cette équipe.

Quels sont vos objectifs personnels et sportifs l’année prochaine ?

J’ai repris goût au jeu, donc c’est de continuer à jouer. J’ai la confiance de l’entraineur. L’année prochaine, il y aura de la concurrence et c’est normal. J’ai encore une marge de progression importante.

Et pour Béziers ?

On ne va pas griller les étapes, d’abord le maintien. On va être un promu, l’objectif affiché du club est le maintien.

« Il faut être vraiment costaud pour affronter le monde du football »

Donc l’année prochaine, toujours à Béziers ?

Je suis très reconnaissant envers ce club qui m’a accueilli, qui m’a donné l’opportunité de jouer au niveau National. Je suis en négociation, je suis à fond dans le projet de Béziers. J’avais signé un contrat fédéral d’un an donc on verra comment ça va se passer par la suite.

Un mot sur la descente de l’ASSOA, votre ancien club ?

Je suis toujours mes anciens clubs, je suis très déçu de la descente de Saint Ouen l’Aumône car ce club m’a permis de « retrouver des jambes ». Ce club a su me relever lorsque j’étais dans le trou. Je leur souhaite le meilleur pour la suite et j’espère que le club va remonter très vite.

Un dernier mot ?

A tout footballeur, il faut croire en ses rêves. Il ne faut rien lâcher. Il faut être vraiment costaud pour affronter le monde du football. Il n’y a que le travail qui paie. Sinon je voudrais remercier ma famille, mes amis et mon club de Cergy,

Propos recueillis par Farid Rouas

Crédit : DR