Ils sont le foot amateurD4

AS Moissey, le plein de munitions

28/05/2018 à 17:29

Championne et invaincue à trois journées de la fin du championnat de D4 du Jura, l'équipe fanion de l'AS Moissey se refait une santé. Forte d'une attaque redoutable, la formation composée à 50% de militaires a pour cible les 100 buts marqués.

L’AS Moissey est née en 1967. « On est un club rural avec uniquement des petits villages autour. On n’a jamais joué plus haut que la première division, c’était en 1981. Le premier terrain du club était en pente. Ce n’était vraiment pas facile pour jouer. En 2012, un autre terrain a été inauguré. Il y a un projet de rénovation des vestiaires. On est très soutenu par la commune », explique Nicolas Thabard, jeune président (37 ans) qui a pris la suite de son père Jean-Claude – ancien capitaine à l’époque de la D1 – en 2016.

Le club quinquagénaire évolue au plus bas niveau du district du Jura (D4) mais plus pour très longtemps. Alors qu’il reste encore trois matches de championnat à disputer – la faute à une période hivernale marquée par des journées reportées intégralement – l’équipe fanion, représentant une commune de 600 âmes, a écrasé la concurrence. Son bilan chiffré ? 18 victoires, 1 nul, 0 défaite, 94 buts marqués, 10 buts encaissés. Le titre de champion est déjà dans le sac. L’affaire (bien) pliée. La montée en D3 actée.

« On est descendu de D3 en 2016. L’objectif était de faire remonter l’équipe. Cette année, on a deux, trois joueurs qui ont largement le niveau supérieur. On a une particularité, c’est que 50 % des joueurs de l’effectif sont des militaires. Il y a une base située à 10 km à Auxonne (le 511e régiment du train). C’est bien car ça nous permet d’avoir plus d’effectif mais ils ne peuvent pas être toujours présents. Par exemple, le coach (Fabio Romano), qui est aussi militaire, ne sera pas là en début de saison prochaine. Cette saison, on a pu recréer une deuxième équipe seniors. On a 165 licenciés. Les années 90 ont été difficiles. En 2000, on avait 23 licenciés… On a une école de foot et aussi une section futsal ce qui nous permet de jouer en compétition l’hiver. Les premiers joueurs qui ont commencé à l’école de foot arrivent en seniors. Le fait qu’il y ait beaucoup de militaires n’a pas changé les choses. Je dis souvent qu’on n’est pas le club de l’armée », sourit le dirigeant ayant rempli pendant cinq années la fonction de secrétaire. « Je suis arrivé au club à l’âge de 18 ans. J’avais joué au foot tant tout gamin puis j’ai arrêté pour faire ensuite du vélo », précise-t-il.

Le quatorzième président de l’histoire de l’AS Moissey entend moderniser l’image de son club. Sans abandonner les notions de simplicité, convivialité et plaisir. « On essaye de communiquer avec un site internet et une page Facebook. C’est important. On avait plutôt une image de gars qui jouent un peu au foot et qui boivent surtout des canons après le match », glisse Nicolas Thabard.

Multitâches, celui qui siège au comité directeur du District du Jura alimente les supports de communication tenant à jour notamment un classement des buteurs et des passeurs. Et il a de quoi s’amuser car la puissance offensive des Verts est redoutable. Benjamin Misir (17 buts en 16 matches), Kévin Da Silva (11 buts en 11 matches), Aurélien Leroy (10 buts en 8 matches), Kenny Dupelin (10 buts en 10 matches) et leurs partenaires se régalent. Plantent à tout va. Se rapprochant de la barre plus que symbolique des 100 réalisations. « C’est l’objectif de la fin de saison en restant invaincu », indique le président moisseyais. A l’AS Moissey, l’artillerie lourde est de sortie. Et ce n’est pas l’heure du cessez-le-feu…

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photos : AS Moissey