Foot AmateurCommuniqué

L’ASSP et l’AFFA dénoncent un « formidable élan de copinage et de conflit d’intérêts » au sein de la FFF

02/06/2020 à 9:06

Alors que l’AS Saint-Priest a été déboutée il y a quelques jours devant le CNOSF lors de sa demande de conciliation concernant les descentes validées par la FFF, qui frappent de plein fouet son équipe première reléguée en N3, le président du club rhodanien, Patrick Gonzalez, a co-rédigé un quatrième courrier à destination de Noël Le Graët et du COMEX de la FFF, avec son homologue de l’AFFA (Association française du football amateur), Eric Thomas. L’ancien international français, Christophe Dugarry, actuellement chroniqueur sur RMC, s’est associé à leur démarche.

Une « Assemblée Fédérale Extraordinaire » souhaitée pour « prendre de nouvelles décisions »

Un quatrième courrier après trois tentatives restées infructueuses (courrier 1 / courrier 2 / courrier 3) … Patrick Gonzalez (président de l’AS Saint-Priest), Eric Thomas (président de l’association Française du Football Amateur) et Christophe Dugarry (champion du monde 1998) dénoncent dans ce nouveau courrier, envoyé à la FFF le 31 mai 2020, des « décisions ordinaires et injustes, choisissant de sacrifier l’équité sportive. Favorisant les intérêts de certains membres du Comité exécutif dans un formidable élan de copinage et de conflit d’intérêts contenant de nombreuses propositions qui auraient permis d’atténuer l’impact de cette crise nationale, toutes sont restées sans réponses ». Les partis demandent également la tenue d’une « Assemblée Fédérale Extraordinaire pour prendre de nouvelles décisions ».

« Un formidable élan de copinage et de conflits d’intérêts »

En effet, dans un contexte exceptionnel, la FFF a pris des décisions ordinaires et injustes, choisissant de sacrifier l’équité sportive. Favorisant les intérêts de certains membres du Comité exécutif dans un formidable élan de copinage et de conflit d’intérêts avec les ligues de Méditerranée (autorisant un championnat R1 à 16 équipes) du Grand Est (autorisant un championnat R1 à 4 poules de 12 équipes, alors qu’il n’y a que 3 montées en N3), ou encore avec l’équipe de Quevilly-Rouen en accordant une dérogation à son statut professionnel… sans parler des nombreuses discriminations territoriales, ou pire celles concernant les équipes féminines ou les clubs de Futsal !

Prises sans aucune concertation, vos décisions sont totalement arbitraires et crées des monstres dans les championnats amateurs à la suite de cette saison interrompue. Trop facile d’imposer aux ligues et aux districts un redimensionnement des poules quand on ne le fait pas soi-même pour ses propres championnats.

Ne doutons pas, Monsieur le Président, que si votre cher club de l’En Avant Guingamp avait été en position de relégation au moment de l’arrêt des compétitions, votre décision aurait été très différente

Des décisions toujours jugées « arbitraires et absurdes »

Vos décisions sont tellement absurdes que de nombreux clubs sont victimes de la double peine, avec les applications successives des règlements fédéraux, puis des règlements des ligues ou des districts. Citons par exemples les cas emblématiques des clubs de Montauban FCTG, de l’Union sportive Mesnil-Esnard Franqueville-Saint-Pierre, ou encore de l’US Le Poinçonnet… sans oublier les clubs de Kingersheim et du Hauts Lyonnais, victimes d’un règlement fédéral sur-mesure.

Comme prévu, l’AS Saint-Priest confirme qu’elle ira au bout des procédures. Prochaine étape : le Conseil d’Etat

Si le CNOSF a proposé une conciliation favorable à la FFF, c’est sans doute parce que le CNOSF n’est que l’émanation des fédérations et que la vice-présidente de la FFF est également vice-présidente du CNOSF. Belle ambiguïté que celle d’être à la fois juge et partie. Rendez-vous donc devant le Conseil d’Etat…

Le communiqué complet