Ligue des championsJ1

Compte rendu et réactions après la défaite de l’OM à l’Olympiakos

21/10/2020 à 23:59

L'OM a manqué son entrée en matière en C1 en s'inclinant (0-1) face à l'Olympiakos dans le temps additionnel. Une défaite assumée par André Villas-Boas.

Crucifié dans le temps additionnel par Ahmed Hassan à la réception d’un centre de Mathieu Valbuena, l’OM n’a eu que ce qu’il méritait pour son retour en Ligue des champions, sept ans après son zéro pointé resté tristement dans les mémoires. Et les joueurs d’André Villas-Boas, si pressés de découvrir la coupe aux grandes oreilles tous ensemble, à tel point de ne pas prêter attention aux offres au mercato estival, n’ont pas su élever leur niveau de jeu pour profiter de ce moment ensemble dans un Stade Karaiskakis dénué de toute ambiance. Un manque d’agressivité, de personnalité aussi, tant on a eu l’impression que les Phocéens jouaient un match de Ligue 1 sur la quasi-totalité des débats.

Benedetto manque le tournant du match

Pourtant, l’Olympiakos n’avait rien d’effrayant dans son antre mais la formation grecque a, elle, au moins mis les ingrédients nécessaires dans une partie qui s’annonçait déjà très importante comptablement pour la suite de la compétition. Intensité, agressivité, impact, Marseille n’a pas existé, notamment en deuxième mi-temps. On aurait forcément aimé voir la tournure de la rencontre si Florian Thauvin, globalement moyen ce soir avait utilisé la tête plutôt que la cuisse avant la pause sur un très bon centre d’Amavi et si Dario Benedetto, dès le retour des vestiaires, n’avait pas manqué son duel devant un José Sa inspiré. La plupart des spectateurs et supporters marseillais se demandant par ailleurs encore pourquoi l’Argentin n’a pas eu la lucidité de piquer son ballon face au portier portugais déjà au sol. Assurément le tournant du match.

L’erreur d’Amavi qui coûte cher

Peut-être réveillés par le bel arrêt de leur gardien devant Benedetto, les joueurs du Pirée ont peu à peu pris l’ascendant physique et technique en deuxième mi-temps. En termes de domination avec le cuir et au nombre de situations dangereuses sur les cages marseillais. D’abord en inscrivant un but par Giorgios Masouras (52′) accordé puis annulé par le VAR. L’attaquant grec reprenait là une frappe de Valbuena consécutive à une triple erreur d’Hiroki Sakaï (couverture du hors-jeu, relance dans l’axe, ballon contré qui atterri sur Masouras). « Petit Vélo » trouvait ensuite les gants de Mandanda au second poteau (71′). On se disait qu’un match nul ne devenait pas une si mauvaise affaire pour l’OM, de plus en plus en souffrance à mesure que la rencontre filait vers son terme malgré les entrées très tardives et timorées de Radonjic, Luis Henrique et Germain. Il a suffi d’un contrôle trop long d’Amavi, pourtant encore très bon dans son rôle ce soir, pour donner une grosse opportunité à Mathieu Valbuena de conclure sa prestation olympique par une passe décisive. Même si cela lui a peut-être fait un tout petit pincement au cœur.

L’homme du match : Mathieu Valbuena

Plutôt bien muselé en première période, l’ancien marseillais a eu plus de libertés en seconde pour combiner avec ses partenaires. A 36 ans, il n’a rien perdu de sa qualité de pied, en témoignent ses deux caviars livrés sur des centres dans le second acte. Si le premier a trouvé une tête imprécise de Youssef El-Arabi, le second a trouvé victorieusement le nouvel entrant Ahmed Hassan seul dans la surface. Le leader technique de l’Olympiakos s’est également procuré deux frappes bien sorties par son ami et ex-coéquipier à l’OM, Steve Mandanda, qui avait presque réussi à l’empêcher d’être décisif. Jusqu’à cette 92e minute.

Les réactions (source : RMC Sport)

Jordan Amavi (défenseur de l’OM) : « On a l’habitude de rester solide même en fin de match quand c’est difficile. On perd sur un ballon que j’ai perdu dans mon camp, derrière ça va vite c’est la Champions League. Je pense qu’on aurait pu l’éviter, malheureusement on perd. On n’a peut-être pas été assez agressifs, on a eu des occasions mais on n’a pas concrétisé, c’est le football. Il faudra hausser notre niveau de jeu et se remettre en question même en championnat. »

André Villas-Boas (entraîneur de l’OM) : « Ca finit très mal. C’est dommage pour le contrôle de Jordan. Ils ont eu cette occasion qui nous a tué, la Ligue des Champions se joue sur des détails. Ca doit finir à 0-0, on est très déçu mais on doit l’accepter. En deuxième mi-temps, ils ont gagné ces deuxièmes ballons. On a eu des occasions avec Thauvin et Benedetto et on doit en avoir un peu plus. La première équipe qui marquait l’emportait, il y avait deux bonnes défenses. C’est une question de détails, la Ligue des champions, c’est différent de la Ligue 1. J’assume la responsabilité de cette défaite. »

Mathieu Valbuena (attaquant de l’Olympiakos) : « C’était un match très, très spécial pour moi. Ce n’est pas facile de retrouver l’OM dans ce contexte mais quand on est sur le terrain, on joue. Je suis très heureux à l’Olympiakos et je pense qu’on a mérité cette victoire même si ça me met un petit pincement au cœur. J’aurais pu être décisif plus tôt mais Steve (Mandanda) a fait de beaux arrêts. »