Foot français

Coronavirus : sommes-nous vraiment aptes à rejouer au football ?

05/08/2020 à 18:57

Depuis la reprise des clubs professionnels français début juin, 18 joueurs ont été infectés par le coronavirus malgré des tests de dépistage effectués quasi quotidiennement. Entre les annulations de matches amicaux en pagaille et l'obligation pour les joueurs d'être placés à l'isolement pendant quatorze jours en cas de test positif, le football français s'avance vers un retour à la compétition complètement surréaliste. Les divisions inférieures et notamment le milieu amateur ont quant à eux repris leur activité sans aucune certitude.

Les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 feront leur grand retour vendredi 21 août prochain pour le plus grand bonheur des fans et suiveurs du foot français. Pourtant, nous sommes obligés de constater qu’à l’approche du jour J, le Covid-19 frappe de nouveau sérieusement l’élite et cela a de quoi inquiéter. Alors que les clubs se trouvent dans une période cruciale de leur saison en pré-compétition, les préparations athlétiques, évoquées comme si importantes dans le processus de reprise des joueurs, sont perturbées et prennent du retard…

Neuf cas avérés à Strasbourg, comment être prêt à la reprise ?

Personne n’ose encore trop soulever la question, peut-être parce que les enjeux économiques sont très importants alors que l’exercice 2019/2020 n’a déjà pu être achevé, mais il paraît clair que le football français a de quoi trembler à un peu plus de quinze jours de la reprise. On se demande d’ores et déjà par exemple comment l’équipe de Thierry Laurey, qui compte neuf joueurs touchés par le coronavirus dans son effectif pourra être prête pour démarrer le championnat à Lorient avec les mesures d’isolement que cela implique…

Alors que Waldemar Kita avait récemment demandé un assouplissement du protocole sanitaire, on s’aperçoit que la risible requête du président du FC Nantes ne pourra être entendue. Et on peut même se demander, si ces contrôles déjà très poussés dans les structures professionnelles ne devraient finalement pas l’être encore davantage. Par ailleurs, pourquoi les tests de dépistage n’ont-ils pas été rendus obligatoires avant les matches amicaux entre deux structures pros ? Ceux-ci ont simplement été préconisés et laissent donc la porte ouverte à une baisse d’exigence.

Strasbourg, qui avait contrôlé tout son effectif avant de partir en stage et d’affronter Nîmes le 23 juillet, n’était donc pas obligé de renouveler les tests avant de se mesurer à Montpellier le 28. S’il est difficile d’établir comment le virus est entré dans l’effectif strasbourgeois entre les deux rencontres et de pointer le staff médical du RCSA qui n’a pas manqué à l’application du protocole sanitaire, le constat est là et le bilan est très lourd : 9 contaminations côté alsacien, une pour l’instant côté Montpellier (Florent Mollet) comme révélé par le Midi Libre ce matin. La théorie d’un cluster ne peut pas être écartée.

Coronavirus : le monde amateur livré à lui-même ?

Si des complications liées au virus surviennent à un échelon où d’importants moyens sont mis en place pour supposément annihiler les risques, quid des divisions inférieures et des clubs amateurs qui reprendront aussi, pour la plupart, le week-end du 23 août avec la Coupe de France ? Sans nul doute que la Fédération et tous les acteurs et passionnés de football espéraient que le virus ne soit plus un problème à la fin de l’été mais la réalité est tout autre :  L’élite tremble et le football amateur a repris et avance dans un imposant smog, sans l’assurance de ne pas être contaminé avant, pendant ou après les entraînements ou rencontres par un coéquipier ou un joueur adverse. Et donc de participer maladroitement à une possible deuxième vague dans le pays.

Dans une période où le nombre de personnes touchées par le virus en France continue d’être à la hausse, le monde du football doit peut-être se demander s’il vaut vraiment la chandelle de revenir sur le devant de la scène, bien qu’il a largement bataillé au moment d’imaginer puis de rédiger le scénario, les conditions et les dates de reprise…

18 joueurs contaminés récemment dont 10 lors de Strasbourg - Montpellier
Les clubs touchés : Strasbourg (9), Lille (4), Nantes (3), Bordeaux (1), Montpellier (1).