N2 (B)Interview

Daniel Gbaguidi : « Avant le derby, c’est silence radio ! »

30/09/2017 à 11:29

Le derby Saint-Priest - FC Villefranche, c'est pour ce week-end dans le Rhône ! Et s'il y a bien un joueur pour qui la rencontre est particulière, c'est Daniel Gbaguidi. Le milieu offensif de l'ASSP a fait le court chemin entre les deux villes, lors du mercato estival. L'ancien caladois a évoqué les retrouvailles avec son ancien club !

Après six journées de championnat, vous allez effectuer votre retour contre vos anciens coéquipiers du FC Villefranche. Est-ce une rencontre particulière ?

« Je ne sais pas si je vais être titulaire, mais, en effet, c’est un match particulier car c’est la première fois que je rejoue contre mon ancien club. Je suis très attaché au FCVB, j’y ai passé de très belles saisons, des amis y sont encore »

Est-ce encore une déception de ne pas avoir eu la possibilité de rempiler au sein du nouveau projet du club ?

« Non, je n’ai pas d’amertume, je ne suis en aucun cas dans un esprit de revanche. Je n’ai pas renouvelé, c’est le destin ! »

Avant ce genre de derby, communiquez-vous avez vos anciens partenaires à propos du choc à venir ?

« Cette semaine, je n’ai pas trop pris de nouvelles. D’habitude, on s’appelle un peu toutes les semaines pour discuter, mais avant de s’affronter, c’est silence radio et concentration maximale ! Cela ne sert à rien de se monter la tête avant le match. Sur le terrain, il n’y aura pas d’amis, cela ne nous empêchera pas de parler à la fin du match. Mais le sourire sera là seulement en cas de victoire ! »

Réaliser un résultat positif semble important même si le club n’est pas en danger

« Oui, il faut casser cette spirale un peu négative en championnat. On perd de peu contre Schiltigheim, contre l’OL, on méritait mieux qu’une défaite, il y a seulement contre Annecy que nous avons pris l’eau. Ce derby, on veut vraiment le gagner. Après ça se chambre un peu, il y a la fierté d’avoir pris le dessus sur une autre équipe de la région »

Si vous marquez contre votre ancien club, avez-vous prévu de célébrer votre but, ou de contenir votre joie ?

« Si je venais à marquer, j’en serais très heureux. Je ne vois pas pourquoi je ne le célèbrerai pas. Après, je ne dis pas que je vais faire une danse (rires), mais j’extérioriserai ma joie, c’est sûr ! ».